Le magasin à l’heure de l’automatisation

Les évolutions technologiques amènent de plus en plus d’automatisation dans les points de ventes, et l’on assiste même à l’apparition de magasins mobiles qui viennent directement aux clients. Panorama de ces évolutions :

L’épicerie automatique :

Le mobile à rendu possible la suppression partielle ou total du passage en caisse. En Chine, ce n’est pas seulement le passage en caisse qui disparait, mais l’ensemble du personnel de la surface de vente. Auchan Minute avec plus de 150 « points de ventes »,  mais aussi JD.com révolutionne le format de l’épicerie grâce la technologie, comme nous le montre ces étudiants du MBADMB à Shangaï.

En France le premier Auchan Minute devrait voir le jour en Mars 2019 au siège du groue à Villeneuve d’Ascq.

La robotisation du magasin :

L’automatisation des magasins ne concerne pas seulement le passage en caisse. La robotisation de ceux-ci notamment pour la réalisation des inventaires est actuellement en cours de déploiement. C’est le cas chez Wallmart avec le robot Bossa Nova qui scanne les rayons pour s’assurer que ceux-ci soit pleins.

Dans ce schéma, le robot vient en complément du personnel en magasin en alertant celui-ci d’un besoin de réassort ou d’un produit mal rangé.

Autre technologie cette de Navii avec Fellow Robots qui en plus des fonctionnalités d’inventaire permet aussi de renseigner le client en magasin grâce à son écran incorporé et est déployé dans une dizaine de points de ventes du spécialiste de l’aménagement Américain Lowe

Les robots arrivent aussi dans les magasins afin de pouvoir aider les clients, comme c’est le cas avec le robot Pepper, chez Carrefour ou bien encore chez Uniqlo, ou ceux ci servent à renseigner ou orienter les clients.

Le magasin mobile :

Dans le magasin automatisé, le client continue à se déplacer pour venir faire ses courses. La prochaine étape pour les retailers est donc d’amener directement le point de vente là où se trouve le client. C’est le cas par exemple de la startup Robomart qui a présenté un véhicule autonome pour la livraison de fruits et légumes.

Le client, via son smartphone, demande le passage du véhicule (même principe qu’Uber), puis il fait son picking dans les produits pour être ensuite débité. Selon Ali Ahmed son dirigeant « Une enquête nous a permis de découvrir que 85% des Américains âgés entre 26 et 44 ans n’achètent pas de fruits et légumes en ligne car ils estiment que la livraison à domicile est trop onéreuse et parce qu’ils veulent pouvoir choisir chaque produit eux-mêmes, souligne. Ils étaient 65% à déclarer vouloir faire appel à un Robomart une fois par semaine ».

Encore à l’état de prototype cette camionnette devrait rapidement arrivée sur les routes de Californie.

 

C’est aussi le cas de Toyota qui a lancé son véhicule plateforme, le E-palette. Dans le cas présent le distributeur peut configurer l’intérieur du véhicule comme il se souhaite afin de vendre ses produits. Présenté au CES en 2018, cette plateforme ne devrait pas avoir le jour avant 2020, et devrait être présentée pour les JO de Tokyo.

A ce jour, la solution la plus avancée est celle lancée par la société Suédoise Wheelys avec son épicerie mobile MobyMart. Actuellement en test à Shangaï, ce véhicule autonome, équipé de panneau solaire est actuellement piloté par télécommande, la prochaine évolution étant une autonomie complète du véhicule.

Il dispose d’un assortiment de produits de grande consommation (lait, fruits …) et des drones sur le toit du véhicule permettent de livrer des clients dans un rayon de 18km. Il est aussi possible pour les clients de réserver des produits à l’avance et de les récupérer au Mobymart le plus proche.

 

Impacts de l’automatisation

Le développement de ces nouveaux formats de magasin, qui se déplacent de manière autonome et qui supprime la présence de personnel amène la question de l’emploi.  Selon une étude menée par PWC en 2017, 44% des emplois dans le commerce de gros et de détail risque de disparaitre à l’horizon 2030.

En plus de la suppression de tout ou partie du personnel dans les magasins, les entrepôts, ainsi que les sociétés de livraisons seront directement impactées par ces évolutions technologiques.

Cela va aussi poser le problème de la responsabilité juridique en cas d’accident, comme nous avons pu le voir lors du procès de l’IA.

Il y donc fort à parier que ces technologies mettent du temps à se déployer et rencontre de nombreux freins de la part des citoyens.

By | 2018-11-24T10:17:08+00:00 November 24th, 2018|Actualité, Retail|0 Comments

About the Author:

Passionné par les nouvelles technologies, je m'interesse plus particulièrement au retail et à son évolution. #Retail #B2B #B2C

Leave A Comment