La stratégie digitale d’O’tacos en 3 exemples

Avez-vous déjà entendu parler de la chaîne de restaurants fast-food O’tacos ?

La réponse est bien évidemment  » oui  » si vous avez moins de 25 ans. Si non, ne vous offusquez pas car le contenu est susceptible de vous intéresser.

Bombe calorique créée en 2007, le tacos vendu fait allusion au plat mexicain dont nous raffolons tous à une exception près. Le fondateur de la chaîne, Patrick Pelonero, décide de revisiter ce met en lui apportant la « French touch ».

Le tacos se compose ainsi : une galette de maïs, de la viande halal, des frites et une sauce crémeuse au fromage. L’originalité de O’tacos réside dans la personnalisation des tacos.

Au-delà de la bonne nourriture, la recette miracle à l’origine du succès de cette chaîne de restauration mérite notre attention. Car face aux géants tels que McDonald’s et Burger King, O’tacos a réussi à tirer son épingle du jeu.

Chaîne de fast-food ou restaurant étoilé, la notoriété de l’établissement est l’objectif à atteindre. Vous l’avez compris, O’tacos va nous servir d’exemple aujourd’hui. À l’issue de cet article, vous aurez découvert 3 actions extraites de la stratégie digitale d’un fast-food.

Découvrons en 3 actions, comment les réseaux sociaux ainsi que ses acteurs ont contribué au succès de l’enseigne O’tacos.

Tacos : dans mon ventre, mon ordinateur et mon téléphone 

Il est bon de savoir qu’une des raisons pour lesquelles O’tacos connaît un franc succès est grâce à son implantation en banlieue. Qui dit banlieue dit lieu de rendez-vous des lycéens et étudiants. On y retrouve un bon rapport « quantité-prix » car il faudra compter entre 5 et 10€ pour un repas.

Compte tenu de cette information, O’tacos a pour cible principale les 15-25 ans.

Mais où sont-ils ?

L’enseigne est aujourd’hui présente sur Facebook, Instagram et Twitter.

Afin de garantir la visibilité de la chaîne, il était primordial qu’elle soit présente sur ses plateformes. Par ailleurs, comme vous pouvez le voir sur l’infographie ci-dessous, O’tacos possède une plus grande audience sur Facebook. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que Facebook est le réseau social générant le plus grand nombre de visite d’après une étude de We Are Social.

Instagram quant à lui est l’outil permettant à l’enseigne de faire de l’autopromotion, grâce à l’usage des hashtags. D’autre part, vous trouverez dans mon précédent article l’importance de la prise de photo des plats par les consommateurs. Un indice : les photos Instagram deviennent des encarts publicitaires.

Mais ce n’est pas tout, O’tacos possède un site vitrine ainsi qu’une application permettant de localiser le restaurant le plus proche : Apple et Android.

Fruit du hasard ou stratégie mûrement réfléchie ?

Le choix d’être présent sur l’ensemble des canaux les plus performants n’est pas anodin. Une charte éditoriale claire et une constance entre les publications peu importe le canal représentent la solution miracle d’O’tacos.

L’enseigne a très bien compris qu’il faut vendre un produit mais pas uniquement. L’expérience et le besoin du client sont des éléments à considérer. L’objectif est de créer un sentiment de proximité avec la cible identifiée.

Pour cette raison, la chaîne essaye d’être présente à tous les moments de vie de ses clients. Comment ? À l’aide de publications humoristiques,  les coulisses de l’enseigne, les offres promotionnels ou encore par l’appel à l’action.

Cette stratégie est efficace car O’tacos a été élue en 2018 la marque la plus engageante sur Twitter d’après NukeSuite.

Le Buzz à tout prix 

En 2016, O’tacos lance le concours GigaTacos. Pour 18€, les clients ont pour mission, de manger un tacos géant. Il est composé de 5 viandes et pèse environ 2 kg. Bien évidemment, celui ou celle qui arrive à bout de cette mission est automatiquement remboursé.

Ce concours permet à l’enseigne de se démarquer de ses concurrents lorsque le youtubeur FlorianOnAir (513k abonnés) filme son échec. Aujourd’hui, la vidéo compte près de 3,3 millions de vues. Des youtubeurs tels que FastGoodCuisine (3,1 M abonnés) ainsi que Mohamed Henni (1,3 M abonnés) relèvent également le défi.

Grâce au GigaTacos, l’enseigne réussi à créer un buzz marketing. Ceci a été le meilleur moyen de publicité pour O’tacos car aucuns frais n’a été engagé. De plus, les vidéos postées sur YouTube ont pour certaines étaient vu plusieurs millions de fois.

Pour une enseigne française, de fast-food, 100% halal, ce concours a été le meilleur moyen de se faire de la publicité. Lieu de rencontre après les cours pour certains, ce concours est l’opération parfaite qui a permise aux clients de s’engager davantage avec la marque. Défi relevé entre amis, photo partagée sur Instagram ou Twitter, l’enseigne a réussi à crééer à travers un challenge ludique de l’intérêt pour ses produits.

Un tacos et une après-midi avec MHD

Le dernier élément à l’origine du succès de l’enseigne repose sur son utilisation judicieuse des influenceurs. Quoi de mieux que d’utiliser la renommée, d’une personne ayant une audience suffisamment importante sur les réseaux sociaux ?

O’tacos a compris l’intérêt de cette pratique et a même poussé le bouchon un peu plus loin. En effet, lors de l’inauguration du O’tacos à Paris 19, les fans de l’enseigne ont eu la chance de rencontrer le rappeur MHD (à voir ici). L’enseigne a donc très bien su profiter de l’engouement existant autour de cet artiste afin de théâtraliser ses ouvertures.

Partenariat avec un influenceur oui mais pour quelles retombées ?

À l’issue de cette collaboration, O’tacos est en mesure d’évaluer la réussite de cette opération. Il suffit pour cela de s’appuyer sur certains KPI. Selon moi, les indicateurs les plus pertinents sont : le nombre d’abonnés, l’usage du hashtag ou encore le nombre de mentions.

About the Author:

Étudiante en communication Community manager @malakoffmederic #mbadmb #communication #marketingdigital #socialmedia

Leave A Comment

Oops...
If you want to use the PHP function "add_revslider" in your code please make sure to activate "Include RevSlider libraries globally" and/or add the current page to the "Pages to include RevSlider libraries" option in the "Global Settings" of Slider Revolution.