Les 4 facteurs digitaux qui changent le paradigme des PME Françaises

De nombreuses études soulignent le retard dans la prise de conscience et dans la mise en œuvre par la majorité des Dirigeants de PME des actions de transformation nécessaires.

Une récente étude menée par BPI France tente d’apporter une explication à ce retard de perception et d’action. Cette étude présente aussi l’intérêt de proposer des axes de travail en fonction des différentes typologies de Dirigeants de PME.

 

 

Au-delà du fait qu’il est extrêmement difficile pour un Dirigeant de PME de se projeter compte tenu de la pression du quotidien et encore plus de se projeter dans un futur aussi complexe et incertain que celui que nous vivons, la terminologie Transformation Digitale apparaît à un grand nombre de Dirigeants de PME comme un concept global, dans l’air du temps et qui ne les concerne pas forcément.

Cette perception tient en particulier au fait que ce que certains nomment la 4è Révolution industrielle apparaît comme une vague invisible à dimension sociétale et non seulement économique, submergeant toutes les structures de notre monde.

Ceci étant posé, il est inquiétant de constater l’absence globale de compréhension par la majorité des Dirigeants de PME des enjeux, risques mais aussi opportunités associées à la transformation numérique.

4 facteurs essentiels viennent pourtant changer le paradigme général des PME Françaises :

  1. L’expérience client : que l’on soit en B to B ou en B to C, la versatilité et le niveau d’exigence des clients implique pour l’entreprise de passer d’une logique de produit à une logique d’usage. Ce changement de regard induit une révision en profondeur de la chaîne de valeur et donc de l’organisation de l’entreprise et de ses différents métiers contributeurs de l’expérience client.

  2. L’hyperconnexion et la surinformation des clients : les PME doivent nécessairement prendre en compte cette dimension ainsi que la multiplication des points de contacts avec l’entreprise, ses acteurs internes et ses produits et services.

  3. Des prix désormais sous tension : c’est une conséquence directe et évidente de l’évolution des clients et de l’élargissement du champ concurrentiel.

  4. Enfin, la précarisation des avantages concurrentiels, précarisation qui peut découler de l’apparition de nouveaux concurrents partout dans le monde avec pour certains un potentiel de disruption et d’innovation destructeurs pour les acteurs endormis.

En résumé, finie la navigation sur le long fleuve déjà chahuté du marché Français. L’internationalisation s’impose de facto et les PME Françaises doivent affronter l’océan.

Face à ces enjeux, les PME Françaises disposent heureusement de nombreux atouts.

Il est en effet plus facile de repositionner le client au cœur de l’entreprise dans une structure à taille humaine.

La mise en place d’une organisation agile, c’est-à-dire pro-active et réactive, collaborative et transverse dans la gestion des projets et la résolution des problèmes est plus simple à mettre en place au sein d’une PME.

Enfin, une PME est incarnée par son ou ses Dirigeants. A partir du moment où l’implication du ou des Dirigeants dans le changement va être totale, l’engagement des équipes pour passer à l’action va être maximum.

Pour en savoir plus sur les enjeux digitaux des petites et moyennes entreprises

By | 2018-01-08T19:55:29+00:00 janvier 4th, 2018|E-transformation du monde, Inside Digital Revolution|1 commentaire

About the Author:

Au-delà de mon expertise globale de la Communication (en agences conseil pendant près de 15 ans et au sein d’une Direction opérationnelle de 5000 collaborateurs chez Orange France pendant 5 ans ), j’ai assuré la Direction du projet de transformation digitale de cette Direction Opérationnelle.

Avec mon activité de conseil indépendant lancée début 2017, j’aide les entreprises à booster l’engagement de leurs équipes au service d’une expérience client exemplaire.

Avec le MBA Digital and Marketing Business, je vais enrichir mon portefeuille d’expertises digitales pour mieux servir mes clients dans le cadre d’une vision 360° de leur transformation.

Un commentaire

  1. Aurélie Billac 16 janvier 2018 à 22 h 11 min␣- Répondre

    Article très intéressant Bruno.
    Même si cela semble difficile, même si cela peut passer de prime abord pour une « perte de temps », les dirigeants se doivent de se préserver du temps de réflexion et de prise de hauteur !

Laisser un commentaire