Padawan transformé en sensationnel candidat maître Jedi, tu seras ! - MBA DMB

Padawan transformé en sensationnel candidat maître Jedi, tu seras !

Un padawan transformé en sensationnel candidat maître Jedi, tu seras !
Mon précédent article faisait le pont entre les soft skills/hard skills et le principe Yin/Yang. L’étape suivant logique est de fixer
l’esprit de votre interlocuteur dans les premières secondes lors d’un entretien d’embauche. 4 x 20 secondes vous connaissez ? Aussi c’est marquer votre profil grâce à votre storytelling.

4 x 20 secondes

C’est l’instant où vous entrez dans le bureau du recruteur. Ce dernier va accorder une attention toute particulière pendant les 20 premières secondes à vos 20 premiers gestes, vos 20 premiers mots et vos 20 premiers centimètres. Ces 4 éléments sont les déclencheurs de votre comportement et ils ont un impact sur le recruteur car à l’issu de ce laps de temps il aura un bon ou mauvais ressenti sur votre personne.

« Le côté obscur du recruteur, redouter tu dois. »
Pas de seconde chance mon petit Padawan. Faire bonne impression, tu feras !

Mon petit padawan, 4 x 20, tu maîtriseras !

  1. Les 20 premiers mouvements : Attitude et démarche assurée, engagée, tu auras !

  2. Les 20 centimètres du visage : Regard dans les yeux du recruteur, tu feras !

    Sourire naturel, tu auras !

  3. Les 20 premiers mots : Phrase courte pour te présenter et briser la glace, tu diras !

  4. Les 20 premières secondes : Climat de confiance et écoute active, tu créeras !

Pour en savoir plus un article de 2008 de Monster, toujours d’actualité : https://www.monster.fr/conseil-carriere/article/la-premiere-impression-est-generalement-la-bonne

Laisser un souvenir mémorable mon petit Padawan, tu feras !

“Pour faire la différence optez pour la clarté et affichez vos valeurs. On se souviendra plus facilement de celle ou celui qui incarne des valeurs et les assument dans son attitude au quotidien.”

Coach Christine Morlet https://www.linkedin.com/pulse/5-techniques-pour-devenir-m%C3%A9morable-christine/

Christine Morlet, nous partage 5 conseils pour laisser un souvenir mémorable, en langage Jedi que je suis cela se traduit par :

 

1. Faire une « wow impression », tu élaboreras !

Cela consiste à trouver très rapidement un point commun avec le recruteur. Par exemple : la même ville, la même école, le même hobby. Une technique commerciale est de se servir d’un tableau, d’un objet. Auparavant, assurez-vous que c’est bien le bureau du recruteur. En effet si vous voyez une maquette de bateau, que vous pensez que c’est sa passion, que vous allez en parler 10 minutes alors qu’en réalité il déteste la voile et qu’il a emprunté un bureau d’un collègue… [Là mon petit Padawan tu passes à côté de ton effet #tuterappellerasdemoipositivement !] L’objectif de cette phase est de découvrir quelque chose de familier sur votre interlocuteur. Ainsi, cette étape réussie, la confiance s’instaure, le ressenti est plaisant et le recruteur se souviendra de vous favorablement.

2 – Piquer immédiatement la curiosité, tu feras !

 Retenez qu’il faut « « conter des histoires ». Une magnifique storytelling, tu raconteras !

Pour attirer l’attention du recruteur, vous allez évoquer une belle histoire au lieu de vous présentez de façon factuelle, vous jouerez sur les émotions et mettrez en avant vos soft skills c’est à dire vos qualités intrinsèques qui vous caractérisent.
Les émotions sont très puissantes lorsque nous racontons une histoire. En effet, elles vont influencer notre comportement, elles vont nous aider à faire retenir un message au recruteur. L’histoire, va elle, attirer son attention, elle va vous distinguer des autres candidats car votre histoire est unique [Mon petit Padawan tu vas devenir un héros, car le recruteur dans ton histoire rentreras !] Sachez aussi inclure dans votre parcours vos erreurs car elles vous rendront plus attachant(e) et intéressant(e). Vous démontrez à votre recruteur que vous savez réaliser une auto-critique, faire des retours d’expérience, vous remettre en question et surtout vous êtes un « humain » !
Le but de cette approche étant de bâtir une relation durable, intense et convaincre votre interlocuteur.

Les 5 étapes

1ère étape : Jeune Padawan, les ingrédients de ton histoire tu incorporeras !

Le storytelling doit comprendre vos « hard skills» : expériences professionnelles, déclics dans votre vie professionnelle, formations effectuées ou reprises de cursus de formation, vos erreurs formatrices ou vos difficultés franchies avec succès.

2ème étape : Jeune Padawan, un message, tu passeras !

Votre message pour valoriser votre personnalité, vos qualités, vos « soft skills » : votre courage, votre persévérance, votre sens du management, votre ouverture interculturelle, votre créativité…

3ème étape : Jeune Padawan, ton histoire et l’entreprise, tu colleras !

Il est judicieux d’avoir plusieurs scenarios afin de retenir l’histoire qui évoquera parfaitement vos qualités en phases avec celle demandées pour le poste visé.

4ème étape : Jeune Padawan, ton histoire tu structureras !

Votre storytelling sera limpide, succincte et comprendra un début, un milieu avec un rebondissement et pourquoi pas un obstacle et évidemment une chute telle une morale ou une blague. Elle sera agrémentée à minima de 3 des 5 sens. Vous pouvez vous munir d’images, de photos, d’objets, démontrant ainsi votre intérêt pour l’entreprise, votre sens de l’anticipation, votre implication et votre motivation. Le seul bémol est quelque soit le support utilisé, il ne doit pas faire gadget et être en phase à la culture de l’entreprise. Par exemple vous pouvez réaliser une vidéo, une infographie, dessiner votre storytelling, créer un CV illustré.

 5ème étape : Jeune Padawan, tes scénarios tu testeras !

Comme un acteur de théâtre, vous allez répétez vos scénarios auprès de votre entourage. Ainsi cela vous vous permettre de vous les appropriez, surtout de les réajuster sur les points manquants de clarté ou de concision.

Deux conseils :
Le premier consiste à faire appel à au moins trois des cinq sens, lorsque vous évoquerez votre storytelling (la vue, l’ouïe, le ressenti, l’odeur et le goût) [bah oui, jeune Padawan, ton histoire n’est pas que verbale !]. En effet, votre public en l’occurrence votre recruteur doit s’imaginer, doit comprendre clairement votre conte. Par exemple vous pouvez dessiner, jouer un jeu de rôle entre un client et vous, pour expliquer votre approche commerciale.

Le second est de projeter une chute inoubliable à votre histoire pour marquer votre recruteur et lui donner l’envie d’en savoir plus à votre sujet. Indiquer votre métier est banal mais lui partager ce que vous procurez grâce à votre métier est valorisant.

3. Une empreinte personnelle et une signature, tu développeras !

Surtout vous devez rester fidèle, authentique à vos histoires, sans surjouer, ni imaginer. Clarté du discours et démonstration de vos valeurs sont vos précieux atouts le jour J.

Vous avez testé maintes et maintes fois vos storytelling. Vous maîtrisez dorénavant vos scénarios ? Parfait, vous pouvez les partager aisément lors d’un entretien d’embauche et de façon convaincante.

 Lecture associée : « Pitchez ! Pour transformer vos rencontres en opportunités » à paraître chez DUNOD le 12 septembre prochain.

  

4. Beaucoup de questions, tu poseras !

Poser des questions démontre que vous portez un intérêt au recruteur, à l’entreprise dont vous visez le poste. Vous n’êtes pas là par hasard. Retenez qu’écouter c’est le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un, puisque c’est lui dire : « Tu es important pour moi, tu es intéressant(e), je suis heureux(se) que tu sois là. Je suis sensible à qui tu es et ce que tu me dis ». L’écoute a aussi une autre vertu, celle de favoriser votre concentration et réfléchir aux paroles de votre interlocuteur, d’être attentif à son environnement. D’ailleurs, une étude avait prouvé que plus votre interlocuteur parle, plus il va se rappeler de vous car il va retenir des émotions positives : votre bienveillance, votre compréhension de lui et de ses attentes, votre disponibilité. Alors c’est vrai, lors d’un entretien, nous nous devons de parler de nous, cependant il faut savoir se taire par moment et être un récepteur de qualité. Pour ce faire, préparez vos questions pertinentes. C’est d’ailleurs ce qu’attend un recruteur.

 

5 – Trouvez un moyen de rester en contact

Un proverbe chinois dit : “Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi” [Là je suis obligée de faire un clin d’œil #experteniveau1FengShui !]

La conversation est en train de s’achever, alors validez le moyen de connaître sa prise de position sur votre candidature et remerciez-le.

Dans le cas où vous auriez le désir de transformer cette rencontre quelque soit l’issue de votre candidature, pensez à relever lors de votre échange les sujets qui motiveraient un suivi par le biais de l’envoi d’un article qui l’intéressait, une invitation à tel ou tel évènement, une félicitation sur son changement de poste, une félicitation sur ses X années d’expérience au sein de cette entreprise que vous adorez… En bref, répétez, ponctuez régulièrement des informations vous concernant pour marquer ainsi votre profil et vous créez des opportunités

Bonnes relations avec les recruteurs, tu entretiendras !

Te voilà maintenant un maître Jedi, tu es prêt à partager ta storytelling et quel que soit l’issue de l’entretien, tu resteras un Jedi, tu continueras d’apprendre sur les autres et sur toi car l’avenir est toujours en mouvement.

 

Je vous conseille la lecture relative à l’article de Myriam Gorlier : User Digital Experience (#UDE) : Y a-t-il une ou des Digital aptitUDE(s) ? http://www.mbadmb.com/2018/07/11/user-digital-experience-ude-y-a-til-digital-aptitudes/

« Un Jedi doit avoir l’engagement le plus profond, l’esprit le plus sérieux ! » Merci Christine Morlet et Maître Yoda de m’avoir inspiré pour écrire cet article.

 A toutes et tous, très HYG merveilleux été et rendez-vous à la fin du mois.

By | 2018-08-03T18:54:28+00:00 août 3rd, 2018|RH|0 commentaire

About the Author:

Parce que j’ai le sens de l’esthétique, que je suis attentive aux scénarios de vie propres à chacun, que j’aime créer des projets, que je suis attachée aux bien être des personnes et que j’apprécie la relation aux autres, j’ai fait le choix de réaliser une formation de décoratrice d’intérieur auprès de l’EDAA à Reims (Ecole de Design et d’Arts Appliqués). Aussi de Feng Shui et Bien Etre par Guillaume Rey. Enfin, un MBA Digital Marketing Business au sein de l’EFAP à Paris pour maîtriser les réseaux sociaux, ma communication. Mon identité « AGITRATRICE DECO ». Ma marque, HYG DECO (inspiration du hygge se prononce « hugueu », la recette danoise du bonheur) Une véritable philosophie de vie à expérimenter ! HYG à vous

Laisser un commentaire