Un pas dans le monde du Wearable : Mon expérience avec la Fitbit.

En 2019, mon nouveau meilleur ami s’appelle Fitbit.

Un pas dans le monde du Wearable, Self-Tracking ou montre connectée : Mon expérience avec la Fitbit.

Longtemps leader des ventes de montres et autres bracelets connectés, Fitbit a depuis peu chuté à la troisième place sur le marché du « Wearable » derrière Apple et Xiaomi.

Mais alors pourquoi parler du troisième leader du marché ? Car Fitbit a dominé le secteur pendant très longtemps en s’adressant d’abord aux sportifs avant de se démocratiser et en se démarquant aujourd’hui comme le meilleur tracker de sommeil.

En bref la Fitbit qu’est-ce-que c’est ? à quoi ça sert ? à qui s’adresse-t-elle ?

La Fit Bit c’est tout bêtement une montre connectée aussi appelée Wearable technology c’est-à-dire objet-connecté-ou-intelligent-qui-se-portent-sur-soi.
Mais pas n’importe laquelle. C’est une montre « forme et bien-être » comme ils aiment la qualifier. La Fitbit est avant tout une montre « Santé » qui track* l’activité en général.

Quelles données exactement ? La montre mesure tout ce qui se rapproche de près ou de loin à votre santé et condition physique : on parle ici de vos pas réalisés dans la journée, des calories dépensées, des kilomètres parcourus mais aussi de la fréquence cardiaque, de la qualité du sommeil en passant par la petite nouveauté : le cycle menstruelle.

Bref, la Fitbit c’est sans doute l’objet qui connait le « mieux » votre santé et votre condition physique. On la considère davantage à un coach sportif connecté plus qu’à une montre connectée. 

Mais alors « Pourquoi faire ?  » me direz-vous. 

La spécificité de la Fitbit c’est son côté motivant. À chaque jour, son objectif ! Et on devient très vite accro aux objectifs fixés par soi-même. Au point où l’on prend le métro une station plus loin pour réaliser les 10 000 pas de sa journée ? Au point de sortir le dimanche, ne serait-ce pour valider son objectif kilomètre du jour ? OUI !
L’utilisation de la Fitbit est « addictive » mais pour le meilleur et surtout pour notre santé. C’est finalement le Pokemon Go des « personnes soucieuses de leur activité et leur santé. 

Fitbit

Mais quid de cette data délibérément donnée ?
Car oui la santé de mon coeur et la qualité de mon sommeil sont quelque part dans le cloud… et ça m’est égal ! 

 

C’est aussi un très bon outil pour tous sportifs amateurs. En 2019, comme tous les ans, ma résolution est de me remettre au sport sérieusement. Cependant, cette année la technologie m’accompagne et surtout m’encourage au quotidien.
Mes run et work-out sont enregistrés et surtout analysés. On peut très vite analyser ses évolutions et ses progrès. Après quelques jours d’utilisation, votre traqueur est capable de mesurer votre niveau de forme « cardio » et surtout de la juger (de faible jusqu’à excellente). En effet, Fitbit est l’acteur numéro 1 à avoir démocratisé le suivi de la fréquence cardiaque grâce à l’innovation PurePulse, une technique de suivi automatique et continu de la fréquence cardiaque.

Toutes ses recherches ainsi que ma pratique personnelle m’ont surtout permis de découvrir le concept du Self tracking ou Quantified Self. Quésaquo exactement ? Le « Quantified Self » est un penchant visant à recueillir le plus de données possible sur son mode de vie afin de pouvoir l’améliorer. C’est en effet, une tendance qui a fait beaucoup parler d’elle quelques années auparavant quand apps et autres objets connectés ont fait leur apparition. On peut donc se poser la question suivante : Le Wearable encourage-t-il le Self tracking ou Quantified Self 

 

By | 2019-01-13T19:16:37+00:00 janvier 8th, 2019|E-Santé, Sport / Gaming|0 Comments

About the Author:

Community Manager chez Woô et étudiante au sein du MBA DMB.

Leave A Comment

Oops...
If you want to use the PHP function "add_revslider" in your code please make sure to activate "Include RevSlider libraries globally" and/or add the current page to the "Pages to include RevSlider libraries" option in the "Global Settings" of Slider Revolution.