Réalité virtuelle, apprendre et vivre le cours à la fois, désormais c’est possible !

Réalité virtuelle, apprendre et vivre le cours à la fois, désormais c’est possible !

« Cette technologie s’implantera, peu importe ce que nous en pensons, alors autant bien apprendre à la maîtriser et à l’utiliser à bon escient », dit Alex Boudreau.

L’ère numérique a permis l’émergence de nouvelles méthodes d’enseignement et d’apprentissage qui révolutionnent le monde de l’éducation aujourd’hui en permettant d’accélérer l’apprentissage. Des solutions innovantes et révolutionnaires qui mettent l’apprenant au centre de l’expérience, l’étudiant se retrouve immergé dans ce nouveau monde qui devient sa nouvelle réalité et dans lequel il est exposé à des parcours et des processus qu’il doit pouvoir maîtriser.

En effet, qui de nous n’a pas rêver de voyager dans le temps pour mieux comprendre des cours d’histoire, nous avons aussi été nombreux à vouloir rentrer dans le corps humain pour comprendre les fonctionnalités de chaque organe et leurs emplacements, visiter des lieux, découvrir des cultures en si peu de temps,  vivre des cours au lieu de les subir est aujourd’hui une réalité offerte à plusieurs étudiants dans le monde.

Grace à l’avènement de la réalité virtuelle, il est maintenant possible de reproduire de manière très réaliste des situations de la vie réelle, on se rapprochant le plus possible de l’apprentissage par la pratique.

Qu’est ce que la réalité virtuelle :

La réalité virtuelle  est une expérience totalement immersive qui transporte l’utilisateur dans un univers imaginaire en trois ou même quatre dimensions (3 et 4D) créé par un programme informatique, en s’inspirant le plus possible de la réalité.

Chaque environnement peut être décliné sous plusieurs thématiques et  pour différents usages,  par exemple dans l’apprentissage pour donner des  cours de science, histoire, géographie langue étrangère …Traitement des phobies et troubles anxieux en psychologie, études marketing, études architecturales, enseignement du patrimoine, tourisme,  logistique.

Une expérience unique dans un environnement sécurisé, où les apprenants ont droit à l’erreur dans leurs différents parcours,  les utilisateurs mettent un visiocasque et se retrouvent au milieu de scénarios réels et  crédibles, dans lesquels leurs compétences seront nécessaires.,

Le  casque permet de projeter des objets virtuels avec lesquels l’utilisateur peut interagir en temps réel, une  learning story idéale pour garantir l’immersion totale dans le sujet.

Dans le cas d’apprentissage via la réalité virtuelle, Le professeur garde un contrôle complet sur l’environnement et décide d’exposer progressivement et sans danger l’étudiant en lui montrant  l’impact d’une bonne ou mauvaise décision à travers son expérience. L’environnement peut correspondre à une scène familière, mais aussi à des situations plus complexes ou à des milieux moins accessibles comme se retrouver au milieu d’un ouragan ou d’un volcan.

Les environnements peuvent aussi être enrichis et complétés en y intégrant diverses informations et plusieurs activités, par exemple ajouter des escaliers pour tester l’activité physique sur une spécificité architecturale, visualiser un bâtiment depuis un nuage.

De nombreuses universités incitent aujourd’hui leurs étudiants à créer eux même des parcours en réalité virtuelle et les rendre accessibles aux autres en y intégrant des applications, l’objectif étant d’interagir en échangeant des contenus avec d’autres universités notamment dans le domaine du tourisme et du patrimoine. Ces projets éducatifs s’inscrivent dans une dynamique institutionnelle qui vise à développer les outils numériques au service de l’enseignement et de la pédagogie universitaire.

Réalité Virtuelle et impacts réels sur le comportement :

Le champ d’expérimentation de la réalité virtuelle est aujourd’hui très large et les chercheurs explorent la valeur ajoutée de cette technologie dans plusieurs domaines et plusieurs environnements, pour comprendre et définir les impacts de certaines situations de la vie quotidienne.

Faire passer des messages, sensibiliser sur des questions d’actualité mondiale ( le climat , l’environnement, la guerre , la pauvreté …) toutes des thématiques sensibles auxquelles des chercheurs souhaitent contribuer en proposant des solutions mais surtout en essayant de changer les postures et de faire adopter des comportements face à certaines situations alarmantes qui touchent les populations.

Un bel exemple est l’étude réalisée par le chercheur Jeremy Bailenson Auteur de « Expérience en Demand » et son équipe de l’université de Stanford des Etats Unis, selon eux la réalité virtuelle fabrique une expérience que le cerveau traite comme si elle était réelle, les chercheurs se sont posés la question de savoir si la réalité virtuelle est capable de créer un sentiment d’empathie tel que les gens la ressente naturellement ? L’objectif de cette étude est aussi de montrer que la VR booste notre compassion, dans cette optique, l’équipe a crée le programme « Devenir SDF »,  dont le concept est de renverser l’idée répondue en pensant que c’est de leur faute de se retrouver dans cette situation.

Cette étude a duré 3 à 4ans et a fait vivre l’expérience de devenir SDF à beaucoup de personnes, les chercheurs ont constaté que le fait de devenir SDF dans un laps de temps en réalité virtuelle, vendre ses meubles, perdre son appartement, vivre dans sa voiture et la perdre par la suite parce que la police l’a embarqué …des situations traumatisantes qui ont eu un impact très important et beaucoup plus grand que lorsqu’on se met à la place de l’autre en regardant un film en 2D ou en lisant une histoire sur ce thème.

Les chercheurs de Stanford ont réussi à démontrer que les personnes qui ont vécu cette expérience, encore deux mois après, sont prêtes à signer une pétition qui vise à augmenter leurs impôts pour accorder plus de moyens dédiés à la réalisation de structures pour SDF.  Pour résumer, l’étude a démontré que la réalité virtuelle immersive permet de vivre des expériences avec un impact réel sur la réalité allant jusqu’au développement de sentiment comme l’empathie.

La question est : jusqu’ou peuvent aller les chercheurs dans le domaine de la réalité virtuelle immersive ? est ce qu’il est possible de développer dans ce cas des sentiments malveillants pour des fins que nous ignorons pour le moment, ou même des tentatives de manipulation ?

Sonia Belkadi

By | 2019-01-31T14:29:03+00:00 January 29th, 2019|Actualité, Tech & Innovation|0 Comments

About the Author:

Passionnée de la Communication et du Marketing depuis plus de 15 ans et aujourd’hui des métiers du digital.

Leave A Comment