Recherche visuelle: des images plutôt que des mots

Face à un très grand nombre d’utilisateurs mobile et d’applications photos/videos, les marques commencent à comprendre qu’il faut de plus en plus se pencher sur la question de la recherche visuelle. Big players et grandes marques déploient de nouveaux outils mêlant recherche visuelle, intelligence artificielle et réalité augmentée afin de proposer un parcours utilisateur toujours plus fluide et plus pratique. La recherche visuelle est alors une technologie qui se démocratise, par conséquent les moteurs de recherche prennent toute une autre dimension. 

reconnaissance visuelle pinterest

Un utilisateur peut ressentir une frustration lors d’un achat lorsqu’il ne trouve pas le produit qu’il imagine ou dont il a besoin. Le fait de perdre son temps pour ne finalement pas trouver ce que l’on cherche nous fait tout simplement renoncer à l’acte d’achat. C’est pourquoi la startup Donde Search a créé une technologie permettant d’anticiper les envies et besoins des clients. Le client ne vient plus choisir parmi des produits qui lui sont proposés mais va lui même proposer le produit qu’il aimerait acheter.

Pour faire simple, l’utilisateur ne va plus effectuer ses recherches en tapant un mot clé dans la barre de recherche mais va tout simplement cliquer sur une série d’icônes correspondants aux critères souhaités. Par exemple il est possible de choisir un t shirt manches courtes ou encore une robe décolletée en V. Génial non ?!

Cette technologie allie recherche visuelle, intelligence artificielle et traitement du langage naturel. L’algorithme va donc permettre de choisir les produits qui correspondent au mieux aux attentes du client.

Au delà du fait d’améliorer l’expérience utilisateur, cette technologie permet pour la marque d’anticiper les tendances et d’y réagir plus rapidement mais aussi de raccourcir les délais d’achats et les coûts d’exploitation. La navigation devient donc visuelle pour le bonheur des utilisateurs, la recherche devient beaucoup plus intuitive et efficace. Ici l’expression “une image plutôt que des mots” prend tout son sens !

Dans le cas de Forever21, l’application se nomme “découvrez votre style” et est disponible sur IOS. Elle propose à ses clients une meilleure expérience d’achat et a permis d’augmenter les ventes de 20%. De nombreuses enseignes comme Asos ou encoreTarget ont également adhéré à la recherche visuelle pour améliorer l’expérience utilisateur de leur application e-commerce.

Et du côté des Big players…

Les Big players travaillent sur le développement  et l’utilisation de la recherche visuelle dans le e-commerce. Amazon par exemple propose son outil Amazon Visual Search qui permet de reconnaître des images de produits à  grande échelle. Il suffit, pour l’utilisateur, de photographier un produit qui lui plait (vêtement, produit d’hygiène…) pour être redirigé facilement vers le produit correspondant vendu par Amazon.

Cet outil existe depuis 2009 mais permettait uniquement de scanner des codes barre, c’est seulement depuis 2016 qu’il est possible d’utiliser son appareil photo pour trouver un produit.

Google lançait également en 2017, Google Lens, outil de reconnaissance visuelle et d’intelligence artificielle permettant d’obtenir des informations sur des produits, objets… en pointant tout simplement l’appareil photo dessus. Google Lens se distingue des autres outils de recherche visuelle car il ne nécessite pas de prendre une photo ou d’avoir enregistré une image au préalable !

En pointant un produit Google Lens vous redirige vers les sites revendeurs et pour un restaurant par exemple vers des avis consommateurs.

Ebay, Bing, Pinterest… disposent également d’outils de recherche visuelle et ne cessent de développer de nouvelles fonctionnalités. Le monde digital est de plus en plus tourné vers l’image, l’expérience d’achat est plus que jamais visuelle ! Le marché de la reconnaissance d’un produit par l’image devrait d’ailleurs augmenter de 216% d’ici 2019 et atteindre 25,65 milliards de dollars selon Market and Market.

Déco 3.0: Quand décoration et digital font bon ménage !

Depuis quelques temps la décoration d’intérieur est devenue très à la mode et le chez soi n’a jamais eu une place aussi importante dans le budget des français. La décoration, passion bien Française, trouve de plus en plus sa place grâce aux émissions TV, aux magazines, sites web et  sur les réseaux sociaux…

Seulement il y a quelques années, il n’était pas aussi simple de meubler son intérieur et de se faire conseiller, les options étaient assez limitées: grands magasins, enseignes ou brocantes les week-ends… Mais aujourd’hui le secteur de la décoration connait une véritable révolution ! Il est possible de créer le chez soi de ses rêves de façon plus accessible ! Vers une démocratisation et modernisation de la décoration:  voici quelques applications et innovations déco 3.0 !

décoration et digital

Selency: la chine 3.0

Selency anciennement Brocante Lab est une startup qui a transformé le marché de la brocante en la digitalisant. Le Vintage est de plus en plus tendance et les produits de seconde main sont moins chers, les français apprécient donc de plus en plus en acheter. Les consommateurs deviennent consomm’acteurs de leur quotidien, ils sont ce qu’ils consomment et cherchent notamment une déco qui leur ressemble !

Pour trouver la pièce unique qui irait parfaitement dans votre salon sans courir les brocantes, la startup Selency  met en relation professionnels et chineurs. Vous pouvez depuis 4 ans maintenant chiner depuis votre canapé ! La startup travaille aujourd’hui avec 1000 brocanteurs  sélectionnés sur le volet par ses équipes à travers la France.

Comme tout bon site qui se respecte, Selency a mis un système de notations afin de mettre encore plus en confiance les acheteurs. Les vendeurs sont notés par les acheteurs.

Mais Selency n’est pas seulement un e-shop, elle propose à ses clients des conseils et idées  déco, inspirations… Une newsletter est envoyée de façon bi hebdomadaire aux abonnés Selency assurant 15% des ventes.

Petit plus pour la startup, ces produits de brocante sont uniques sur internet et donc … très bien référencés naturellement ! A noter que Selency génère près de 700 000 visites mensuelles.La startup a levé 3 millions d’euros en 2016 qui serviront en partie  à développer l’application Selency qui devrait bientôt voir le jour. Selency souhaite s’étendre hors de France et réalise déjà 10% de son chiffres d’affaires hors de France.

Mon maître carré: professionnels à petit prix !

Je vous ai dégoté le plan parfait pour embellir votre chez vous à votre goût et pour vous y sentir bien ! Je ne veux plus vous entendre dire “un architecte ou un décorateur c’est hors de prix” car maintenant il y a Mon Maître Carré qui a eu la brillante idée de rendre l’aménagement d’intérieur accessible. La startup s’adresse autant aux particuliers qui souhaitent embellir leur intérieur qu’aux professionnels. C’est une plateforme mettant en relation particuliers/professionnels avec des décorateurs ou architectes d’intérieur pour la réalisation de projets via un processus bien particuliers: tout se fait en ligne en 4 étapes !

Le principe est simple: Tout d’abord il faut commencer par remplir un formulaire expliquant votre projet avec vos goûts, vos attentes, votre budget…qui sera ensuite soumis aux professionnels super créatifs et expérimentés de la plateforme. A vous d’en sélectionner trois parmis une quinzaine de candidatures.

Et go le concours est lancé ! Vous recevez ensuite les trois dossiers des 3 architectes avec leur proposition. Il ne vous reste plus qu’à choisir le grand gagnant et décider si vous continuez l’aventure ou non.

En 2015 la startup effectuait une première levée de fonds en crowdfunding d’environ 120 000 €. Depuis janvier 2017 la startup peut également compter sur l’entreprise Saint-Gobain qui est entrée à son capital. Mon Maitre carré et Saint Gobain ont mis en place un partenariat pour la personnalisation des logements achetés sur plans. What’s next ? Se développer à l’étranger !

For me lab: l’e-artisanat sur mesure

Des tableaux épinglés sur Pinterest et des murs blancs dans votre salon ? Ca vous parle ?

Ca tombe bien, moi aussi ! C’est de là qu’est partie for me lab: nous avons tous beaucoup d’inspirations, nous savons ce que nous aimons mais reste à les trouver. Nous cherchons tous la personnalisation et le sur mesure. For me lab vous met en relation avec des créateurs avec qui vous pouvez co-créer des objets personnalisés. Vous pouvez demander la conception d’un objet parmi la sélection de for me lab ou encore co-créer avec un créateur un objet 100% sur mesure.

Houzz: votre appli coach déco

Enfin Houzz est une sorte de coach de votre aménagement d’intérieur à mi chemin entre Pinterest pour ses millions de photos inspirantes et un logiciel d’aménagement de l’espace.

Le plus de Houzz est qu’une fois que vous avez trouvé votre inspiration déco, vous pouvez contacter des professionnels (décorateur, architecte, styliste, chef de chantier, paysagiste…) et imaginer votre logement en faisant des simulations avec du mobilier en réalité augmentée ! Aujourd’hui Houzz est la première appli déco au monde comprenant 40 000 utilisateurs dans le monde.

Autre fonctionnalité super pratique, Houzz comprend un outil de reconnaissance d’objets Visual Match qui permet de reconnaître certains objets à partir de photos inspirantes un peu comme Google Images. Vous êtes ensuite orientés vers un objet ressemblant de la boutique en ligne.

Inspirations déco: merci pinterest !

Enfin je ne pouvais pas parler de décoration sans mentionner Pinterest ! Pinterest est un réseau social basé sur le visuel, le beau, l’esthétique… particulièrement apprécié des femmes (il faut le dire) ! Ce réseau est basé sur le partage de photos dont le but est de se créer des “tableaux” d’inspirations sur des thématiques variées. La recherche d’inspiration sur Pinterest est très instinctive et on en devient vite addict ! Le choix est tres tres large et en général on y trouve notre bonheur… Rares sont ceux qui ne trouvent pas une idée ou une nouvelle inspiration déco au moment de l’aménagement de son chez soi. Le seul bémol est que Pinterest nous renseigne pas forcément sur la provenance de l’objet en question! Mais au moins vous pouvez vous faire une petite idée de ce qui vous plait et ensuite le faire reproduire chez For me lab!

pinterest deco

Liens

https://www.grazia.fr/lifestyle/deco/houzz-l-appli-qui-nous-aide-a-refaire-la-deco-interieure-865683

http://www.leparisien.fr/laparisienne/parisienne-squad/l-interview-deco-de-selency-le-phenomene-vintage-du-web-28-08-2017-7219074.php

https://www.maisoncreative.com/decorer/styles/selency-vive-la-brocante-en-ligne-8933

https://mariekke.fr/for-me-lab-temps-de-lartisanat-mesure/

Des réseaux sociaux basés sur la blockchain !

blockchain social media

Depuis plusieurs semaines l’entreprise Cambridge Analytica est au cœur du scandale sur l’utilisation des données personnelles des utilisateurs Facebook. Cette fuite de données renvoie aux données personnelles de 50 millions d’utilisateurs Facebook que la société Cambridge Analytica recueille depuis 2014 ! Cette société se serait servie de ces données pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d’influencer les intentions de votes des électeurs en faveur de certains hommes politiques.

Depuis ce scandale une certaine défiance vis-à-vis des réseaux sociaux a commencé à voir le jour. La gestion des données personnelles est une réelle problématique de notre époque et les internautes commencent peu à peu à en prendre conscience. En effet les réseaux sociaux sont gratuits car nous en sommes les produits, mais que se passerait- il si les données appartenaient aux utilisateurs ?

C’est cette question qui m’a poussé à m’interroger sur l’intérêt de la technologie blockchain, qui grâce à son modèle décentralisé, pourrait permettre de remédier à la surveillance accrue ainsi que la violation continue de la vie privée d’autrui par les réseaux. Ces nouvelles plateformes basées sur la blockchain doivent tout de même faire face à certaines complexités, d’une part sur la définition de la rémunération des auteurs mais également sur la création d’une crypto-monnaie unique pour chaque réseau décentralisé (seul véritable accessoire nécessaire à la décentralisation du réseau et à sa « blockchainisation »).

Steemit ou le réseau social 2.0

Steemit  est la première plateforme de social media reposant sur une blockchain et qui vous récompense pour votre contribution et participation dans le développement de la plateforme. Steemit est basée sur le protocole BitShares en émettant sa propre cryptomonnaie (STEEM) qui permet d’échanger de la valeur entre les membres du réseau et vers l’extérieur à travers des échanges de crypto. Son objectif n’est pas seulement de transférer de la valeur (comme le bitcoin) mais aussi d’inciter les membres du réseau à poster du contenu de qualité et à interagir avec la communauté.

Depuis 2017 Steemit a ajouté une nouvelle fonctionnalité en lançant les « Smart Media Token » (SMT). Désormais toute entreprise/organisation ou communauté peut émettre son propre jeton de crypto-monnaies, afin d’aligner les intérêts de ses producteurs de contenus avec ceux de ses lecteurs.

steemit reseau social 2.0

L’application APPICS “l’Instagram killer”

APPICS premier « Smart Media Token » lancé sur la blockchain Steem avec son jeton « XAP »est annoncée comme le « Instagram Killer ». APPICS sera une application mobile tournée sur le partage instantané et la consommation rapide de contenu visuel. L’application s’adresse aux principaux utilisateurs des médias sociaux qui passent de nombreuses heures sur les plateformes centralisées et ne parviennent pas à monétiser leur marque. 65% des revenus seront reversés aux administrateurs, 25% seront reversés aux utilisateurs et 10% réinvestis dans la plateforme.

L’ICO ( méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet) qui prit place de mars à avril 2018 proposait 120.000.000 XAP à la vente (le prix d’1 XAP étant égal à 0.15 USD) pour un total de 240.000.000 XAP disponible. À chaque création de compte un portefeuille sera généré, permettant aux utilisateurs de transférer des cryptos à leurs amis de manière rapide, facile, transparente et sécurisée, grâce aux XAP qu’ils auront reçus en échange de leurs commentaires, posts ou « likes » sur la plateforme.

L’application sera organisée par catégories, pour assurer une meilleure expérience à l’utilisateur. Ainsi, reprenant les codes des « influenceurs », plus un compte contiendra de jetons et plus son influence sera élevée sur la plateforme. L’application prévoit également une Marketplace et l’opportunité pour des marques de créer leur shop au sein de l’application et de vendre des biens, services directement à partir de leurs profils et de leurs publications sur le réseau.

L’application sera bientôt disponible sur les différents stores (apple et android), le lancement étant prévu avant la fin de l’année 2018 !

appics instagram killer

Alors la blockchain réinventera-t-elle les réseaux sociaux ?

Ces nouvelles applications vont-elles finir par faire de l’ombre aux réseaux sociaux comme Facebook ?  N’allons pas trop vite ! Cette technologie a beaucoup d’avenir devant elle étant assez révolutionnaire mais reste toute jeune. Steemit par exemple qui est  la plateforme la plus développée aujourd’hui  compte  approximativement 150 000 utilisateurs  quand Facebook détient plus de 2 milliards d’utilisateur !  Il sera cependant intéressant d’observer comment les réseaux sociaux réagiront et s’adapteront face à ces nouveaux acteurs.

Sources

https://appics.com/

http://bitcoin-blockchain.fr/blockchain-reseaux-sociaux/

https://crypto-analyse.org/2018/01/29/les-reseaux-sociaux-peuvent-etre-decentralises-avec-la-blockchain/

http://trading-binaire.com/steem-crypto-monnaie-de-steemit/

IOT: ces bijoux connectés qui nous facilitent la vie !

Les bijoux connectés qui nous facilitent la vie !

Avec la démocratisation de la wearable technologie, on voit de plus en plus de bijoux intelligents arriver sur le marché. Ils ne sont même plus considérer comme des gadgets mais comme de vrais alliés du quotidien : bijoux capables de mesurer le stress, d’alerter en cas de danger, d’avertir en cas de problème de santé, de suivre et analyser l’activité physique…ou encore plein d’autres fonctionnalités.

Jusqu’à maintenant on ne peut pas dire que leur esthétique était à l’honneur, mais en plus d’être super pratiques ces bijoux deviennent élégants. De quoi ravir les fashiongeekstas !

Faisons ensemble le tour de ces bijoux intelligents pensés pour faciliter notre quotidien.

Senstone,  un pendentif pour enregistrer nos idées

Le pendentif Senstone porté en collier ou en bracelet peut enregistrer toutes ses idées sans utiliser son smartphone. Le bijou va enregistrer les notes vocales, les convertir en texte et les organiser automatiquement. Il est également équipé d’une LED qui s’allume lorsque le bijou enregistre. Les enregistrements vont ensuite directement se synchroniser au smartphone grâce à l’application et vont être classer intelligemment en fonction de la date, de la position géographique…Le pendentif peut stocker jusqu’à deux heures d’enregistrement !

aujourd’hui il faut toucher le pendentif pour commencer un enregistrement, son créateur Nazar Fedorchul aimerait y ajouter quelques fonctionnalités comme par exemple commencer l’enregistrement en claquant simplement des doigts.

senstone bijou connecte

Diamodo,  les bijoux connectés aux réseaux sociaux

Les Diamodos sont des bijoux connectés proposant principalement des fonctionnalités sociales. Ces bijoux se distinguent des autres par leur fabrication artisanale et chacun des bijoux est unique !

L’application associée à ses bijoux permet d’nregistrer de nombreux contacts. Lorsque l’un de vos contacts vous appelle ou vous envoie un message, le bijoux s’illumine et clignote de façon spécifique. De la même manière, vous recevez vos notifications whatsapp, mail…

Allergy Amulet pour lutter contre les allergies alimentaires

1 français sur 3 a des allergies. Pour certaines personnes consommer un aliment dont il est allergique peut se révéler très dangereux. L’allergy Amulet va permettre de simplifier la vie des personnes allergiques en sondant les aliments dans l’assiette pour en découvrir sa composition moléculaire. Il est basé sur des principes chimiques et se compose de deux parties.

La première est un patch de détection qui peut se cacher dans des accessoires compatibles comme un bracelet, un collier, une coque de smartphone ou une montre.La deuxième partie est un scanner d’alerte qui s’emboîtera avec le patch de détection. Il détectera les données récoltées et alertera le malade via un vibreur et une LED en cas de présence d’allergènes.

L’appareil a été sélectionné par l’incubateur MassChallenge basé à Boston et est conçu en partenariat avec l’Université de Stanford.

bijou connecte allergies

Athena, le bijou de sécurité connecté pour les femmes

Athena est un « bouton bijou » connecté pour avertir son entourage en cas d’agression.

Un sondage realisé par l’Association of American universities révèle qu’une jeune femme sur quatre est victime d’un viol sur les campus universitaires americains. Pour lutter contre ce fléau  la startup Roar for good a conçu Athena, premier bijou connecté de securité.

Il suffit d’appuyer sur le bijou pour déclencher le bouton de sécurité. Les contacts prédéfinis sur l’application Athena sont immédiatement alertés. Athena est connecté en bluetooth à son application mobile. Pour rendre le bijou de sécurité élégant, esthétique et discret la startup a fait appel a des designers.

athena bouton bijou securité

Miragii, le bijou connecté super pratique !

Pour toutes les femmes qui cherchent leur smartphone dans leur sac à main, Miragii va permettre d’avoir accès directement aux notifications sans avoir à le sortir !

Mieux que ça, ce bijou connecté va projeter les notifications sur la main. C’est en fait un micro projecteur qui affiche toutes les notifications sur la main. Il suffit de toucher le collier avec la main et de la reculer pour voir afficher ses alertes télephone !

miragii bijou connecté

Wear le collier auditif

Wear est un type de nouvel appareil auditif sous forme de collier pour les malentendants ! Le pendentif va capter tous les sons dans un rayon de deux mètres pour les clarifier et les amplifier. L’utilisateur malentendant pourra désormais suivre une conversation, ou tout simplement l’enregistrer et la réécouter plus tard.

Le petit secret ? Un petit microphone qui transforme le brouhaha ambiant  en phrases claires et compréhensibles.

wear collier auditif

Netatmo june  le bracelet connecté  anti coup de soleil !

Le bracelet contient des capteurs UV qui permettent de rester informé sur la quantité de soleil que la peau reçoit. Il se connecte en Bluetooth au smartphone via l’application June by Netatmo.

Préalablement l’application vous invite à répondre à quelques questions afin d’identifier votre type de peau et analyse ensuite les données collectées pour fournir des estimations de l’état de la peau après une exposition au soleil. Elle vous informe ensuite en temps réel de la force des rayons UV sur votre peau et vous prévient s’il est nécessaire de mettre de la crème solaire, des lunettes, une casquette.

L’application répertorie également votre suivi en fonction de votre activité enregistrée en fonction du temps passé au soleil ou à l’ombre. De plus le bracelet rend l’utile à l’agréable : c’est un accessoire élégant qui ajoute un plus à vos tenues !

Et pour le petit plus… des bijoux de peau connectés 

Et si on transformait notre badge de cantine ou notre passe de métro en tattoo ? C’est l’idée qui a conduit Cindy Hsin-Liu Kao à inventer DuoSkin et le concept de wearables n’aura jamais aussi bien porté son nom !

Cette chercheuse du MIT Media Lab de Boston en collaboration avec Microsoft Research a  inséré des circuits intégrés dans des tatouages éphémères, composés uniquement de feuilles d’or et d’argent.

Trois types de technologies ont été pensés : une permettant au tatouage de servir d’interface tactile pour commandes des appareils connectés comme répondre au telephone, ouvrir l’appareil photo… La deuxième permet de stocker des informations et de les transmettre et la troisième de relever la température du corps et le rythme cardiaque de l’utilisateur.

Ces bijoux de peau connectés devraient avoir un grand succès auprès des branchés connectés !

Au coeur de la Startup nation ou Silicon Wadi

Au coeur de la Startup Nation  ou Silicon Wadi

J’ai choisi pour mon troisième article de vous parler de la Startup nation  ou encore de la Silicon Wadi.  Israël est devenu le second hub d’innovations technologiques après la Silicon Valley: pays qui jouit d’une culture entrepreneuriale unique et d’une forte densité de startups et d’investisseurs. Il est également devenu la nouvelle terre d’accueil des grands centres R&D des groupes mondiaux. 

j’ai alors décidé de m’intéresser d’un peu plus près à cette Startup Nation et de vous en parler !

israel startup nation

L’armée ou l’école à startups

Tout d’abord il est nécessaire de préciser qu’Israël est un pays où l’armée est obligatoire pour tous durant 3 ansLes entrepreneurs sont alors formés à la meilleure des écoles : l’armée ! Le service militaire transmet des valeurs proches de celles d’une start-up : la « survie », la capacité à être créatif et imaginatif  ou le dépassement personnel lorsqu’il s’agit de résoudre un problème urgent, par exemple.  Les sortants de l’armée sont alors beaucoup à monter leur propre entreprise puisqu’ils ont accédé à un véritable esprit entrepreneurial et ont été formés à la cybersécurité et aux technologies de pointe du renseignement et de l’analyse.

S’ajoute à cette culture entrepreneuriale marquée des initiatives comme le Technion, l’équivalent du célèbre MIT pour la qualité de ses enseignements technologiques. C’est l’institut technologique de Haïfa comprenant 18 facultés, 3 prix nobels et un incubateur.

De plus l’État a créé de nombreux incubateurs et accélérateurs qui permettent à toute personne motivée d’aller tenter sa chance et de se lancer dans la  création de sa startup. Il apporte également son soutien et encourage l’entreprenariat avec par exemple un programme de subventions alloué par l’autorité israélienne de l’innovation .

Quelques chiffres clés

Rentrons dans le vif du sujet, pour vous faire une idée de la quantité de startups  développées en Israel voici quelques chiffres:

Israël comprend 7000 startups et 145 experts technologiques pour 1000 habitants contre 85 aux Etats-Unis.

Les startups représentent 8% du PIB et 20% des exportations en biens et services dans l’économie.

D’ailleurs 7 startups israéliennes font partie du top 100 mondiale en 2018 des meilleures startups en Intelligence artificielle notamment! Et justement c’est surtout de ça dont je souhaite vous parler !

Une sélection de startups “made in Israel”

Parmi le top 100 mondial des meilleures startups en Intelligence artificielle en 2018: Orcam et Cyberreason 

CYBERREASON : la protection contre les cybermenaces

La startup cyberreason fondée par des anciens militaires de l’unité 8200 et spécialisée dans la protection contre les cybermenaces vient de lever 100 millions de dollars auprès de Softbank. Le petit bijou de la startup est le logiciel “hunting machine”. Les données collectées par le logiciel sont  stockées pour alimenter les modèles d’analyse comportementale. Le moteur permet alors d’esquisser les possibilités ou non d’une attaque émergente.

En parlant de cybersécurité, si vous vous y intéressez vous avez surement déjà entendu parler de Checkpoint : le leader mondial en cybersécurité.  Son fondateur, Gil Shwed est lauréat du prix Israël pour la technologie et l’innovation depuis quelques jours. Le premier ministre israélien a d’ailleurs tweeté “Il est un pionnier de la startup nation”. Il a fondé Checkpoint en 1993 en tant qu’ancien de l’unité 8200 (renseignements et cybersécurité) et a ouvert la voie à des milliers d’entrepreneurs.

Aujourd’hui checkpoint compte plus de 100 000 clients et 4500 employé.

ORCAM : Quand l’aide vocale améliore l’autonomie des personnes malvoyantes

ORCAM est une startup spécialisée dans le concept de lunettes pour malvoyants. Les deux ingénieurs Amnon Shashua et Ziv Aviram ont mis au point une paire de lunettes capables de reconnaître de vrais visages et des objets. Une voix synthétique indique à la personne malvoyante ce qu’elle ne peut pas voir. Les lunettes sont également capables de mémoriser et de lire à haute voix les textes indiqués par la personne les portant. Ce produit se prénomme “my eye” et est basé sur les technologies d’intelligence artificielle et de réalité augmentée. Pour information, “myeye”est déjà commercialisé en France à 3000€ par Essilor.

WIZCOMTECH : un stylo pour aider les dyslexiques

Le stylo scanne le texte et divise les mots en syllabes pour utiliser une voix numérique. Le produit de la startup est développé en utilisant une expertise unique en linguistique et en acquisition de traitement d’images dans les domaines de la microélectronique,  de la micro-optique et des moteurs d’algorithmes de reconnaissance optique de caractères.

Les futurs Waze des espaces intérieurs: ORIIENT, NAVIN et INDOORGO

Apres Waze (rachetée par Google) trois startups israéliennes cherchent à relever le défi de la navigation en temps réel dans des espaces fermés: Oriient, Navin et Indoorgo. Leur objectif commun est d’aider le piéton à naviguer dans des espaces intérieurs comme les grands centre commerciaux, les aéroports, les hôpitaux, les musées…

S’ajoute à ça la possibilité d’analyser le comportement des utilisateurs dans les galeries marchandes par exemple: temps passés, itinéraires, préférences…

Oriient exploite le champ magnétique terrestre. Dans chaque bâtiment, le champ se déforme et crée une empreinte magnétique unique. Grâce aux capteurs des téléphones qui prennent en compte depuis trois ans le champ magnétique, les relevés sont possibles et permettent une cartographie du lieu.Cette startup a été incubé par 8200 EISP, la structure des anciens de l’unité d’élite de la cybersécurité de Tsahal et s’est déjà faite une place sur les marchés européen et américain.

 Navin génère des points de données. La technologie permet la capture de millions de points de mouvement de données à l’aide d’algorithmes de stabilisation et d’annulation du bruit. L’application génère des cartes à partir de ces points de données. Elle a aussi été incubé par 8200 EISP et a intégré l’accélérateur Microsoft Ventures. Il faut savoir que Navin est actuellement en test dans les hôpitaux israéliens.

Indoorgo utilise les capteurs de téléphone mais aussi se sert de l’infrastructure existante dans un bâtiment, comme le Wi-Fi, le Bluetooth ou même les lumières au plafond, ce qui peut-être très pratique dans les zones confinées telles que les parkings ou les dépôts.Indoorgo est en phase de démonstration et a été testée dans des centres commerciaux israéliens.

REPORTY: l’application sécuritaire de la ville de Nice

L’application Reporty a été présentée par Christian Estrosi et lancée le 15 janvier à Nice.  Tout Niçois muni d’un mobile peut désormais signaler une situation d’urgence, qu’elle soit criminelle, médicale ou terroriste, un incident personnel ou un événement extérieur.

Pour faire simple si vous êtes témoin ou victime d’un délit, vous ouvrez l’application et vous voilà en connexion avec le centre de supervision urbain de la ville. Dès lors que vous ouvrez l’application, vous êtes géolocalisés.  C’est une sorte de facetime avec la police municipale ! L’application contient en plus un outil de traduction pour les touristes étrangers ayant besoin de l’utiliser.

Cependant l’application créée par le startup israélienne soulève de nombreuses polémiques. Le dispositif a été jugé intrusif par la CNIL pouvant impliquer la collecte instantanée et l’enregistrement de données telles que l’image et la voix sur la voie publique. La ville de Nice a alors été forcé de retirer ce nouveau dispositif sécuritaire dernier cri.

reporty securite

MOBILEYE: une belle avancée vers la voiture autonome

Intel vient de racheter Mobileye pour un montant record de 15 millions de dollars! Il s’agit de loin de la plus grosse acquisition de l’histoire en Israël.

Mobileye ,fondé en 1999, est spécialiste des logiciels d’assistance à la conduite.  Elle développe des capteurs et technologies de vision par ordinateur pour les systèmes d’assistance à la conduite et les véhicules autonomes. Ces capteurs et puces permettent d’éviter les piétons ou encore de réagir rapidement aux coups de freins des autres voitures. Sa technologie assiste déjà les conducteurs de 15 millions de véhicules à travers le monde, en attendant de prendre le volant à leur place. Pour faire simple cette technologie permet de détecter une voie, un véhicule, du trafic, un piéton, un panneau…Elle analyse et prévient le conducteur pour l’aider à prendre les bonnes décisions. Ces petites puces bourrées d’algorithmes sont fabriquées à Jérusalem et seraient efficaces à 99,9%.

Mais si Intel a mis la main sur Mobileye c’est surtout pour ses promesses en voiture autonome! Il reste encore aux chercheurs un travail considérable pour que cette technologie soit adaptée en toute sécurité en ville. En 2016 Intel et Mobileye se sont alliés avec le constructeur automobile BMW pour créer une plateforme afin de développer LE cerveau électronique embarqué qui permettra un jour à la voiture de circuler en totale autonomie, sans qu’une présence humaine à bord soit indispensable. Cette voiture serait alors en mesure d’effectuer seule des parcours complexes. Stay tuned !

mobileye voiture autonome

Tourisme: PRUVO et WESKI

Pruvo est une startup qui peut vous faire économiser jusqu’à 67% sur les réservations d’hôtel grâce à un algorithme unique qui détecte les baisses de prix. L’ambition de cette startup est d’étendre ce fameux algorithme à l’ensemble du marché du voyage.

Dans le même esprit, Weski est une application qui permet de faciliter les voyages au ski. La startup a développé un site internet permettant une réservation en une seule fois, WeSki, où les skieurs peuvent prévoir tous les aspects de leur voyage, du vol à l’hôtel en passant par le forfait du domaine, la location de l’équipement et les cours de ski. Figurez vous que Weski a été lancée avec un investissement d’un million de dollars. Et qui sont ses investisseurs ? Uri levine de Waze et la compagnie aérienne EasyJet.

Un French Tech Hub

En 2015, la French Tech Israël a été lancée par Emmanuel Macron (lorsqu’il était ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique) lors de sa visite en Israël au festival d’innovation DLD à Tel Aviv. Le hub French Tech Israël a l’ambition de servir de plateforme de connexion entre les écosystèmes d’innovation en Israël et en France (Le compte twitter: @FrenchTechIL )

L’objectif du French tech Hub Israël et d’accompagner les entreprises françaises de toutes tailles et de tous secteurs en les connectant à la startup nation israelienne et en recherchant les meilleures innovations disponibles.

En novembre 2017,  Mounir Mahjoubi etait invité en Israël à l’occasion du Digital Life Design.  Il déclare alors vouloir prendre Israël comme modèle pour créer une vraie startup nation française. Il a également eu l’occasion d’échanger avec  la  French Tech Israël et avec des investisseurs israéliens pour promouvoir la coopération économique entre les deux pays et lever les freins à l’investissement en France. Pleinement engagé sur les sujets de cybersécurité, le secrétaire d’Etat chargé du numérique a alors visité le site de l’université Ben Gourion de formation à la cybersécurité et le Cyber Labs JVP à Beer Sheva car il souhaite améliorer le developper de ces formations en France.

french tech israel

Une Start up nation vers une Scale up nation?

Cybersécurité, informatique, logiciels, fintech, santé, agriculture, industries : les technologies israéliennes se déploient dans tous les domaines. Grâce à l’armée,  à des universités parmi les plus renommées au monde (le Technion, l’Institut Weizmann…), et à trois générations d’entrepreneurs l’écosystème d’innovation israélien dispose donc d’une profondeur unique, seulement comparable à celle de la Silicon Valley.

Cet écosystème d’innovation a cependant ses limites car déjà mûre. En effet, le pays accueille 7.000 startups pour seulement 8,5 millions d’habitants. Soit de loin le meilleur ratio au monde. Tous les géants de la tech y sont maintenant implantés: facebook, Apple, Microsoft, Google, IBM, Samsung et plein d’autres encore.

Cependant beaucoup de startups n’ont pas réussi à grandir en se faisant racheter assez rapidement. On trouve alors de plus en plus de technologies israéliennes chez les grands groupes internationaux. Le meilleur exemple reste Waze racheté par Google en 2013 pour 1,5 milliards de dollars qui a fait office de détonateur.

Le pays tend donc à valoriser davantage ses startups afin de dynamiser cet écosystème d’innovations de l’intérieur: startup nation vers une scale up nation ?

Pour en savoir plus

http://israel.lafrenchtech.com

http://siliconwadi.fr/

http://www.brainswatt.fr/israel-innovation-learning-expedition/

Impression 3D : la course à l’innovation !

Impression 3D: la course à l’innovation !

Qui aurait cru que l’impression 3D révolutionnerait autant les différents secteurs de l’industrie ?

On entend de plus en plus parler du concept d’imprimante 3D mais n’oublions pas que sa fonction première était d’accélérer et d’améliorer le prototypage rapide. Ce type de fabrication s’est développé au fil des années et connait aujourd’hui un grand succès car elle apporte un grand nombre de bénéfices que ce soit en termes de temps, de coûts et de matériaux utilisés.

Avec une révolution amorcée dans les domaines du médical, de l’aéronautique, de la joaillerie, de la santé… on ne sait pas de quoi sera fait son avenir et ses applications sont de plus en plus surprenantes !

L’impression 3D est partout !

Allez… suivez-moi,  faisons ensemble un petit tour des applications de l’impression 3D.

Impression 3D et mode: duo de choc !

L’impression 3D  se met au service de la mode et permet d’amener la création à un niveau supérieur puisqu’elle va permettre d’élargir le champ des possibles, de concevoir des pièces difficilement réalisables en peu de temps et à moindre coût.  Elle se présente également comme une solution de personnalisation.

Alors pourquoi s’en passer ?

Cette technologie s’invite depuis quelques années sur les défilés Haute-Couture. Iris Van Herpen, styliste avant-gardiste a créée plusieurs pièces grâce aux technologies d’impression 3D. En alliant méthodes de créations traditionnelles et impression 3D, elle donne vie à ses designs  et ses créations font sensation ! C’est un bel exemple de ce que la fabrication additive apporte au secteur de la mode.

La styliste a travaillé sur la conception de ses pièces  avec l’Université de Technologie de Delft pour développer une technique d’impression hybride lui permettant de combiner du plastique imprimé en 3D avec du tissu naturel.

Défilé iris van herpen robe imprimée en 3d

Du make-up personnalisé imprimé en 3D

Grace Choi révolutionne la façon doit on va consommer le maquillage avec Mink, une mini imprimante 3D capable de créer à la demande n’importe quel type de maquillage ! Elle a reçu l’approbation de l’agence de santé américaine et les prix des pigments de couleurs restent très accessibles.

Comment ça marche ?

Il faut sélectionner le code de la couleur choisie sur son ordinateur et l’envoyer à l’imprimante. Une fois lancée l’imprimante mélange les pigments de couleur à la poudre ou crème de maquillage. Votre fard, poudre, gloss ou fond de teint s’imprimera. Simple comme bonjour !

…au service de l’architecture

De nombreux cabinets d’architecture ont découvert le potentiel de la technologie d’impression 3D notamment dans la construction de modèles. Elle permet de construire avec une très grande précision et de prendre en compte de très petits détails.

En mars 2017, une startup américaine a imprimé une maison entière en 3D en vingt-quatre heures seulement. L’entreprise Apis Cor et PIK group(leader du secteur de la construction en Russie), ont mis sur pied une petite maison dans le village russe de Stupino. Les gains d’argent et de temps sont considérables, c’est une véritable révolution dans le secteur de l’architecture et le monde de la construction ! La startup explique avoir fait une économie de 70% par rapport aux coûts engendrés pour la  construction classique d’une maison.

En mai 2016, les premiers bureaux imprimés en 3D, siège de la Fondation du futur,  ont été inaugurés à Dubaï par le premier ministre des Emirats arabes. Cet espace de 250m2 a été construit en 17 jours grâce à une imprimante de 36 mètres de long !

Les bureaux sont en forme d’arc et sont dotés de fonctions innovantes pour réduire la consommation d’énergie. L’intérieur comprend les toutes dernières technologies en termes de management des systèmes d’information.

Et bien d’autres projets d’architecture sont en développement comme Shamballa, le premier Eco-village imprimé en 3D en Italie ou encore la Swim City, ville du futur en Suède. Le cabinet  Belatchew Labs spécialisé dans le développement de projets expérimentaux destinés à améliorer notre avenir a développé Swim city. Un projet qui met en scène une ville construite sur l’eau à partir de béton imprimé en 3D et avec l’appui du conseil national suédois du logement.

architecture applications impression 3d

L’impression 3D révolutionne la santé !

Poietis commercialise la première peau humaine imprimée en 3D. La société fabrique des tissus  biologiques personnalisés humains. Une technologie  qui va permettre de réduire les coûts de fabrication de médicaments et surtout  d’éviter de faire les tests cosmétiques des produits sur les animaux, ce qui a déjà séduit les grands groupes comme l’Oréal.
L’objectif de Poiétis est désormais de pouvoir implanter d’ici 2021 de la peau reconstituée sur un être humain.

Depuis 2015 l’ONG Handicap International mène un projet pilote dans le but de mettre au point des prothèses sur mesure imprimées en 3D.

Les données du patient sont scannées grâce à un appareil Sense 3D de Cubify. Elles sont ensuite envoyées à société bulgare Prosfit Technologies, partenaire du projet et spécialiste des prothèses de jambes. Cette société a pour mission de créer sur logiciel un modèle 3D imprimable de l’emboîture de la prothèse.

Les résultats sont équivalents en termes de qualité de prothèse fabriquée traditionnellement. En 2016 19 patients ont été équipés de prothèses sur mesure imprimées en 3D et en 2017, plus de 200 !

Le Food printing ou la nourriture 3D

A Londres le restaurant Food ink imprime ses plats en 3D. L’imprimante du restaurant est composée de plusieurs branches d’une très grande précision. Elles peuvent reproduire des dessins complexes avec la nourriture qu’aucun cuisinier ne pourrait dessiner.

Petit plus dans le restaurant tout est imprimé en 3D : vaisselles, tables, chaises, luminaires, ustensiles… Et pour prolonger l’expérience les clients sont invités à porter un casque de réalité virtuelle et à écouter de la musique composée par un ordinateur à intelligence artificielle. Le Food Ink nous impressionne en 3D !

food ink impression 3d

Vous avez dit Foodini ? Oui, oui…vous avez bien compris !

La Foodini, l’imprimante exclusivement alimentaire de Natural Machines (Barcelone)  est arrivée en France et séduit déjà les grands chefs !

Elle vous permet d’imprimer avec n’importe quel aliment pâteux : pâte à cookie, houmous, guacamole, purée, viande hachée, chocolat …  Et cerise sur le gâteau, la machine dispose de 5 buses qui peuvent contenir des aliments différents et ainsi se relayer pendant l’impression pour vous offrir une recette complète. Génial non ?

Actuellement elle est proposée aux restaurateurs et traiteurs pour la somme de 4000€ mais elle intéresse également le secteur de la santé. D’ailleurs l’Université d’Utah vient de faire l’acquisition de plusieurs Foodini.

Art & Design

L’impression 3D permet d’effacer certaines limites de l’imagination ! Elle a donc permis de repousser les limites de la création. Les artistes nous offrent alors toujours plus d’innovations.

Les bijoux imprimés de Diana Law

Diana Law est une artiste qui s’est lancée dans la création de bijoux imprimés en 3D.  Elle explique à 3Dnatives que cette méthode a changé sa façon de travailler. La chaine de production est beaucoup plus facile à activer, les délais de réception et les coûts sont réduits.

De plus, imprimer ses bijoux en 3D lui permet d’atteindre des niveaux de complexité supérieurs ! Enfin le dernier point positif est le respect de l’environnement car elle permet de rajouter de la matière et donc de ne pas en gaspiller. C’est une bonne nouvelle pour notre planète Terre !

bijoux diana law impression 3D

Les créations du designer Samuel Bernier

Samuel Bernier, designer et creative leader chez onepoint design et fabrique de nombreux objets: lampes, luminaires, chaises, corset de lingerie… Il est également co-auteur du livre “Impression 3D pas à pas”, ouvrage  ludique pour apprendre les bases de l’impression 3D tout en s’amusant.

Je vous laisse découvrir ses créations ci-dessous!

Quand la lutherie rencontre l’impression 3D

3dvarius a présenté pour la première fois son violon électrique imprimé en 3D au CES 2017 à Las Vegas. A l’origine c’est Laurent Bernadac à la fois ingénieur et violoniste qui a eu cette idée : créer un violon électrique haut de gamme, qui offre le même confort de jeu qu’un violon classique.

Aujourd’hui 3dvarius a décliné son offre et propose « une nouvelle génération de violons électriques ».

Pour le petit plus…

Je tiens à vous parler rapidement du Fablab de chez onepoint, l’entreprise dans laquelle je travaille. C’est evidemment pour cette raison que j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet. Je trouve ça fascinant ce qui est possible de réaliser aujourd’hui grâce à la technologie d’impression 3D et en fouillant un peu, j’ai  découvert pas mal de choses intéressantes… J’ai alors décidé de les partager avec vous !

Et pour tout vous dire il y a 2 ans je n’avais jamais vu une imprimante 3D en vrai et je ne savais même pas ce que signifiait « Fablab » !

Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est un Fablab, c’est « un lieu mettant à la disposition de ce dernier un arsenal de machines et d’outils utilisés pour la conception et la réalisation d’objets de toutes sortes ».

Le Fablab du Livepoint est un laboratoire d’innovation, lieu de Co création, de prototypage et de nouvelles technos. C’est Samuel Bernier, Creative Leader, qui en est responsable !

Plusieurs liens pour en savoir plus :

https://www.maddyness.com/innovation/2018/02/01/mk2018-gagnant-moonshot-2018-poietis/

https://www.3dnatives.com/

http://foodink.io/

Si l’impression 3D vous intéresse, je vous conseille vivement d’autres articles du #MBADMB !

L’impression 3D, une solution eco-friendly ?

L’impression 3D, une révolution médicale annoncée [partie 2/2]

Gamification, quand le jeu stimule la communication !

Gamification, quand le jeu stimule la communication !

visuel gamification

Et oui, fini le temps ou seuls les « gamers » jouaient aux jeux vidéos ! Ces derniers se sont démocratisés. Désormais on joue en famille, entre amis, pour le plaisir, pour se détendre ou pour apprendre : le principe de gamification envahit notre quotidien en s’adressant à tout type de public.

Justement la gamification… Parlons-en !

La gamification connait un véritable succès et devient un sujet de plus en plus discuté : formation, éducation, communication, marketing, ressources humaines, santé… elle est partout ! Alors pourquoi ne pas l’inclure dans nos stratégies de communication ?   Quoi de mieux que de faire appel à l’âme d’enfant ou de compétiteurs des utilisateurs pour capter leur attention ?

Les marques, les entreprises, les associations… se servent de plus en plus de ce levier ludique pour transmettre leur message.

Commençons par le commencement: la gamification, kézako ? 

La gamification est l’utilisation des mécaniques de jeu dans un contexte extérieur au jeu. Cela veut dire qu’on utilise les techniques des jeux vidéo pour fidéliser, mobiliser et engager les utilisateurs.

Le terme gamification a officiellement vu le jour en 2002 à l’initiative du britannique Nick Pelling, concepteur de jeux vidéos. Il décide de reprendre les codes des jeux pour les transposer dans différents domaines notamment la formation professionnelle, le marketing et la communication. L’idée est tout simplement d’impliquer et de mobiliser les gens par la philosophie du jeu.

Pourquoi gamifier ? 

Un joueur peut passer des heures sur un même jeu et y prêter plus d’attention qu’à d’autres activités. Lorsqu’un jeu est simple d’utilisation et bien conçu, l’utilisateur y accorde un temps fou sans forcement s’en rendre compte. Il s’y engage alors en y consacrant une grande partie de son temps.

Le comportement et les capacités développés par le joueur peuvent être intéressants pour différents acteurs : former en entreprise, fidéliser un public, mobiliser dans la prévention, sensibiliser sur des sujets sérieux…

Quelques exemples de campagnes dopées à la gamification !

My starbucks rewards

Starbucks a utilisé la Gamification dans le cadre d’une campagne destinée à promouvoir ses produits. L’objectif était de reconnaître et de récompenser la fidélité des clients à travers une carte à points : plus l’utilisateur consomme de produits, plus il cumule d’étoiles, plus il monte de niveau et peut obtenir des récompenses.

Le bon vieux système des miles remis au goût (de café) du jour.

application my starbucks rewards sur smartphone

Beauty Talks de Sephora

A travers Beauty talks, on découvre la façon dont la gamification a permis à Sephora de révéler ses ambassadeurs.Pour pousser les clients à interagir et partager leurs avis, la marque s’appuie sur un système de “coeurs” (points) à remporter. Les clients remportent ces points en participant à divers challenges sur la communauté : conversations, conseils, avis. Sephora Talks a mis en place 38 différents niveaux, de façon à ce que les clients puissent voir une évolution réactive de leur statut.

Résultats : les ambassadeurs révélés grâce à Beauty Talks dépensent 10 fois plus que les autres membres de la communauté. Preuve que la gamification a permis ici d’activer le potentiel des ambassadeurs de la marque, d’engager et de faire interagir les clients entre eux.

communauté sephora beauty talks

Samsung Nation

Afin de faire découvrir l’ensemble de ses offres et d’augmenter l’engagement de ses clients, Samsung a gamifié son site corporate samsung.com en ayant eu recours aux services de Badgeville. Le but est de créer de la viralité et d’encourager les avis sur les produits car ces derniers sont cruciaux dans une stratégie e-commerce.

En se créant un compte, le client remporte le badge de “joueur”, la communauté se construit autour d’avatars, de points, de niveaux, de missions et d’une barre de progrès. Des produits offerts sont également à gagner en participant à certaines quêtes afin d’encourager l’inscription et la participation. Samsung a recours à la gamification en s’appuyant sur un équilibre récompenses virtuelles et récompenses réelles.

Résultats:

 500% d’avis rédigés sur les produits

+ 66% de visites

+ 30% de commentaires

Réduction des coûts de marketing et du support en ligne

capture d'ecran de samsung nation

The Speed camera lottery 

Un “speed camera lottery” pour récompenser les automobilistes respectueux ! L’agence nationale de sécurité routière de Stockholm et Wolksvagen ont lancé un système de radars utilisant la gamification pour encourager le respect des limites de vitesse sur les routes.

Les automobilistes respectant les limites de vitesse étaient récompensés:  la “speed camera lottery” inscrivaient directement les conducteurs respectueux  dans une loterie financée par les amendes pour excès de vitesse. Ce  projet « Speed Camera lottery », était une idée de Kevin Richardson, pour lequel son créateur a reçu un prix d’innovation accordé par Volkswagen.

“Dumbs way to die” du métro de Melbourne

Le but de cette campagne est d’engager un public qui ne veut vraiment entendre aucun message de sécurité. Ce jeu est vraiment bien conçu et amusant: il forme à la sécurité dans le métro australien.

Cette campagne a connu un succès fou en recevant 5 Grands prix à Cannes, elle doit son succès à la mise en situation de petits personnages maladroits “champions de la sécurité” dans un clip vidéo ayant fait plus de 100 milliards de vues sur Youtube! Une application mobile a ensuite vu le jour comprenant 18 mini-jeux interactifs de rapidité dont le but est de sauver les petits personnages d’une mort cruelle.

15 millions de téléchargements de l’application! Cette campagne a permis de diffuser très largement des messages de sécurité à travers un jeu ludique et a connu un vrai succès car les utilisateurs ont été fortement sensibilisés aux dangers du train et du métro. Suite à cette campagne, on constate une baisse de 21% des accidents, pari réussi!

dumbs ways to die visuel

Et quelles seront les tendances en gamification pour 2018 ?

Selon une étude menée par Technavio, le marché de la gamification dépassera les 6 milliards de dollars en 2019, avec un taux de croissance de 48%. Et, ce sont les applications axées sur les entreprises qui vont engendrer le plus de revenus puisqu’elles en généreront 68 % du total estimé.

La gamification est de plus en plus présente dans les médias sociaux, sites web etc. Un grand nombre d’applications destinées aux clients comportent un élément de jeu pour les fidéliser, les engager et surtout les faire participer en les incitant à essayer quelque chose de nouveau. Les entreprises commencent à réaliser l’enjeu de la gamification: ce ne sont pas seulement des jeux amusants.

La gamification devrait croître dans le domaine des Ressources humaines. Dans le cadre d’une stratégie de digitalisation du processus RH, la gamification s’y inscrit parfaitement surtout lorsqu’on souhaite mettre les employés au centre du processus. Jouer apparait alors comme un  levier pour fédérer les équipes tout en l’impliquant dans la stratégie et les valeurs de l’entreprise.

La motivation des salariés est d’ailleurs un autre aspect managérial  pour lequel l’utilisation de la gamification est très interessante. Les CRM intègrent également de plus en plus de solutions gamifiées pour motiver leurs salariés et en particulier leur force commerciale.

Gamification et AR/ VR: perfect combo ?

La réalité virtuelle et la réalité augmentée commencent à se faire une place dans la gamification. Cette combinaison offre la possibilité aux marques de créer un scénario qui fait rêver ses utilisateurs et qui permet une immersion totale dans l’univers de la marque.

Quoi de mieux pour les marques de  pouvoir offrir un monde engageant aux utilisateurs ? Combiner AR/VR et gamification donnera clairement la chance aux utilisateurs de vivre une expérience qui les marquera et leur permettra de se souvenir durablement de la marque.

ar et vr en gamification

Pour en savoir plus…

Pour en savoir plus et suivre l’actualité de la gamification c’est par ici :

http://www.elgamificator.com/

http://serious-game.fr/

Pour les curieux,  voici plusieurs articles MBADMB intéressants  abordant  la gamification :

http://www.mbadmb.com/2017/12/16/rencontre-2-0-retour-jeu-de-seduction/

http://www.mbadmb.com/2017/01/20/greenapes-green-social-network/

http://www.mbadmb.com/2017/10/10/gamification-la-vie-nest-quun-jeu/