Qualité de vie au travail : #QVT 2.0

qvt

La qualité de vie au travail (QVT) est une thématique qui a le vent en poupe en ce moment et c’est peu dire !

92% des salariés estiment que le bien-être au travail est un enjeu important.

(étude “Entreprise et Santé” coréalisée par l’institut Viavoice et la mutuelle de santé Harmonie Mutuelle).

Le bien-être au travail est très difficile à définir car il touche à des domaines eux-mêmes très complexes.

Sa conception renvoie à la notion de bonheur … le bonheur au travail. Attendons-nous d’être heureux au travail ?

Autant passer le meilleur moment possible à travailler, non ?

Mais pourquoi la QVT fait partie de toutes les conversations maintenant ?

Une parévolution des machinesrtie de la réponse se trouve dans la 4e Révolution industrielle que nous vivons actuellement. L’industrie 4.0. correspond à la numérisation de l’usine. Elle est avant tout une révolution technologique avec l’avènement de l’internet des objets, le développement de l’intelligence artificielle.

C’est une révolution des machines.  (https://fr.wikipedia.org/wiki/Industrie_4.0)

C’est aussi et surtout une révolution au cœur des êtres humains : nous sommes à la fois ses acteurs, consommateurs, consomm’acteurs … et détracteurs.

La transformation digitale des entreprises est l’affaire des personnes qui vont la déployer et la vivre : les collaborateurs.

Nous vivons une période où les burn-out, les reconversions professionnelles ou encore la qualité de vie en au travail sont des sujets qui font l’actualité tous les jours. Notre société est en pleine mutation et nous devons être particulièrement vigilants.

La méditation, exemple d’activité de développement personnel pour se sentir bien au travail, entre autre !

Nombre de magazines en psychologie, sciences humaines,  livres en développement personnel, mais aussi thérapeutes, coachs, œuvrent pour aider les personnes à se sentir mieux dans leurs vies, et donc à être heureuses.

J’ai personnellement assisté à une excellente Master Class du bonheur “La fabrique à kifs” avec la géniaaaaaalissime Florence Servan Schreiber. Et oui, même ça, ça existe !

https://www.florenceservanschreiber.com/fabrique-kifs-le-parisien/

Alors les sceptiques parleront d’effet de mode, voire de caprice.

Les pro-QVT,  quant à eux parleront d’un véritable mal-être dans les structures actuelles qui fonctionnent en silos et qui ne travaillent pas (encore) en mode collaboratif. Certaines n’ont pas (encore) pris le virage de leur transformation digitale. Les modes de management s’entre-choquent entre les générations de managers “ancienne école” qui ne comprennent pas les codes et les attentes des nouvelles générations (et des anciennes aussi qui ne se retrouvent plus !). Les salariés sont des individus qui communiquent de moins en moins entre eux physiquement (voire ne se disent même pas bonjour en se croisant dans un couloir). Le mot “reconnaissance” est parfois assimilé à un gros mot, ben oui, « tu fais juste ton travail quoi ! »

Et au milieu de tout ça, la transformation digitale vient s’immiscer…

Ce mal-être multicausal a des répercussions sur la sphère privative, et vice-versa, la cloison est très mince voire transparente. Beaucoup de salariés sont en quête de sens et ont ce besoin viscéral de savoir quelle est leur contribution en réalisant telle ou telle action au travail. Nous sommes arrivés à un niveau d’absurdité qui dépasse l’entendement dans certaines situations.L’épanouissement au travail est le maître mot, ce n’est plus (uniquement) le salaire. Certains préfèrent gagner moins d’argent mais être plus en accord avec leurs valeurs.

Je ne peux que vous conseiller de lire l’excellent livre de David Graeber “BULLSHIT JOBS” qui illustre ce phénomène  avec pléthore d’exemples.

Etant personnellement pro-QVT et passionnée par le sujet, je vous propose un premier tour d’horizon digital de la QVT. Alors on est d’accord, ce ne sont pas des applis qui nous rendent heureux, mais je suis convaincue que c’est l’ensemble de petites choses qui contribuent à quelque chose de plus grand.

1/ L’environnement de travail

Alors Ok, quand on parle QVT, on imagine tout de suite les start-up en mode Google avec des toboggans, des espaces de travail complètement ouverts, des gens trop cool en jeans baskets(cravate proscrite !)… Back to the basics.

Le fait de ne pas avoir d’ordinateur ou de téléphone portable n’est pas en accord avec les attentes des plus jeunes générations ! Puis vient l’organisation de l’entreprise en elle-même. La façon de travailler évolue et grâce aux outils collaboratifs, les tâches qui peuvent être automatisées laissent  plus de temps aux vraies relations humaines. Les entreprises qui ne se modernisent pas dans ce sens ne pourront pas recruter de nouveaux talents qui auront envie de rester. Le télétravail représente pour certains une menace, alors que justement, c’est une véritable opportunité pas seulement pour les salariés mais aussi et surtout pour les entreprises.

 2/ La formation et l’accompagnement des équipes dans l’acquisition de nouvelles compétences

La transformation digitale nécessite une remise à niveaux pour beaucoup de salariés, sinon leur obsolescence digitale va sonner avant l’heure. Au-delà des nouveaux outils collaboratifs, les collaborateurs ont besoin d’être accompagné dans la transformation de leur propre métier : est-ce que mon métier existera encore dans ne serait-ce que 2 ans, 5 ans ? Est-ce que je serai remplacé par une machine ? Il va falloir faire preuve d’une certaine agilité.

3/ Des nouveaux métiers dont celui de Chief Happiness Officer

Ce nouveau métier dépoussière les RH classiques. Il est très critiqué, mais fondamentalement, je ne vois pas en quoi il nuit  ? Certains y voient une façon d’infantiliser les salariés, perso j’attends de vivre l’expérience un jour peut-être avant d’apporter quelque jugement que ce soit. Cela montre que les sociétés qui recrutent ce type de profils ont conscience des dangers de mal-être. Même si c’est l’arbre qui cache la forêt, why not ?

4/ Des applis digitales pour se sentir mieux au travail

A travers 4 axes (extrait de l’article “17 applis digitales pour se sentir mieux au travail” par Antoine Favier, business.lesechos.fr, 30 mars 2019). On est d’accord, ça ne solutionne pas tout. Néanmoins ce sont des petits “plus” qui ne peuvent qu’améliorer le quotidien ! Et rien de tel qu’une bonne discussion avec son manager, CQFD.

  1. Inciter la communication à tous les niveaux (ex : Bloom at work qui permet de visualiser en temps réel les réponses anonymisées à des quiz soumis aux équipes)
  2. Favoriser la cohésion de groupe (ex :  Mon Chaperon , application de copiétonnage)
  3. Encourage la pratique d’une activité physique (ex : Kiplin, pour encourager l’activité physique)
  4. Améliorer les conditions de travail(ex : Calldoor, pour le droit à la déconnexion)

Pour aller plus loin, je vous recommande vivement de regarder la vidéo du @hubinstitute  animée par Caroline LOISEL et Emmanuel VIVIER

Bonheur au travail : mythes et réalités [HUBTALK RH & Leadership]

By | 2019-07-08T08:29:39+00:00 juillet 8th, 2019|RH, Vie 3.0|0 Comments

About the Author:

Responsable Marketing & Communication B to B | Etudiante#MBADMB promo 2019-2020 part-time

Leave A Comment

Oops...
If you want to use the PHP function "add_revslider" in your code please make sure to activate "Include RevSlider libraries globally" and/or add the current page to the "Pages to include RevSlider libraries" option in the "Global Settings" of Slider Revolution.