Open data ou la démocratisation des données

Si l’utilité des données n’est plus à prouver et que la notion de BigData n’est plus une notion abstraite, nous comprendrons immédiatement l’importance des données ouvertes et leur rôle dans les process collaboratifs. Les données ont non seulement le pouvoir de révolutionner et de disrupter la façon dont les sociétés sont gouvernées, mais aussi la manière dont les citoyens et les entreprises collaborent. Quand on parle open data il est important de préciser qu’il s’agit des données non personnelles et qui peuvent être utilisées pour identifier et prédire les tendances et les comportements à grande échelle.

Mais qu’est-ce précisément une donnée ouverte ?

La définition est fournie par l’Open Definition :

« Une donnée ouverte est une donnée qui peut être librement utilisée, réutilisée et redistribuée par quiconque et soumise à une exigence d’attribution et de partage à l’identique. »

Au-delà de la définition précise de la data ouverte plusieurs critères qui la caractérisent :

  • La disponibilité et l’accès : Les données doivent être disponibles pour un coût raisonnable de reproduction, de préférence téléchargeables.
  • La réutilisation et la redistribution : Les données doivent être disponibles sous une licence autorisant la réutilisation et la redistribution incluant le croisement avec d’autres ensembles de données.
  • L’universalité : un accès non restrictif, tout le monde, sans aucune discrimination liée à l’activité pratiquée doit être en mesure d’utiliser la data mise à disposition. Pour exemple, des restrictions ‘non-commercial’ qui empêcheraient les utilisations de ce type ou des restrictions d’utilisation à certaines fins ne sont pas autorisés.

L’importance de cette définition ainsi que des règles précises qui l’encadrent réside dans une notion clé, qui est au cœur de l’utilisation même de l’open data – l’interopérabilité.

L’interopérabilité désigne la capacité de divers systèmes et organisations à travailler ensemble. Dans le cas qui nous concerne, c’est la capacité des ensembles de données différents d’interopérer pour en créer du contenu informatif, d’intérêt général, à forte valeur ajoutée.

L’ouverture des données s’inscrit donc dans un schéma comprenant 3 acteurs principaux réunis dans un écosystème :

  • Les émetteurs : les entreprises/ institutions qui rendent leurs données publiques
  • Les réutilisateurs qui développent des nouveaux usages à partir de ces données ouvertes
  • Les consommateurs finaux qui profitent de nouveaux services/ usages créés

Alors que plusieurs pays anglo-saxons ont initié un mouvement général d’ouverture de leurs données avec les projets data.gov, la France adopte progressivement cette tendance.

L’open data a commencé à gagner en visibilité en 2009, avec les initiatives de plusieurs gouvernements (Etats-Unis, Royaume-Uni, Pays Bas, Canada et Nouvelle-Zélande) pour ouvrir leurs propres données au publique.

Quelques exemples des premières initiatives open data en Europe et ailleurs :

Aux Pays-Bas le site vervuilingsalarm.nl vous avertit par SMS sur la qualité de l’air dans votre voisinage dans les jours à venir. A New York, vous pouvez facilement savoir où promener votre chien et trouver d’autres personnes qui fréquentent les mêmes parcs « animal friendly ». Des services tels que ‘mapumental’ au Royaume-Uni et ‘mapnificent’ en Allemagne vous permettent de mieux choisir des endroits pour vivre, en tenant compte de la durée de votre trajet au travail, les prix des logements etc. Tous ces exemples utilisent les données publiques ouvertes.

Quel meilleur exemple que Google Translate qui utilise un volume énorme de documents de l’Union Européenne qui paraissent dans toutes les langues européennes pour former les algorithmes de traduction, améliorant ainsi sa qualité de service en permanence.

L’ouverture des données est donc une source d’innovation dans la mesure où elle permet le développement de nouveaux services/ produits à partir des données mises à disposition sous la forme d’un écosystème lui-même ouvert.

Economiquement, les données ouvertes sont aussi d’une grande importance. Plusieurs études ont estimé la valeur économique des données ouvertes à plusieurs dizaines de milliards d’euros par an au niveau de l’Union européenne.

Ce potentiel encore inexploité peut être révélé si l’on transforme les données gouvernementales en données ouvertes. Cependant, afin de le révéler, il faut qu’elles soient réellement ouvertes, c’est à dire qu’il n’y ait aucune restriction (légale, financière ou technologique) à leur réutilisation par le public.

A ce jour, l’essentiel du mouvement d’ouverture des données concerne le secteur public. En France, ce mouvement est même rendu obligatoire par les directives européennes et la législation nationale.

Pour autant, le succès de l’Open Data ne repose pas tant sur son caractère obligatoire mais avant tout sur les opportunités nouvelles proposées aux administrations et à un tout nouvel écosystème dans lequel se trouvent de nombreuses entreprises. Celles-ci sont en effet souvent « réutilisatrices » de données publiques qu’elles intègrent, manipulent pour leurs usages propres ou pour créer de nouveaux usages à destination de leurs clients. Mais les entreprises, en particulier les plus grandes, peuvent elles-aussi devenir sources de données ouvertes.

Les données de la RATP en Open Data

Les données sur la circulation des métros, RER, tramway et bus sur Paris et sa proche banlieue en temps réel sont accessibles aux développeurs d’applications ou encore aux étudiants sur la plateforme open data de la RATP depuis le 3 janvier.ratp-open-dataLa loi Macron oblige les entreprises publiques de se convertir à l’open data, la RATP a enfin franchi le pas, après des tentatives plutôt timides en  2012: « Nous avons travaillé pendant six mois et investi un million d’euros pour dupliquer nos serveurs et préparer cette ouverture des données temps réel dans de bonnes conditions », précise Dominique de Ternay au Monde.


Les multinationales s’y mettent aussi …

Fin 2016 Air France-KLM a également pris la décision de créer un portail open data, rendant accessibles toutes ses données opérationnelles.

« Quels sont les enjeux et les opportunités pour votre entreprise ? »

« Les principaux enjeux sont de pouvoir délivrer des informations de bonne qualité, utiles pour être exploitées par des tiers. Nous pensons qu’il peut y avoir de réelles opportuopen_data_AirFrance_KLMnités de services offerts par des start-up auxquels nous n’aurions pas forcément pensé nous-même ou sur des services qui ne sont pas dans notre cœur de métier » Gauthier Le Masne, Data Manager Air France-KLM.

Partage et partenariats – sources d’innovation perpétuelle quelque soit le contexte

Dans un marché ou l’exigence des consommateurs monte au point où ils se placent en copropriétaires de la marque et dans lequel la place de leader se joue en temps réel, il est essentiel d’en comprendre les enjeux et les intégrer.

Ce qui donne beaucoup de valeur aux datas, ce sont les croisements et les rapprochements avec d’autres datas qui vont permettre de dégager de la créativité et de la pertinence.

Dans ce contexte concurrentiel les datas changent fondamentalement la donne.
Cependant, ce sont des compétences assez peu enseignées en école et encore moins dans notre environnement de travail quotidien.
Pourtant Mc Kinsey annonce que l’open data représentera un potentiel business de 3 milliards de dollars additionnel sur 7 secteurs d’activité– il est donc nécessaire de d’en tenir compte.

Cette tendance vers une transparence très poussée peut sembler étrange dans un monde où information est synonyme de pouvoir…

Pourtant les avantages stratégiques pour les entreprises de partager leurs datas sont considérables :

  1. Amélioration de la satisfaction client
  2. Développement d’un écosystème de partenaires innovants
  3. Accélération du développement de nouveaux usages
  4. Différenciation par rapport à la concurrence

En résumé, les datas seront au centre des stratégies marketing de demain. Un marketing plus précis, plus personnalisé, des projets innovants plus nombreux, plus facile à développer et à déployer.

Un monde dont les maitres mots sont l’échange, la collaboration et la clarté. C’est ainsi un monde d’innovation ouverte (open innovation) où les partenariats, et les projets se créent, se nouent et se dénouent au rythme accéléré d’une économie fluide.

Dans cet environnement aussi riche que complexe, la clarté devient synonyme de confiance voire exigence de transparence.

Tous ces éléments sont autant d’arguments qui feront de l’open data un #mustdo des années à venir.

 

Sources :

www.e-marketing.fr; www.journaldugeek.fr; bluenove – Livre blanC « Open Data »; www.opendatahandbook.com

 

 

 

About the Author:

Laisser un commentaire