Comment le digital a changé ma vie de diabétique

Portails d’informations, applications mobiles, guides en ligne… les initiatives qui veulent rendre la vie plus facile aux personnes atteintes de diabète se multiplient. Une vraie opportunité, lorsque l’on sait que le diabète de type 1 touche plus de 150.000 français, dont entre 9.000 et 13.500 enfants et adolescents.

« Le diabète c’est quoi ? », « ça veut dire que tu as trop de sucre ou pas assez ? », voilà deux des questions qui reviennent sans cesse depuis 12 ans lorsqu’on me demande d’expliquer ma maladie.

D’ailleurs, parler de diabète au singulier est une erreur : il y en a plusieurs. Trois en tout. En effet, le diabète de type 2 qui touche principalement les personnes âgées ou en surpoids, est lui assez connu et se caractérise par une faible production d’insuline par le pancréas.

Quant aux deux autres types de diabètes, ils le sont beaucoup moins. Le diabète gestationnel touche certaines femmes enceintes durant leur grossesse, et disparaît ou non à la fin de la grossesse. Mais celui dont je veux parler aujourd’hui est le diabète de type 1, ou diabète insulino-dépendant, c’est-à-dire lorsque le pancréas ne produit plus du tout ou très peu d’insuline.

Un quotidien chamboulé

Imaginez-vous, vous vous mettez à table, le repas vous fait saliver d’avance et vous n’avez qu’une envie c’est de vous jeter sur votre assiette. Mais STOP ! Avant toute chose vous devez vérifier votre glycémie et faire une piqûre d’insuline en conséquence. Autant vous dire que votre plaisir gustatif est totalement mis au placard.

Mais puisqu’elle ne me quittera plus jamais, j’ai appris à gérer ma maladie. À utiliser et comprendre mon traitement. Cela implique pouvoir gérer les injections d’insuline en fonction de ce que je mange et de ma glycémie, mais aussi savoir quand me « ressucrer », c’est-à-dire prendre une collation sucrée en cas d’hypoglycémie. Cette surveillance constante peut vite devenir lourde et je ne suis pas à l’abris d’oublier, consciemment ou non, de vérifier ma glycémie. Mais aujourd’hui j’ai droit à un petit coup de pouce !

Digi – diabète

Les innovations digitales sont nombreuses dans le domaine de la santé et particulièrement pour les maladies chroniques, en témoigne les CES de Las Vegas. C’est ainsi qu’en juin dernier, Apple a annoncé la compatibilité de l’Apple Watch avec un lecteur de glucose. Un pas de plus vers une surveillance plus aisée par les patients. Plus besoin de se reporter à son petit carnet mais juste à swipper sur une application mobile !

Plus encore, l’application DiabiLive permet aux patients diabétiques de calculer en temps réel leur dose exacte d’insuline selon leur prescription médicale, leur diététique et leur activité physique. Ce paramétrage du protocole de traitement dans le logiciel est effectué par le médecin traitant et permet de doser au plus juste les besoins en insuline du patient, qui dispose aussi d’alertes préprogrammées sur le portable pour appeler les bonnes personnes en une seule touche.

Différentes innovations digitales existent également pour contrôler l’insuline sans avoir recours à la piqûre, à l’instar de Diabeloop. La startup française présente au CES de Las Vegas a présenté son tout nouveau pancréas artificiel. Ce dispositif est composé de trois parties afin de reproduire les fonctions du pancréas. Un capteur de glycémie envoie les données à un terminal qui contient un algorithme complexe afin de déterminer la meilleure dose d’insuline à envoyer à la pompe connectée. Les données sont envoyées en parallèle à un service de suivi afin d’améliorer le traitement sur le long terme. Cette pépite devrait être commercialisée dans le courant de l’année 2018.

Pour avoir testé plusieurs de ces avancées digitales, une chose est sûre, elles ne m’enlèvent pas le poids de la maladie. Mais elles m’aident à avancer, le tout avec un petit côté geek qui, il faut le reconnaître, est vraiment sympa ! Parallèlement à ça, de nouvelles inventions vont voir le jour permettant d’alléger encore plus le quotidien des patients diabétiques. Des chercheurs du MIT seraient même en train d’inventer un tatouage qui changerait de couleur en fonction du taux de glucose. (Plutôt cool non ?) Ce n’est pas pour demain alors autant s’amuser avec tous les gadgets déjà présents !

By | 2018-02-09T17:00:15+01:00 février 9th, 2018|E-Santé, Non classé|7 Comments

About the Author:

Etudiante du MBADMB FT Paris, passionnée par les voyages, le fooding et les nouvelles technologies.

7 Comments

  1. Tamboura 9 février 2018 at 16 h 48 min - Reply

    Ouaw… C’est… puissant… quel post ????????????

  2. Adé Charleine DBK 9 février 2018 at 17 h 01 min - Reply

    Ton article est magnifique .. Respect ??????

  3. CAMUS 9 février 2018 at 20 h 23 min - Reply

    Sujet très utile pour une jolie et triste cause ! Bravo à toi !

  4. Griveaud 10 février 2018 at 19 h 03 min - Reply

    Juliette merci de nous parler de ce qui te tient à coeur et fait partie intégrale de ta vie depuis tes 11 ans. Et moi j’aime bien l’idée du tatouage: comment allier l’utile à l’agréable du moment que les designs proposés soient à la hauteur de l’esthétique attendue. Bravo pour ton article ! A trés vite !

  5. Abate Perraud Nathalie 11 février 2018 at 11 h 29 min - Reply

    S’il y a bien un secteur où le digital peut être au service de l’humain c’est la santé . Merci Juliette pour ce partage très personnel et c’est une très bonne chose que l’accompagnent au traitement du diabète progresse

  6. Solène 12 février 2018 at 8 h 09 min - Reply

    C’est courageux d’avoir partagé ton expérience personnelle.. et c’est tellement intéressant et rassurant de voir des progrès grâce à la technologie. Bravo pour ton article ! 🙂

  7. Doudou DIOUF 12 février 2018 at 16 h 24 min - Reply

    Bonjour Juliette,

    Merci pour ton partage d’expérience et cet article très pertinent sur l’apport du digital pour la cause du diabète. (Merci a florence de m’avoir transmis le lien de cet article). Bravo à toi !

Leave A Comment

Oops...
If you want to use the PHP function "add_revslider" in your code please make sure to activate "Include RevSlider libraries globally" and/or add the current page to the "Pages to include RevSlider libraries" option in the "Global Settings" of Slider Revolution.