Instagram, les dessous de ce marché de l’art

Si la bienséance digitale veut qu’Instagram soit le terrain de jeu des influenceurs et du placement de produit, n’oublions pas qu’en premier lieu c’est le royaume du beau. La photogénie ne s’arrête pas au conturing parfait des visages et à l’uniformité des « outfit of the Day #ootd » de nos fils d’actualité. Lorsque l’on creuse et que l’on s’aventure dans le réseau social, on remarque que son ADN esthétique vient croiser la route des artistes. Instagram et Art, c’est presque une évidence mais celle-ci reste quelque peu tumultueuse.

Amoureuse des réseaux sociaux et amatrice d’art, il était temps que cet article prenne vie. À la clé : je vous partage mes artistes préférés plébiscités sur ce réseau social, je décrypte également le rapport galeries physiques et Instagram, galerie de demain. Enfin, le meilleur pour la fin, j’évoque les zones d’ombre et le côté paradoxal du couple Instagram Art. 

Instagram acteur marché de l'art, la galerie de demain

« J‘aurais voulu être un artiste, pour pouvoir faire mon numéro »

Lorsqu’on se met à créer, à dessiner, à photographier, à imaginer, on sait que le statut d’artiste n’est possible que par le reconnaissance. Demandez à Van Gogh : il faut parfois que mort s’en suive pour trouver grâce aux yeux du peuple et que son art soit reconnu. Heureusement, à l’ère ultra-connectée et digitale, la viralité et ses outils de popularité se sont multipliés pour aider tout créatif en herbe. Si Instagram a lancé des carrières d’influenceurs, le réseau a permis également  la diffusion et rayonnement de nombreux artistes ! 

Quand on se balade au fil des hashtags #instaart #artistoninstagram #collagedigital #weareillustration, on prend alors conscience de la quantité d’artistes qui sommeillent ici. Pour que vous compreniez vraiment la renaissance des artistes par Instagram, je vous ai sélectionné des comptes exemplaires en la matière et que j’apprécie tout particulièrement à titre personnel. 

Mes artistes préférés propulsés par Instagram

@Yugnat999 – le roi du meme,
un art purement issu de la culture web

@ugurgallen – le contraste de notre société

@sarashakeel – des paillettes en veux-tu, en voilà

Mais également :

Je pourrais continuer encore, la liste est longue. Comme on le constate donc, les artistes sont nombreux, les projets artistiques également et l’engagement est au rendez-vous. Effectivement, Instagram a désacralisé l’art et le beau pour les rendre accessibles aux différents publics et notamment ceux que les musées n’arrivent pas à attirer, à l’instar des collégiens ou publics éloignés. Sur l’application, on retrouve l’art classique issu des dessins, aquarelles et de la photographies. Ce qui est le plus intéressant, ce sont les formes d’art travaillé grâce à l’ordinateur et à la technologie : l’illustration digitale, le collage, la retouche, on dit merci Adobe !

L’art fait vendre, Instagram fait vendre : une concurrence pour les galeries physiques

instagram galerie art

Instagram est sans contester un acteur du marché de l’art. Des artistes se sont fait connaître dessus et grâce à cela ont pu être publiés pour les illustrateurs ou exposés pour les photographes et plasticiens. Néanmoins, le rôle du réseau social américain va encore plus loin avec l’achat d’art. D’après le rapport Hiscox 2018 sur le marché de l’art en ligne, 79% des acheteurs de moins de 35 ans ont usé d’Instagram pour dénicher de nouveaux artistes. Plus que découvrir, les collectionneurs achètent également grâce à l’application. Selon une étude d’Artsy de 2015, 51,1% des collectionneurs ont acheté des oeuvres de talents découverts dessus. 

Ces chiffrent pourraient faire peur aux galeries. Instagram attire les audiences et expose l’art. Et si les artistes n’avaient plus besoin des galeries et de leur verser une transaction pour chaque vente ? Cette hypothèse s’explique par une prise de contact directe avec les acheteurs favorisée par le on-line. La fonctionnalité shopping d’Instagram pourrait venir confirmer la tendance. Si les artistes peuvent exister sans galerie, le contraire semble davantage compliqué. Alors Instagram va-t-il signer la mort des galeries ? Non.

L’uniformisation d’Instagram, la mort de l’Art

Le marché physique de l’Art et les galeries ont encore de beaux jours devant eux. Effectivement, la relation Instagram et Art est loin d’être un long fleuve tranquille. Le problème réside dans la politique et l’utilisation du réseau social. 

Les utilisateurs d’Instagram aiment l’esthétique mais surtout ce qui est instagramable et qui génère du like. La preuve ? Sur le réseau, les visages sont 38% plus likés que les paysages. La faute aux utilisateurs ? Peut-être ces derniers sont-ils trop habitués à un même contenu redondant et uniforme. Eux qui préfèrent garder un feed cohérent avec des coloris harmonieuses en freinant et conditionnant leur créativité. Néanmoins, l’algorithme d’Instagram pourrait ne pas en reste. Si plusieurs experts ont essayé de décrypter cet algorithme, il demeure encore flou et obscur. On ne peut affirmer à l’heure actuelle que visage ou paysage aient un impact sur l’ordre d’apparition dans les fils (si tenté qu’apparition il y est). 

paradoxe de l'ar et d'instagram

Je ne peux que supposer la-dessus, en revanche je ne suppose pas lorsque j’affirme qu’Instagram est censure. L’application n’aime pas la sexualisation et les tétons féminins. Nombreux artistes photographes ont vu leurs publications supprimées pour ces raisons. Pourquoi une photographie artistique devrait-elle être interdite par des robots à cause d’une politique trop stricte sur la nudité ? Voici l’exemple d’une artiste photographe sur Instragram voyant souvent ces publications censurées : @mathildecaltot

Instagram, un levier efficace pour l’Art mais encore perfectible

Instagram a encore du chemin à faire en ce qui concerne la différenciation des images à caractère sexuel et les photographies artistiques. Autre point d’amélioration, la qualité des images et vidéos uploadées sur la plateforme qui souvent est en perte. Le réseau social est un acteur à part entière du marché de l’art qui peut et se doit de se perfectionner. Pour gagner en puissance, plus que d’offrir des contenus et oeuvres esthétiques, l’enjeu est de transmettre le message de l’artiste ainsi que le sens voulu de son oeuvre, quel que soit sa complexité. 

Souvenez-vous chers internautes et utilisateurs d’Instagram : l’Art n’est pas que Beau.    

By | 2019-05-15T19:20:20+00:00 May 16th, 2019|Art, Culture, Luxe, E-transformation du monde|0 Comments

About the Author:

#Digital kid - passionnée d'art et de mode. Étudiante #MBADMB à l'EFAP en partenariat avec le HUB Institute #SocialMedia #Communication #TransfoNum

Leave A Comment