Transformation digitale du paiement en e-commerce

La transformation digitale des moyens de paiements impact directement le secteur du e-commerce. Avec l’arrivée de nouveaux acteurs et des consommateurs de plus en plus exigeants, les e-commerçants doivent s’interroger sur le choix de leur plateforme de paiement.

Historique de l’évolution du paiement :

De la carte bleu inventée en France en 1967 au développement de la carte à puce en 1974, en passant par l’arrivée du premier site de e-commerce (Domino’s Pizza en 1994) et la création de Paypal en 1998, les solutions de paiements ont peu évoluées jusqu’en 2012, date à partir de laquelle on constate une multiplication des offres que ce soit pour les distributeurs ou les consommateurs.

Cette multiplication des offres a été rendue possible grâce à 3 facteurs :

  • Un changement des usages liées à l’adoption des smartphones : le lancement de l’IPhone en 2017 et la mise en place de l’App Store l’année suivante ont permis le développement d’applications permettant d’accompagner les utilisateurs au quotidien et sont devenus le premier « compagnon » digital. En France le taux d’équipement de portable est de 75% et le taux de pénétration des smartphones est de 71%

 

  • Une évolution technologique : même si le premier portable équipé de la technologie NFC est né dans les années 2000 (Nokia 5140i), l’équipement généralisé du NFC (Near Field Communication), technologie qui permet l’échange d’information entre un émetteur et un récepteur, a favorisé le développement du paiement sans contact.

 

 

  • Changement juridique : même si elle est intervenue pour cadrer les usages (les applications demandait les identifiants et les mots de passes des utilisateurs pour accéder à leur informations), la mise en place de la DSP2 a obligé les banques à s’ouvrir afin de donner l’accès aux informations clients favorisant l’arrivée de startup sur ce secteur.

Coté consommateurs :

Ces 3 facteurs ne peuvent fonctionner que si les utilisateurs sont prêts à les adopter. Sur les 12 derniers mois les français ont en majorité utilisés la carte de paiements et les espèces. Cependant si l’on s’attarde plus longtemps sur le détail des usages par génération, on constate que les 18/24 ans et les 25/34, dans la même proportion (69%) ont déjà utilisé le paiement sans contact.

Pour ce qui est du paiement avec un mobile même s’il est encore peu répandu, le plus fort taux d’adoption est celui des 18/24 ans à hauteur de 18% d’entre eux.[3]

 

En ce qui concerne l’attractivité de ces nouveaux moyens de paiements c’est la carte sans contact qui arrive en premier place des technologie qui intéressent les personnes interrogées lors de cette étude.

Quels impacts sur le e-commerce ?

En quelques chiffres le e-commerce en France c’est :

  • 37,5 millions de français qui ont achetés en ligne au T2 2017 (soit plus d’un sur deux)
  • Il pèse 8,5% du commerce de détail
  • 30% des acheteurs en ligne sont des m-shoppers
  • La carte de paiement est utilisée dans 85% des cas pour régler un achat

Pour les acteurs du e-commerce, il est donc important de se poser la question de l’offre en terme de moyens de paiements.

En effet selon une étude réalisée par Baymard, sur l’abandon du panier au moment du paiement, les cause liées à la nécessité de création d’un compte, d’un tunnel d’achat trop long, la confiance dans le site pour la communication des informations de carte, et l’absence de nombre suffisant de solutions proposées sont directement ou indirectement liées au paiement.

Acteurs du moyen de paiements en ligne :

Il existe de plus en plus de solutions de paiement possible pour les acteurs du e-commerce.

La liste ci dessous n’est bien entendu pas exhaustive, mais permet de dresser un panorama des différentes solutions.

Paypal : fondé en 1998 puis racheté par Ebay, il reste aujourd’hui un des leaders des solutions de paiement pour le e-commerce. 2 options pour celui- ci, soit la gestion du paiement par carte bleue, soit la mise en place du paiement par Paypal.
Paypal dispose de plus de 240 millions de compte actif, ce qui le rend particulièrement intéressant en terme de notoriété pour la réassurance client.

Stripe : peu connu du grand public, c’est pourtant le système de paiement qui équipe des sociétés comme Delivroo, Drivy, Lyft ou Slack. Stripe propose une intégration facile et personnalisable au sein du site ou de l’application mobile de ces clients, avec un cout à l’entrée moins élevé que celui de Paypal pour le paiement par carte.

Adyen : Fondé en 2006 et entrée en bourse en 2018, cet acteur Néerlandais a doublé sa capitalisation boursière le jour de son introduction en bourse. C’est la plateforme choisie par Airbnb, Uber et Spotify entre autre. Adyen propose aussi bien le paiement en ligne qu’en magasin et dispose aussi d’une offre pour les marketplace.

Mangopay : plateforme de paiement en marque blanche dédiée aux marketplace. Fonctionne comme un tiers de confiance et gère à la fois le paiement du vendeur et la transaction de l’acheteur.

Amazon Pay : Amazon Pay s’appuie sur une base de 310 millions de compte clients actifs pour proposer sa solution de paiement aux e-marchands. Le client s’identifie avec son compte Amazon. Cela permet de récupérer les informations de facturation et de livraison depuis son compte client. Gain de temps pour le client final, mais pose la question de la data.

Frais :

Les frais des plateformes de paiements varient en fonction du paiement accepté, de la devise, ainsi que du volume de transaction.

Pour un paiement par carte, pour un site avec un volume de transaction inférieur à 2000€ / mois le comparatif est le suivant :

Il est donc primordial de définir le choix de sa plateforme de paiement afin de pouvoir déterminer les couts et l’impact direct sur la marque que cela peut engendrer.

Choix d’une solution :

Chaque solution ayant des avantages et des inconvénients par rapport aux autres, il convient donc de se poser les questions suivantes :

  • Volume de transaction ?
  • Couts et impacts sur la marge ?
  • Ventes à l’international ou non ?
  • Compatibilité et intégration aisée avec le CMS ?
  • Détail du reporting associé à la plateforme de paiement ?
  • Nécessité d’avoir un service client ?
  • Récurrence de paiement ? Abonnement ?

Le point le plus important étant que la solution proposée soit adaptée à votre clientèle et qu’elle soit facilement utilisable sur mobile, ce qui est rendu plus facile grâce au one click button.

One click button :

Facilement utilisable sur mobile, le one click payment au client de valider son achat directement grâce aux informations qui sont stockées sur son ordinateur ou téléphone et déjà associé à une plateforme comme Paypal. Cela permet aussi un gain de temps car cela évite à l’internaute de ressaisir ces information de livraisons ci celles-ci sont déjà enregistrée.

En plus de fluidifier le parcours d’achat, ces systèmes de paiements permettent d’augmenter le chiffre d’affaires généré par client, comme dans le cas de la société anglaise Fon, qui a constaté que les clients qui utilisaient le bouton Amazon Pay, achetaient 10% de plus que les autres clients.

Il en est de même pour les sites proposant Paypal. D’après l’étude Comscore menée auprès de 20 sites de e-commerce aux Etats Unis et avec un panel d’un million d’acheteurs, il ressort que le taux de conversion de Paypal est de 88% alors que celui des tous les autres moyens de paiements confondus était de 48,7%. Par ailleurs les sites qui proposent le « Paypal Express checkout » enregistrent un taux de conversion supérieur de 47%, comparé à ceux qui ne le proposent pas.

Proposer plusieurs de type de paiement ainsi que l’intégration d’une solution de paiement express, sont donc des leviers de croissances pour les e-commerçants.

 

 

By | 2018-10-20T10:53:20+00:00 octobre 20th, 2018|Actualité, e-Business, Transformation digitale|0 commentaire

About the Author:

Category Manager en distribution B2B et B2B2C depuis plus de 7 ans, j’ai aussi 3 années d’expériences dans la gestion de projet (MOA/AMOA) dans les services financiers.

Laisser un commentaire