Shop Shop, ou le commerce social offline pour relancer le trafic

Après de nombreuses hésitations, j’y vais, j’y vais pas, je pars, je ne pars pas, me voilà finalement partie en juin, pour une semaine complète de découverte à Shanghai. Un peu à reculons, j’avoue, sans aucun attrait pour le pays du digital, je l’avoue encore, me voici embarquée pour un voyage qui, au final restera à jamais gravé dans ma mémoire : découverte de cette magnifique ville, visites et soirées festives avec mes collègues du MBA DMB sans qui cette semaine n’aurait jamais été la même (#cqspasras). Et bien entendu, cerise sur le gâteau, participation au CES Asia, un véritable must pour découvrir toutes les nouveautés en terme d’innovations.

Alors, je ne vais pas vous raconter ma fabuleuse semaine, à savoir les pauses photos burlesques avec ma linette, mes fou rires quotidiens avec notre Véro nationale, nos échanges sur l’éducation avec Elisa, mes discussions lunaires avec François, ou encore les conversations secrètes Élyséennes avec Selim….ce serait trop long, hors sujet, et surtout vraiment pas très digital.

Donc j’y viens, patience, patience, j’ai choisi de vous présenter une start-up coup de cœur, nommée SHOP SHOP présente sur le stand de la French Tech, et de mettre en lumière, Léa, Alicia, Robin et Maxime, 4 ingénieurs Français qui ont choisi de présenter un nouveau concept de vente : le social commerce offline. Léa, a gentiment pris le temps de répondre à mes quelques questions. Interview.

Bonjour Léa, nous sommes sur le Salon CES ASIA, à Shanghai, pouvez-vous m’expliquer votre présence en Chine ? 

Léa : Nous suivons actuellement une formation entrepreneuriale de 5 mois à l’UTSEUS, université de technologie sino-européenne de Shanghai University. Ce programme s’insère dans le cadre de nos études en école d’ingénieur et vise à nous encadrer dans le processus de création d’une start-up.

Comment expliquer votre présence sur l’espace de la French tech ?

Dans le cadre de ce programme entrepreneurial, nous avons été invités à venir sur ce Salon afin d’y présenter notre start-up soutenue par Stéphane Monsailler, président de la French Tech et qui nous a accompagnés dans notre projet.

Pouvez-vous nous présenter le projet de votre start up ?

SHOP SHOP est un service offert aux supermarchés et hypermarchés en Chine pour leur permettre d’être plus attractifs auprès de leurs clients. En effet, les supermarchés physiques souffrent d’une forte compétition avec les achats en ligne et perdent des parts de marché. L’idée est donc de les aider à ramener leur clientèle dans les supermarchés physiques. En Chine en particulier, les modes de consommation sont très tournés vers le e-commerce : 50% des transactions proviennent du e-commerce. De plus, les Chinois utilisent beaucoup les avis de la communauté afin de choisir leurs achats (70% des Chinois utilisent les réseaux sociaux pour faire leur choix).

D’où votre projet  ?

Oui, à partir de ces observations, nous avons eu l’idée de développer une application qui prend la forme d’un “social commerce offline” et qui permet d’offrir au supermarché et à leurs clients les avantages du commerce en ligne.

Expliquez-nous ?

Pour le supermarché, notre service est très facile à mettre en place et ne nécessite pas d’investissement particulier car aucun équipement n’est requis. Les avantages se traduisent par une meilleure connaissance des clients grâce à l’accès à un dashboard en direct qui traduit différentes données telles que les habitudes de consommation des clients en fonction de leur profil, du temps que les clients passent sur chaque type d’information disponible ou encore les produits abandonnés (les produits scannés mais non achetés). Ainsi, le supermarché peut améliorer, affiner, son offre et attirer plus de clients.

Et pour les clients, quel est l’intérêt ?

Pour les clients, l’utilisation de l’application est déjà très facile. Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur enregistre son profil et ajoute des filtres selon ses intérêts (l’aspect environnemental, les composants des aliments…). Il peut ajouter ses amis et rejoindre la communauté des utilisateurs SHOP SHOP. Au cours de son shopping, l’utilisateur scanne ses produits au fur et à mesure. Quand un produit est scanné, sa fiche identité apparaît avec le nom du produit, son prix, mais aussi la liste des aliments avec en avant les allergènes ou ingrédients que l’on ne souhaite pas consommer (huile de palme, additifs…), et les avis et notes des utilisateurs sur ce produit. Cette dernière fonctionnalité sociale est très importante en Chine car elle va permettre aux clients de les guider dans le choix de leurs produits.

A la fin de leur shopping, les clients n’auront plus besoin de passer en caisse et pourront payer directement sur leur smartphone avec Alipay, un moyen de paiement très répandu en Chine.

La base de données des commentaires sera enrichie par la communauté de l’application shopshop. Des notifications et coupons de réductions inciteront aussi les clients à noter et donner leur avis.

Pouvez-vous me donner un exemple concret ?

Par exemple, Jon rentre dans son magasin favori, scanne ses produits avec son portable. En scannant des cookies par exemple, il va avoir accès à l’avis laissé par son ami Martin quelques jours auparavant, mais aussi à des informations comme le nombre de consommateurs qui ont aimé ce produit dans le point de vente. A la fin, il peut payer son panier sur son portable.

Quel marché ciblez-vous ?

Dans un premier temps nous ciblons la grande distribution alimentaire en Chine (Carrefour, Auchan, Walmart). Dans le futur, nous souhaitons travailler avec d’autres secteurs d’activités comme les magasins de sport, d’électroménager, de vêtements, ou encore dans le secteur des ventes entre professionnels.

 Le travail sur la base de données produits va être énorme si vous ciblez l’alimentaire, non  ?

En effet elle sera conséquente, et pour palier à cela, nous recruterons une équipe dédiée afin de faire la saisie des données à chaque nouveau contrat. L’idée est de tester sur un premier supermarché avec une offre précise et nous verrons ensuite comment l’industrialiser par la suite.

Comment allez-vous injecter la data personnelle des clients ?

Pour les données personnelles des clients, celles-ci seront renseignées et collectées via l’application, comme un réseau social classique, puis traitées par un programme informatique afin d’en ressortir des données anonymes et des analyses, qui seront envoyées aux supermarchés sous la forme d’un dashboard. A ce jour, nous avons déjà échangé avec un expert dans le domaine de la cybersecurity sur les droits légaux attachés au traitement de ces données en Chine.

Avez-vous des pistes pour un premier test ?

Nous avons eu l’occasion de rencontrer plusieurs responsables de Carrefour Chine pour leur présenter notre projet, qui semble susciter de l’intérêt. L’objectif est de continuer le développement de notre application en parallèle des discussions, pour pouvoir commencer un premier test en conditions réelles début 2019.

Quel retour avez-vous suite à ce Salon ? Des encouragements ?

Nous avons pu croiser des personnes de différentes industries et susciter des réactions variées : des visiteurs simplement curieux, en passant par des personnes voulant télécharger et utiliser notre service dès maintenant, à des personnes étant intéressées par un partenariat. Globalement, les retours étant très positifs, nous sommes repartis avec de nombreux contacts en poche ! Enfin, nous avons rencontré un incubateur qui nous propose de l’aide pour l’implémentation en Chine et le développement de l’application. Cette rencontre sera sûrement décisive pour la suite du projet. Affaire à suivre …et nous serons ravis de partager la suite de notre expérience avec l’équipe du MBA DMB.

Rien ne sera jamais plus comme avant….

Voilà Shanghai, c’est aussi cela : de formidables rencontres avec des jeunes très talentueux, qui osent tout, qui quittent tout, qui testent tout, qui se lancent, qui se challengent, qui cherchent des idées nouvelles pour tenter une aventure professionnelle mais aussi humaine;  des jeunes qui vivent leur passion à 200%, sans se poser de questions…..Bravo à toute l’équipe de SHOP SHOP pour votre créativité et votre audace et particulièrement à Léa pour le temps que tu m’as très gentiment accordé sur place et à distance, merci WeChat !

Cette semaine, tout comme cette formation, vous bouleverse, vous fait réfléchir, vous donne une bouffée d’oxygène, vous remet en question, vous remplit de doutes, vous donne du courage, de l’espoir, vous change définitivement, c’est désormais une évidence….rien ne sera plus jamais comme avant….Merci Vincent !

 

#cqspasras :  Ce Qui Se Passe A Shanghai Reste A Shanghai ! 

 

By | 2018-07-14T07:40:08+00:00 juillet 14th, 2018|e-Business, French Tech, Non classé, Retail, Social Media|2 Comments

About the Author:

Experte en communication d’entreprise depuis 15 ans, je développe mes compétences sur les impacts du digital sur mon métier, sur nos clients, nos collaborateurs, ou candidats… Je me passionne également sur les enjeux organisationnels des grands groupes, et globalement sur l’aspect sociétal de la transformation digitale !
#mbadmb#insidedigitalrevolution#zonedeconfort#remiseenquestion#softkills

2 Commentaires

  1. Veronique 14 juillet 2018 à 17 h 12 min␣- Répondre

    Super article, Stéphanie. Le CES Asia à effectivement été un moment privilégié dans notre séjour à Shanghaì pour observer le dynamisme et les initiatives de la French Tech avec la participation de très jeunes start-ups aux côtés de sociétés établies. Leur concept de digital pour générer du trafic dans les magasins est audacieux et nécessaire dans un pays clairement tourné vers le commerce en ligne.

    Et pour finir sur une note moins digitale, merci d’avoir été une complice parfaite pour nos fous rires quotidiens 🙂

  2. Camus 14 juillet 2018 à 21 h 35 min␣- Répondre

    Merci ma vero !!!! Semaine et séjour inoubliables …..

Laisser un commentaire