L’impression 3D s’invite à la Paris Fashion Week avec Iris van Herpen

Mode et impression 3D se côtoient de plus en plus, au fil des années, avec plus ou moins de réussite. La marque Adidas a eu recours plusieurs fois à cette technologie pour différents modèles de chaussures, notamment. L’impression 3D a même réussi à gagner les catwalks de la Fashion Week. Le monde fermé et mystérieux du luxe part à la conquête de la tech.

Effectivement, la semaine dernière se déroulait la Fashion Week Haute Couture à Paris. Les Maisons de mode nous ont présenté à tour de rôle leurs nouvelles collections. Cette année, l’extravagance était présente avec toujours plus de créativité. Les tendances du luxe à venir ont pu être décelées et celles-ci incluent l’utilisation des nouvelles technologies, à l’instar de l’impression 3D. Iris van Herpen nous a démontré, en ce début d’année, que l’innovation pouvait très bien s’allier à la tradition, même dans l’univers de la mode.

Iris van Herpen, des créations venues d’ailleurs

S’il y a bien un défilé qui m’a marquée c’est celui de Iris van Herpen. La styliste hollandaise s’est fait remarquer avec son show « Lui Naturae ». Le décor et les créations nous ont transporté dans une autre galaxie avec des mannequins venus d’ailleurs à l’apparence presque mutante. Connue pour son esprit avant-gardiste, la créatrice au fil des défilés affirme toujours la même chose :

« L’art et la science sont liés : ils questionnent tous deux la vie. »

Iris van Herpen

Ce mantra, on le retrouve dans chacune de ses créations et dans chaque détail ; c’est pour cela que j’adore son travail. La semaine dernière, lors de la Fashion Week Haute Couture, son défilé m’a particulièrement marquée et émerveillée. Iris van Herpen nous a emmené dans un voyage dans l’univers, en s’inspirant de figures mythologiques et astrologiques de l’atlas céleste de Cellarius. Ses créations translucides ont joué avec le relief et les formes pour nous laisser bouche-bée.  

De plus, son défilé a pris sa source dans la science et la technologie. Si le show s’est terminé en apothéose avec un dispositif laser de Nick Verstand, l’impression 3D était également au rendez-vous.

L’alliance de la mode et de l’impression 3D

L’apparition de l’impression 3D dans la sphère de la Haute Couture ne date pas d’aujourd’hui. En 2011, Karl Lagerfeld avait utilisé le procédé de frittage sélectif laser pour présenter une collection aux structures issues de l’impression 3D. Chanel avait prouvé sa volonté de vivre avec son temps et de donner un nouveau souffle aux intemporels de la maison.

La collection Printemps-Été 2019 de Iris van Herpen désacralise son utilisation une bonne fois pour toute. Accessoires, éléments de robes, motifs, l’impression 3D s’est instauré comme un élément intégrant du défilé. Pour cela, la styliste a choisi la technologie Polyjet notamment pour donner vie à ce qui ressemble à de fines feuilles sur l’une de ses robes. Celles-ci ont été ajoutées ensuite sur le tissu fin et transparent.

Iris van Herpen a longuement réfléchi, avec l’aide de l’Université de Technologie de Delft, à la technologie qu’elle allait utiliser. Celle-ci, hybride, lui a permis de réussir à associer le côté traditionnel avec le tulle naturel et transparent au côté innovant des motifs 3D en plastique. Cette création, d’après Jouker Verlinder, a mobilisé environ 320 heures de travail, 260 pour l’impression et 60 pour ce qui relève du manuel.

« J’essaie à travers mes collaborations de créer des hybrides entre nouvelles et anciennes techniques. »

Iris van Herpen

Haute Couture peut rimer avec Haute Technologie.

La créatrice n’est, cependant, pas à sa première utilisation de l’impression 3D. Déjà en 2011, son premier défilé couture parisien était constitué à 50% d’impression 3D. La technologie l’intrigue et la fascine au point qu’elle lui donne un rôle clé dans le processus de création. Cela me fait encore plus aimer Iris van Herpen. Plus que d’être anti-conformiste, elle a compris de quoi sera fait la mode et le luxe de demain ! La Haute Couture a cette image presque ancestrale que l’on met en opposition avec la technologie et la robotique. Or la styliste a bien démontré que la science et l’avancée technologique peuvent s’allier au savoir-faire manuel et minutieux du luxe.

Je suis totalement convaincue par cette philosophie. On se doit d’exploiter les possibilités qu’il y a autour de nous pour innover.

About the Author:

#Digital kid - passionnée d'art et de mode. Étudiante #MBADMB à l'EFAP en partenariat avec le HUB Institute #SocialMedia #Communication #TransfoNum

Leave A Comment

Oops...
If you want to use the PHP function "add_revslider" in your code please make sure to activate "Include RevSlider libraries globally" and/or add the current page to the "Pages to include RevSlider libraries" option in the "Global Settings" of Slider Revolution.