Fashion Tech Lab: la mode responsable

Paris, 2 octobre 2017. Les bureaux de Google France accueillent, en pleine Fashion Week, la soirée de lancement du Fashion Tech Lab (FTL), une plateforme inédite dédiée à l’innovation technologique dans l’univers de la mode.

 

Au rendez-vous : couturiers, rédacteurs de mode internationaux, mais aussi François-Henri Pinault (Kering), Sébastien Missoffe (DG de Google France), et Pascal Morand (président exécutif de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode)…

 

Un vent nouveau semble souffler sur la mode : et si elle s’intéressait, aujourd’hui, à l’innovation pour être plus éco-responsable ? Car le cœur du Fashion Tech Lab est précisément l’innovation au service du développement durable.

 

Fashion Tech Lab, une plateforme hybride

Créé en 2017, le Fashion Tech Lab est à la fois un fond d’investissement, un incubateur international et un laboratoire expérimental qui travaille avec 1000 technologies, et dont le but est de disrupter et transformer l’écosystème de la mode.

 

Sa fondatrice ? Miroslava « Mira » Duma, digital native russe de trente-deux ans, entrepreneure de renom, et mère de trois enfants. Ancienne journaliste pour l’édition russe du Harper’s Bazaar, Miroslava s’est rapidement tournée vers le digital en créant, en 2011, Büro 24/7, une plateforme en ligne influente, diffusant, dans 12 régions du monde, les dernières actualités sur la mode lifestyle, et la culture contemporaine.

 

 

Buro 24/7

Buro 24/7

 

Outre Büro 24/7, Miroslava a, par ailleurs, cofondé aux Etats-Unis en 2016, The Tot, une plateforme digitale e-commerce, proposant exclusivement des produits et vêtements pour enfants, fabriqués avec des matières naturelles et non toxiques. Cette plateforme diffuse également des articles, rédigés par des journalistes experts, sur la maternité, la nutrition, et sur les sujets liés à la famille.

 

 

Très soucieuse du respect de l’environnement, et consciente que l’industrie de la mode est une gigantesque source de pollution, c’est tout naturellement que Miroslava a eu l’idée de connecter la mode et le développement durable à travers la technologie, en fondant le Fashion Tech Lab.

“Ce qui m’a motivée pour créer le Fashion Tech Lab, c’est de prendre conscience que l’industrie de la mode et les 2400 milliards de dollars qu’elle brasse représentent l’une des plus colossales sources de pollution au monde, juste derrière le pétrole. Près de 10% des émissions de carbone peuvent être attribués à la mode”, précise-t-elle.

 

Innovations écologiques

Axé sur l’innovation dans les domaines du textile intelligent, des bio et nano technologies et des technologies portables, le FTL soutient, depuis sa création, plus de 50 startups.

Parmi ces startups se trouve, Diamond Foundry, une entreprise basée à San Francisco qui crée en «laboratoire des diamants parfaits grâce à l’énergie solaire» , sans aucune empreinte carbonique. Selon Miroslava, « l’offre de diamants bruts de la terre devrait diminuer drastiquement d’ici 2030, et c’est l’endroit où l’industrie devrait se tourner. » Séduit par cette technologie, l’acteur Leonardo DiCaprio est lui-même un investisseur important de cette startup.

 

 

Autre startup innovante: Orange Fiber, une société italienne qui fabrique des tissus écologiques aussi fins que la soie, à partir de pelures d’agrumes. La maison italienne Salvatore Ferragamo est d’ailleurs la première maison à avoir collaboré avec Orange Fiber, en avril 2017, pour la conception et le lancement d’une de ses collections capsule.

 

Orange Fiber x Salvatore Ferragamo

Orange Fiber x Salvatore Ferragamo

 

Le FTL se joint également à certains laboratoires scientifiques, comme les Vitro Labs, pour travailler sur la création de cuir et de fourrure à partir de cellules souches. La plateforme soutient de même, la startup new-yorkaise Dropel, qui fabrique du textile doux, en fibres naturelles, resistant aux taches, aux odeurs et à l’eau… Des innovations prometteuses et écologiques.

 

 

Créer un lien entre ingénieurs, scientifiques et designers de mode, tel est donc le défi que Miroslava Duma souhaite lever avec conviction ; elle parle même de « quatrième révolution industrielle ».

Avec le Fashion Tech Lab, la mode serait-elle ainsi en train de vivre sa révolution technologique ?

 

 

Sources:

Fashion Tech Lab

Miroslava Duma’s new industrial revolution (Financial Times – ft.com)

Cracking Fashion’s codes – (Harper’s Bazaar – harpersbazaar.com)

Jeunes Maisons : Fashion Tech Lab (Les Echos – lesechos.fr)

About the Author:

International PR Professional | Press Officer #MBADMB

Laisser un commentaire