L’IA VS l’automobile

Depuis quelques temps, les principaux constructeurs automobiles se concentrent sur le sujet de l’intelligence artificielle. Deux objectifs clairs : se différencier sur le marché du haut-de-gamme et être capable de développer une voiture 100% autonome.

L’intelligence artificielle, un enjeu majeur pour l’automobile.

Rappelons-nous qu’est-ce que l’intelligence artificielle ? Il s’agit d’une technologie qui permet à un véhicule d’adapter son comportement aux différentes situations qu’il est susceptible de rencontrer et de s’améliorer tout en apprenant. L’intelligence artificielle à d’ors et déjà mis un pied dans le monde automobile. Effectivement, une forme primaire d’intelligence artificielle est présente dans les dernières voitures commercialisées. Pour exemple, le système de conduite semi-autonome, la cyber-sécurité, l’alerte de dépassement de ligne ou encore l’assistant virtuel. Cependant, l’usage de cette technologie reste basique.

Les constructeurs automobiles préparent l’avenir en misant sur l’intelligence artificielle avec l’arrivée de la voiture autonome prévue pour 2020/2025. Il s’agit d’inventer un système capable de gérer un véhicule sans aucune aide extérieure. La course aux défis commence entre les constructeurs automobiles, c’est celui qui aura la voiture la plus intelligente qui dominera le futur marché des véhicules autonomes.

Qu’en est-il de l’avis des consommateurs ?

D’après des études, 38% des répondants disent ne pas être prêts à faire confiance à un véhicule entièrement autonome, notamment parce qu’ils douteraient de la fiabilité du système. De l’autre côté nous avons 46% qui ne souhaitent pas ne plus avoir de contrôle sur la voiture ou même peur que cette dernière soit piratée.  Il y a aussi ceux qui auraient peur d’avoir un accident avec une voiture autonome. Alors que 58% des répondants disent compter sur les véhicules intelligents pour profiter de fonctionnalités de sécurité améliorées.

Quel que soit le secteur, les français ont les mêmes craintes vis-à-vis de l’intelligence artificielle. Afin de rassurer les consommateurs, les constructeurs automobiles font face à des chantiers d’envergure. Tout d’abord la capacité d’un véhicule à reconnaître son environnement. En effet la voiture se doit de connaître tous les lieux où elle se trouve, plus précisément : virage, panneaux de signalisation, carrefour, vitesse autorisée … En conséquent, les groupes automobiles se voient dans l’obligation d’accumuler un maximum de données et de cartographier l’ensemble des routes.

L’intégration de l’IA dans les véhicules ne se limite pas aux fonctions autonomes. Elle permet également de travailler sur des nouveaux systèmes de communication comme car-to-car (de véhicule à véhicule) ou encore car-to-X (du véhicule vers les infrastructures). Ces systèmes offriront aux clients des économies de carburant, en permettant d’éviter un bouchon ou de ralentir progressivement à l’approche d’un feu. Pour garantir une meilleure sécurité, les voitures pourront s’avertirent entre elles de leur présence ou d’éventuels accidents sur le route.

« Les véhicules autonomes seront capables, grâce au deep learning de brasser d’immenses quantités de données, de déterminer ainsi quels types de situations produisent généralement un accident, et ainsi de réagir lorsqu’une situation similaire se présente. » affirme Ron Di Carlantonio.

Une seule question reste en suspens : l‘intelligence artificielle sera-t-elle au point pour 2020 et la commercialisation des premières voitures autonomes ? L’avenir nous le dira.

By | 2018-01-22T14:54:30+00:00 janvier 14th, 2018|Non classé|1 commentaire

About the Author:

#MBADMB #Paris #InsideDigitalRevolution #Ambitieuse #Entrepreneur #WorkingGirl #Distributrice #MLM #Indépendante #Voyageuse #Restauration #Cuisine #vins #Passion

Un commentaire

  1. Mahamadou Tamboura 14 janvier 2018 à 17 h 00 min␣- Répondre

    Gros défi et énorme business effectivement pour les constructeurs automobile sur cette intelligence artificielle. Nous verrons bien ce que donnera la suite. 2020 me parait un peu juste pour une commercialisation de véhicules « sans chauffeur ». Mais bon, comme on dit dans le jargon : TEST AND LEARN !

    Excellent article Manon 👌🏾

Laisser un commentaire