Le MBADMB : un nouveau départ

En septembre dernier, avant mon arrivée au MBA DMB, je me suis posée une question : quels sont les types de profils que je vais retrouver au sein de cette formation ?

Dès les premiers jours, j’ai tout de suite compris : certains, communiquant(e)s viennent de l’EFAP et ont souhaité se spécialiser, d’autres, juristes ou ingénieurs viennent trouver un second souffle à leur formation et certains, mettent entre parenthèse des années de carrières pour venir se reformer. Diversité des compétences, des expériences, des cultures, voilà également ce qui construit ce MBA. Sa diversité en fait sa richesse, car l’apprentissage c’est aussi ça, mettre en synergie nos savoir-faire pour aller plus loin, ensemble.

Cette année, Fatoumoussa, 36 ans, en reconversion professionnelle, a décidé d’intégrer le MBA DMB full-time de Paris. J’ai échangé avec elle afin de mieux comprendre ce changement de carrière et connaître ses réelles motivations.

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2019/03/Fatoumoussa-article-nouveaudépart.png

Qui es-tu ?

« Je suis Fatoumoussa Traore et j’ai 36 ans. Je suis née et j’ai toujours vécu à Paris. J’ai la chance d’avoir une double culture car je suis d’origine malienne. J’aime beaucoup voyager, voir des expos et passer du temps avec mes amis et ma famille qui occupe une place très importante dans ma vie. »

Raconte-nous ton parcours professionnel ?  

« Après avoir obtenu un BTS en tant qu’Assistant de Gestion PME, j’ai obtenu une licence en Administration et Gestion des Entreprises. Pour des raisons personnelles, j’ai dû arrêter mes études après l’obtention de ce diplôme. Je pensais qu’avec ma licence, je pourrais prétendre à des postes intéressants. Cela fût en réalité assez difficile et je dois avouer que je suis tombée de haut. Comme j’avais des qualités rédactionnelles, j’ai finalement réussi à obtenir des postes dans le domaine juridique dans des fonctions d’assistanat. Même si cela se passait bien, je ne m’épanouissais pas et surtout je ne me sentais pas à ma place, car ce secteur laisse peu de place à la créativité et aux échanges.

Après plusieurs expériences dans ce domaine, j’ai eu l’opportunité de rejoindre le service commercial d’un grand constructeur mondial de périphériques informatiques en tant que coordinatrice commerciale et marketing. Cela a représenté une vraie bouffée d’air frais et surtout se rapprochait beaucoup plus de mes premières aspirations. C’est mon expérience la plus significative jusqu’à présent, je n’ai pas vu les 10 années que j’ai passé dans cette entreprise. »

As-tu senti la transformation digitale au sein des entreprises dans lesquelles tu as travaillé ?

« Très peu… L’entreprise dans laquelle j’étais a assez peu initié sa transformation digitale. Certes, nous avons régulièrement été dotés de nombreux outils mais qui ne s’avéraient pas toujours adaptés aux usages. En tant que collaborateurs, nous étions peu voir pas du tout impliqués dans leur sélection. Au niveau culturel, quelques initiatives ont été prises ça et là mais rien de bien significatif. »

 Je pense que la prise de conscience des enjeux du digital n’a pas encore eu lieu. Le chantier s’annonce énorme… 

À quel moment, as-tu senti le besoin de te former dans le digital ?

« Depuis au moins 5 ans, ce besoin de me former trottait dans mon esprit. J’ai pris conscience assez rapidement qu’il fallait que je me renouvelle. Au fur et à mesure du temps, ce besoin est devenu une obsession. Le fait de ne pas avoir de perspectives d’évolution en interne a fortement peser bien évidemment. »

Je me sentais à l’étroit dans la fonction que j’occupais et n’y tirais plus vraiment de satisfaction et de fierté.

« J’avais également conscience qu’en France, la place du diplôme a malheureusement encore une place trop importante dans une carrière et qu’il reste dans la plupart des cas, l’unique sésame permettant de se valoriser. J’ai compris qu’il fallait que je prenne un certain nombre d’initiatives personnelles. C’est à partir de là que j’ai fait un travail d’introspection relativement long et pas toujours simple, en me posant des questions que j’aurai dû me poser depuis longtemps.

Je me suis ainsi souvenue que j’avais toujours apprécié le marketing, l’art de raconter une histoire, de mettre en avant un produit, la compréhension des comportements humains… Lorsque j’ai (re)pris conscience de cet intérêt j’ai réalisé que le marketing avait énormément évolué et qu’il avait pris une nouvelle dimension grâce au digital. »

 J’ai réalisé que le marketing avait énormément évolué et qu’il avait pris une nouvelle dimension grâce au digital. 

As-tu eu des appréhensions avant le début de cette formation ?

« Biensûr ! Je pense avoir eu les doutes classiques des personnes se retrouvant dans mon cas. Je me demandais si je pourrais supporter le choc de me retrouver dans une nouvelle situation à savoir celle d’étudiante, si j’allais réussir à suivre et surtout comprendre les cours, si j’allais réussir à m’organiser, réviser le soir, si je le faisais pour moi, ou si j’allais réussir à m’intégrer et être bien reçu par des étudiants si jeunes…

Bref, énormément d’interrogations. Mais j’étais tellement motivée que je faisais de mon mieux pour ne pas trop écouter cette fameuse petite voix qui sait si bien m’angoisser. Au final, cette multitude de questions ont trouvé leurs réponses très naturellement et dans le bon sens. »

Et, pourquoi ce MBA en particulier ?

« J’ai choisi ce MBA après avoir étudié une multitude de formations en région parisienne. Le plus important à mes yeux était la richesse du programme et le fait que les intervenants soient des professionnels issus du monde du marketing digital. Ensuite, le réseau très étendu de l’école. N’étant pas directement issue de ce milieu, cela me semblait très important d’avoir une porte d’entrée afin d’accéder à cet écosystème. Et enfin, le fait qu’il soit accessible sans pré-requis obligatoire en marketing. »

  J’estime être à un tournant dans ma carrière professionnelle, raison pour laquelle je nourris beaucoup d’espoirs dans ce MBA en marketing digital.

Après le MBA, quels sont tes projets ?

« J’aimerais bien évoluer vers des fonctions de chef de produit ou chef de projet dans le domaine de la mode, cosmétique ou le retail. Mon choix n’est pas définitivement arrêté car je me suis rapidement rendue compte que ce MBA couvrait un éventail assez large de postes en relation avec le marketing digital. À suivre donc…. »

Un conseil pour ceux qui souhaiteraient à leur tour se reconvertir ?

« Le faire sans plus attendre et sans aucune hésitation ! Il faut se préparer mentalement et bien amorcer cette démarche en amont car il s’agit d’un vrai bouleversement de vie. À titre personnel, c’est un véritable vent de fraîcheur et de dynamisme que je vis depuis quelques mois. Il y a bien entendu des hauts et des bas mais en aucun cas je ne regrette mon choix, bien au contraire ! Donc oui, foncez !! »

À titre personnel, c’est un véritable vent de fraîcheur et de dynamisme que je vis depuis quelques mois.

 

Sur ces belles paroles, il est important de se le rappeler : OSONS ! N’ayons pas peur de prendre des risques et de bousculer notre quotidien.

Je vous conseille également de lire cet article, « le mode d’emploi : comment se reconvertir dans le digital? « . 

& encore merci à Fatou pour cet échange 🙂

By | 2019-03-11T19:37:01+00:00 mars 6th, 2019|Blog, Interviews & Rencontres|0 Comments

About the Author:

#MBADMB #TransfoNum #digital ??

Leave A Comment

Oops...
If you want to use the PHP function "add_revslider" in your code please make sure to activate "Include RevSlider libraries globally" and/or add the current page to the "Pages to include RevSlider libraries" option in the "Global Settings" of Slider Revolution.