La III ème Révolution Automobile : La Voiture Autonome

/, e-Business, innovations, Robots & IA, Tech & Innovation/La III ème Révolution Automobile : La Voiture Autonome

On en a tous entendu parler au moins une fois, les sceptiques diront que tout ceci n’aura lieu que dans 30 ans et encore… Les autres, plus conscients des bouleversements que connaît notre société, parleront d’un « projet », encore assez conceptuel mais en réalité, ce « projet » qu’est la voiture autonome avance, et même assez vite.

Alors, les voitures autonomes, mythe ou réalité ? Où en est-on dans l’avancée de cette petite révolution qui aura pour vocation de bouleverser la vie des consommateurs ?

La voiture autonome est donc un véhicule capable de circuler sur n’importe quelle route, sans l’intervention d’un conducteur, on parle donc de robotique mobile avancée.
Pendant longtemps, le pilote automatique a été un concept utopique qui appartenait au cinéma de science fiction. Aujourd’hui, cette idée devient réalité avec notamment des nouveaux venus chez les constructeurs automobiles : Google, Tesla, Uber ou encore Amazon ne pouvaient que se lancer dans ce projet !

La course vers la Voiture Autonome.

Tesla, nouveau venu dans le marché automobile s’est démarqué et imposé grâce à ses voitures électriques, comment pouvait il passer à côté de la voiture autonome ? Tous ont donc les yeux rivés sur le constructeur qui a déjà commercialisé des voitures où le pilote automatique est inclus.
Démarre alors une course sur le marché de la voiture autonome qui est d’ores et déjà présente sur les salons automobiles, preuve que celle-ci n’est plus une utopie. Elle était donc présente lors du Salon de l’Automobile en Octobre 2016 à Paris chez Volkswagen qui a annoncé une commercialisation pour 2020 ; on l’a également retrouvée lors du salon technologique américain CES 2017 à Las Vegas (du 05 au 08 Janvier) avec notamment Faraday Future qui présentait le 03 Janvier son modèle électrique la FF91 qui, à défaut d’avoir bien voulu se garer seule sur scène, a effectué en parfaite autonomie, une marche arrière sur le parking.

Il y a donc une réelle réflexion autour de la voiture autonome de la part des constructeurs comme Audi, BMW, Toyota, Amazon et Ford, Google, Uber, Tesla et bien d’autres, qui multiplient les essais et les prototypes pour performer et dévoiler des véhicules toujours plus autonomes.

L’ère du véhicule 100 % connecté…
« La digitalisation de la voiture est de nature à bouleverser complètement le marché et ses acteurs. Pour l’heure, nous sommes encore dans une phase darwinienne, pendant laquelle tout le monde s’agite, mais demain certains n’y survivront pas. »
Patrick Pélata, ancien n°2 de Renault.

C’est donc désormais évident, la voiture de demain est 100 % connectée et autonome, mais également électrique et partagée.
Ceci en raison des enjeux environnementaux, de la pollution et d’une volonté de désengorger les villes ; le fait qu’elle soit connectée et autonome vient d’ un désir de gagner du temps tout en faisant diminuer le taux de mortalité sur les routes. N’en doutez pas, il s’agit bel et bien d’un bouleversement enclenché par les constructeurs et la digitalisation de notre société.
Aujourd’hui, à la Silicon Valley aussi bien Uber, Amazon, Google ou Apple, tous ont en projet la voiture autonome et tous réfléchissent à un produit commercialisable, légal, avec une technologie nouvelle.

La voiture autonome de Google - Google Car

La voiture autonome de Google – Google Car

La volonté d’Uber de bousculer les codes et d’accélérer le mouvement se traduit notamment avec la création d’un lobbying, la « Self – Driving Coalition for Saver Street » en association avec ces concurrents comme Lift, Volvo, Ford et Google. L’objectif de ce lobbying est donc de faire en sorte que les conducteurs puissent lâcher le volant et enclencher le pilote automatique en faisant supprimer les mesures administratives qui les en empêchent.
Les limites actuelles de la voiture autonome.
Aujourd’hui, il n’est pas légal de lâcher le volant et de laisser le pilote automatique et pour cause…
Joshua Brown, un américain de 40 ans fut le premier mort de la voiture autonome lorsqu’il fut percuté par un semi remorque alors qu’il avait illégalement enclenché le pilote automatique pendant qu’il regardait Harry Potter. Le premier mort fut donc un conducteur d’une voiture Tesla. Ce drame eu pour effet de soulever notamment les questions de responsabilités tout en mettant en avant le fait que la voiture autonome n’est pas encore une technologie aboutie et sûre.

L'habitacle d'une Tesla similaire à celle de J. Brown

L’habitacle d’une Tesla similaire à celle de J. Brown

Cependant, elle tend à le devenir : la Google Car, fin 2016 était déjà parvenue à parcourir quelques 2 millions de km, le tout en autonomie, évidemment.

About the Author:

Etudiante #MBADMB à Lille Euratechnologies #Chteam
23 ans

Laisser un commentaire