Design Sprint, 5 jours pour relever le défi !

Designers et non designers utilisent le design thinking et le design sprint pour résoudre des problèmes et pour innover.

Comme je l’ai mentionné dans mes précédents articles, le design thinking est une méthode pour résoudre des problèmes qui peut être appliquée de manière très large. Le design sprint est, quant à lui, fondé sur une méthodologie. Pour simplifier, on pourrait dire que le design thinking est une boite avec un large éventail d’outils, qui lui permettent d’aborder des sujets multiples. Le design sprint fait partie de ces outils car au fond, il s’inspire des méthodologies du design thinking, mais impose des règles plus précises.

Le design sprint a vu le jour en 2014 dans les locaux de Google. Cette méthodologie de conception rapide a été créé par Jake Knapp, designer de projet chez Google Venture. Son principal attrait ? Résoudre les problèmes en 5 jours ! On croirait presque à un remède miracle.

Voici donc le cadre proposé par Google : 5 jours, une équipe fonctionnelle intégrée et des étapes à franchir, minutées. Prêt à relever le défi ? Allons-y !

A la recherche des 7 magnifiques 

Avant de commencer, il te faut composer ton équipe et le casting est primordial. La taille idéale pour l’équipe projet d’un sprint design est de 7 personnes. Au-delà, il te sera difficile d’avancer dans les temps, et surtout de réussir à garder tout le monde concentré tout le long du sprint.

Mais comment choisir les profils qui vont intégrer ton équipe ? Cette fois-ci Google ne te propose pas une réponse, mais une série de questions :

  • Qui va trancher lorsque des décisions doivent être prises ?

Au sein de l’entreprise il s’agit le plus souvent du DG, du fondateur, du chef de produit ou du chef de projet. Il te faut donc un décideur.

  • Qui sait d’où vient et où va l’argent dans l’entreprise ?

C’est celui qui connait tout des flux financiers qui entrent et sortent de l’entreprise, comme par exemple un directeur financier. Il te faut trouver un expert financier.

  • Qui crée habituellement les messages de communication dans l’entreprise ?

Il est garant de l’image et des messages qui sont communiqués, cela peut être un directeur de communication, de marketing ou de relations publiques ou un community manager. Ton troisième profil est donc un expert marketing.

  • Qui parle régulièrement à tes clients ?

Ce sont les personnes qui sont le plus en contact avec tes clients, cela peut être du personnel du service clientèle ou du personnel de vente. A toi de chercher l’expert client.

  • Qui sait le mieux ce que ton entreprise peut produire et livrer aux clients ?

Profils qui sont au cœur de la production et de la logistique, comme les directeurs techniques ou les ingénieurs. Il te faudra chercher un expert technique / logistique.

  • Qui conçoit les produits que fabrique ton entreprise ?

Ils sont au centre du produit, tel que les ingénieurs ou les chefs de produit. C’est donc un expert conception produit que tu dois recruter dans l’équipe.

  • Mais qui va animer tout ce beau monde ?

Eh oui, il faut un animateur ! C’est un rôle primordial pour faire en sorte que le sprint avance et se déroule selon les règles.

Tous ces profils sont la combinaison parfaite de la dream team. Il est possible, lorsque tu devras sélectionner ton équipe, que tu n’aies pas tous ces profils à ta disposition et que sa composition soit donc plus réduite. C’est à toi de composer au mieux avec les profils que tu peux associer au sprint.

Roadmap du Design Sprint

1ère règle  : On respecte le timing !

Dans le design sprint, tout est programmé ! Les étapes sont réparties sur les 5 jours (du lundi au vendredi). On démarre à 10h et on termine à 17h. L’équipe a le droit à une pause midi d’une heure et des mini pauses matin et après-midi. Cela peut paraitre scolaire, mais compartimenter les activités facilite la concentration et le respect d’un timing si serré.

Le time timer sera ton allié !

2ème règle : La règle du ni-ni-ni (ni téléphone, ni ordinateurs portables, ni tablettes)

Tu as trouvé ta dream team et fait le plein de post-it, bouteilles d’eau et barres de céréales ?  Tu es donc prêt à suivre le plan 😊

Lundi : Map 

La première matinée est consacrée à la définition de l’objectif à long terme. Une fois que vous l’avez trouvé, demandez-vous pourquoi cela ne pourrait pas marcher. Ce questionnement vous emmènera vers d’autres questions qui viendront alimenter votre réflexion et qui vont vous permettre d’établir une liste des questions auxquelles devra répondre le sprint. Gardez toujours sous les yeux ces questions.

Elaborez ensuite une ébauche du problème sous forme de cartographie. Définissez entre 5 et 15 étapes. Cela devrait prendre entre 30 à 60 min.

L’après-midi, libérez la parole des experts de l’entreprise. Faites-les vernir pour qu’ils puissent répondre à vos questions (entre 15 et 30 min par expert). Ecoutez-les et prenez des notes sur des post-it que vous pourrez associer à la cartographie élaborée le matin pour la faire évoluer.

Ces notes pourront être classées par la technique du HMW (how might we…) ou en français, comment pourrions-nous ? Cette technique développée dans les années 70 est utilisée notamment chez IDEO, l’agence qui a popularisé le design thinking (et oui on y revient toujours !). L’équipe procède ensuite au vote par gommettes pour identifier les idées les plus intéressantes. Le décideur aura un peu plus de gommettes que les autres membres.

Vous avez encore une petite mission à accomplir avant la fin de la journée : trouver la cible sur laquelle va se focaliser le sprint. Quel client ? Quel moment de son expérience ? Discutez ensemble et donnez la parole au décideur pour qu’il tranche (bah oui, il ne s’appelle pas décideur pour rien !).

Mardi : Sketch

Tu ne sais pas dessiner ? Pas de panique, on ne te demandera pas de de dessiner comme de Vinci, mais plutôt de faire du Malevitch.

Tous les membres de l’équipe doivent dessiner sur papier des solutions concurrentes ou inspirées d’autres domaines puis, pendant 3 minutes, chacun fait à son tour une « présentation flash » pour expliquer la solution aux autres. Le but de cet exercice n’est pas de copier mais d’inspirer.

L’animateur dessine à son tour ces solutions sur un tableau blanc pendant chaque présentation afin de garder toutes ces inspirations sous les yeux.

L’après-midi, on continue à esquisser des solutions. Mais cette fois-ci, on travaille sur les questions soulevées dans la cartographie et en solo. Il n’y a pas de brainstorming, on pousse la réflexion par la responsabilité. Exceptionnellement, les sprinters pourront utiliser leur téléphone et ordinateur pour faire des recherches. Attention : évitez la tentation de consulter vos mails, car vous n’aurez que 20 minutes ! Après quoi, vous devrez mettre vos idées sur une nouvelle feuille de papier. Faites un Crazy 8 (voir mon article sur l’idéation), puis terminez avec une esquisse détaillant la solution.

Mercredi : Decide

La matinée démarre par une explication très rapide des esquisses conçues la veille. C’est l’animateur qui explique ce qu’il voit. Les idées les plus intéressantes sont inscrites sur des post-it et les sprinters votent ensuite pour le storyboard ou l’idée qu’ils préfèrent, puis ils ont une minute pour expliquer leur choix aux autres. Mais c’est encore au décideur que revient le choix final. Il peut choisir l’idée sur laquelle il y a le plus de votes, ou une autre. Pour cela, il a droit à un « supervote ».

L’équipe sprint pourra s’attaquer au storyboard dans l’après-midi. Après avoir désigné un membre de l’équipe pour dessiner, commencez par choisir votre scène d’ouverture et essayez d’utiliser les idées que vous avez choisies dans votre storyboard. Pensez que chaque image du storyboard correspondra à une minute de test, donc ne dépassez pas les 15 cases.

Jeudi : Prototype

Avant d’entamer cette quatrième journée de sprint, ton équipe et toi devez être conscients de quelque chose : tout ce que vous allez prototyper pourra être jeté. Ce n’est jamais facile, mais l’avantage dans le sprint est que le temps consacré ne représente qu’une journée et de ce fait, on est moins attaché à une solution et plus réceptif aux critiques.

Vous n’avez pas besoin de créer un prototype entièrement fonctionnel. C’est assez difficile en vue du timing, il est donc possible de ne faire qu’une façade, mais elle doit être crédible afin que les réactions suscitées lors des tests prévus le lendemain puissent être analysées.

Pour bien travailler, il faut s’organiser. Chaque sprinter à un rôle à jouer :

  • Les artisans – au nombre de deux ou plus, ils sont chargés de créer les éléments individuels du prototype
  • Le finisseur – il est chargé d’harmoniser tous les éléments réalisés par les artisans
  • L’écrivain – il est chargé de la qualité du texte
  • Le fouineur – au nombre d’un ou deux, ils facilitent le travail des artisans, en recherchant les éléments qui permettent de faire avancer le prototype (par exemple : images sur le web).
  • L’intervieweur – c’est le sprinter en charge des entretiens des utilisateurs lors des tests.

Vendredi : Testing

Cette dernière journée de sprint démarre une heure plus tôt car tout doit être prêt pour les tests.

Pendant que l’intervieweur interroge les 5 utilisateurs recrutés en amont, le reste de l’équipe regardera la scène en visioconférence et prendra des notes. Tu te demandes peut-être pourquoi 5 utilisateurs et non 7 ou 4 ? Tout simplement parce que selon Jakob Nielsen, expert de la recherche utilisateur, c’est le chiffre qui permet de voir les tendances. Tu pourras faire plus de tests avec plus d’utilisateurs, les grandes tendances dans leurs feedbacks resteront les mêmes.

L’intervieweur proposera à chaque utilisateur une tâche qui suppose de manipuler le prototype, et le questionnera tout le long de la manipulation.

Les notes prises par le reste de l’équipe pourront être analysées et ainsi faire ressortir les tendances et les schémas récurrents.

Le moment de vérité est arrivé : faites un retour en arrière et observez les questions posées lundi et l’objectif et auquel devait répondre le sprint. Si vous avez bien suivi les consignes, vous devriez avoir des réponses pour la suite, une piste à creuser ou à laisser de côté.

Pour t’aider à mieux comprendre, voici une vidéo qui explique sous forme de sketching le Design Sprint :

Le Design Sprint n’a pas pour vocation de créer une solution utilisable en seulement 5 jours, mais il permet de voir rapidement si tu es sur la bonne piste. En testant tes produits avec des futurs utilisateurs tu minimises les risques et les coûts. Son timing court encourage l’innovation et la prise de décisions. Alors, quel défi es-tu prêt à relever ?

Sources

Jake Knapp –Résoudre les problèmes et trouver de nouvelles idées en 5 jours

By | 2018-05-27T11:51:15+00:00 May 20th, 2018|e-Business, Transformation digitale, UX|0 Comments

About the Author:

Passionnée d'art et de culture, je m'intéresse aux processus de créativité et aux méthodologies centrées sur l'humain

Leave A Comment