Drones, robots, économie collaborative : à quoi va ressembler la livraison du futur ?

Aujourd’hui, nous faisons tous appel aux services de livraison. Grâce au digital et aux avancées technologiques, ces services se réinventent pour le bien des consommateurs et dans un souci de respect de l’environnement. En effet, se faire livrer son colis par un drone ou son plat par un robot n’est déjà plus une fiction et pourrait bien rentrer dans les usages de demain. Voici un portrait de ce que pourrait bien être la livraison du futur.

 

La livraison du futur se fera par les airs

Depuis 2013, les drones font couler beaucoup d’encre à leur sujet. Pourtant cela n’empêche pas les géants du web comme Amazone, Google ou Alibaba de s’intéresser à la technologie des drones livreurs, convaincu de détenir les clés de l’avenir de la livraison.

project-wing-livraison-du-futur-par-drone

Le Projet Wing imaginé par Google

Amazon et son projet Prime Air :

Le progrès ne s’arrête jamais chez Amazon ! Après la promesse de livrer ses clients en moins d’1h avec son programme de fidélité Amazon Premium, le mastodonte de la vente en ligne bouscule encore d’avantage les codes de la livraison avec Prime Air : le premier service de livraison par drone.

Un projet fou, pourtant sur la bonne voie car après plusieurs mois de tests au Royaume-Uni et des résultats concluants, Amazon a finalement signé un accord avec l’Autorité de l’Aviation Civile Britannique : c’est officiel Amazon à le droit de livrer ses colis par les airs !

La première livraison par drone a eu lieu le 7 Décembre dernier aux alentours de Cambridge et il n’aura fallu que 13 minutes au premier livreur volant pour amener le colis à bon port.

Bien que le service Prime Air ne supporte que de petits colis (25 Kg) et ne fonctionne que sur un périmètre restreint (16Km), cette prouesse technique pourrait bien s’étendre à d’autres pays et illustre parfaitement la longueur d’avance que possède Amazon en matière de livraison !

 

Le project Wing signé Google X

En réponse au projet Prime Air  d’ Amazon, Google a créé Wing : un système similaire de livraison imaginé par les ingénieurs de Google X (la filiale de recherche et d’innovation du moteur de recherche).

Google et son projet wing invente la livraison du futur

Prototype du projet Wing lancé en 2014 par Google

Lancé en 2014, le premier prototype de WING n’a pas été retenu suite à des problèmes de contrôles et de navigation. Un coup dur pour le premier moteur de recherche qui a dû repenser entièrement son projet, 2 ans après ses premiers tests en Australie.

Mais le géant du web ne s’avoue pas vaincu et pour cause ! les autorités américaines ont donné leur accord en Juillet dernier pour que des drones livreurs signés Google puissent être déployés dans le ciel américain.

Le projet pour l’instant expérimental, ne concerne qu’une partie du territoire. En échange, Google devra partager toutes ses données avec les partenaires du gouvernement pour les aider à répondre à des questions de sécurité concernant la livraison par drone… Affaire à suivre !

 

Alibaba également dans la course

Le géant de l’e-commerce chinois s’est aussi lancé dans la livraison par drône. C’est en Février 2015 qu’ Alababa a livré 450 de ses clients par les airs en moins d’1h. Seules, 3 grandes villes étaient desservies : Guangzhou, Beijing et Shanghai.

L’expérimentation concernait uniquement des sachets de thé au gingembre pesant moins de 340 grammes.

 

 

La livraison par drone est un rêve que beaucoup aimeraient concrétiser. Cependant ce type de service rencontre quelques obstacles techniques et administratifs :  autonomie limitée, collision à éviter, manque de précision à l’atterrissage… À cela s’ajoute le cadre légal pour l’instant défavorable au développement rapide de ce type d’expérimentation puisque de nombreux pays interdisent le vol de drones autonomes. Une législation qui devrait évoluer car on estime que la livraison par drone devrait représenter 12 milliards d’euros dans le monde en 2015.

 

 

La livraison du futur ne se fera peut-être pas par les airs

Pendant que les géants du web cherchent à conquérir le ciel avec la livraison par drones, d’autres acteurs, pas moins connus, imaginent le futur de la livraison : au sol. Des expérimentations plus simples à mettre en place, qui n’ont pas fini de faire parler d’elles !

 

Starship : le robot livreur :

Imaginé par les co-fondateurs de Skype et la start-up Starship Technologie, ce projet de robot livreur voit le jour entre l’Estonie, la Finlande et Londres. Son but : révolutionner la manière de livrer les produits de proximité.

la-livraison-du-futur-par-le-robot-starship

Startship, le premier robot livreur de course

Ce petit robot ambulant et autonome s’avère être capable de livrer vos courses à domicile (jusqu’à 9kilos de courses).

En eftet, après avoir été déposés sur le trottoir par des livreurs traditionnels,  les « Starship » (robots livreurs) s’occuperont de la livraison sur le dernier kilomètre. Le but de la manoeuvre étant de simplifier la livraison dans des endroits difficiles d’accès avec une camionnette.

Côté sécurité, le client pourra suivre tous les déplacements du robot via une application et ne pourra récupérer les courses en présentant son smartphone au robot pour déverrouiller les compartiments contenants les courses.

L’ambition de ce projet est limpide, Ahti Heinla (l’un des co-fondateurs) a déclaré « Nous voulons impacter le secteur de la livraison locale comme Skype a impacté celui des télécommunications. ».

 

 Uber : des chauffeurs/livreurs au camion autonome

Ces derniers mois, Uber a multiplié les initiatives en matière de livraisons à la demande.

Après UberRush lancé aux État-Unis, UberEats arrivé en France en 2015 et son programme pilote UberEssential (spécialisé dans la livraison de produits pour la maison), Uber compte développer d’avantage ses services de livraison : Il ne s’agit plus pour la start-up californienne de transporter uniquement des voyageurs mais aussi des commandes à la demande. Selon Techcrunch, le Californien envisageait initialement de travailler avec des grands e-commerçants tels qu’Amazon, pour finalement décider qu’il serait plus intéressant de prendre en charge les livraisons depuis des commerces locaux que depuis des entrepôts…
Une opération a également fait grand bruit en Août 2016 : le rachat par Uber de la start-up israélienne Otto pour 680 millions d’euros.

Ainsi, l’entreprise de VTC devient pionnière de la transformation de poids lourd en véhicule autonome.

 

 

LA livraison du futur : un service qui se passera de chauffeur !

Ce projet est loin d’être utopique puisque la première livraison de ce genre a eu lieu entre Fort Collins et Colorado Springs aux États-unis :  51000 canettes de bières ont donc parcouru 200 kilomètres avec succès sans aucun chauffeur à bord du camion. En effet, ce dernier a été remplacé par un système de conduite autonome s’appuyant sur des caméras, des radars et une cartographie détaillée du trajet.

Ce kit imaginé par l’équipe d’Otto peut s’installer sur n’importe quel véhicule ayant une boite automatique. Plusieurs entreprises sont déjà intéressées par ce type de projet.

 

La livraison du futur se fera directement dans le coffre de voiture

Se faire livrer dans son coffre de sa voiture est désormais possible ! DHL le service de livraison d’Amazon a d’abord testé cette option aux États-Unis auprès des propriétaires de véhicules Audi et depuis septembre dernier en Allemagne auprès des détenteurs de Smart For Two.

Avec ce service DHL souhaite faciliter la livraison de colis aux clients. Baptisé Smart Ready To Drop, ce service est actuellement en partenariat avec Daimler, Amazon, Allyouneed Fresh et Fashion ID.

Le principe : le client choisit un créneau horaire, précise l’emplacement de son véhicule et indique sa plaque d’immatriculation. Un code de sécurité sera également transmis au livreur et le tour est joué !

Alors est-ce vraiment la fin des avis de passage glissés dans votre boite aux lettres et des allers-retours à la poste ? Rien n’est moins sûr puisque ce projet encore en phase de test, n’est actuellement pas disponible en France.

 

 

Le futur de la livraison imaginé par l’économie collaborative

Le marché de la livraison n’intéresse pas que les grands noms de ce monde. En effet, de jeunes pousses ambitionnent elles aussi de repenser la livraison E-commerce.

Zoom sur 3 start-up particulièrement prometteuses.

 

GLOVO : l’application qui livre tout

glovo-logo

Pour la start-up barcelonaise, la livraison du futur doit être plus rapide, moins chère et sans limite

 

Née à Barcelone en pleine crise économique la start-up Glovo a repensé le concept des coursiers en les rendant pratiques et accessibles pour tous.

À l’instar de ses concurrents comme Allo Resto, Take It Easy ou Delivroo, la start-up espagnole se démarque en vous proposant de vous livrer tout et n’importe quoi en moins d’une heure.

 

La-livraison-du-futur-Glovo-interface

Interface de Glovo : l’application qui vous livre tout

 

Avec des frais de livraison inférieur à 5€ et une interface intuitive, Glovo a déjà conquis l’Espagne et l’Italie avec près de 200 000 utilisateurs actifs. Nul doute que ce nouveau concept de livraison rapide à domicile séduira également les franciliens.

 

URB-IT: la livraison du futur éco-responsable

la-livraison-du-futur-par-urb-it-logo

La livraison du futur sera éco-responsable avec Urb-it

 

La start-up suédoise Urb-It est  à l’origine d’un nouveau concept de livraison à la fois social, solidaire et écologique.

Urb-It repose sur un principe simple : vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous déplacer en magasin ? Urb-It le fait pour vous !

Sorte de click & collect 2.0, l’application permet de faire retirer et livrer son colis par un « Uber » attitré ( c’est ainsi que le service nomme ses coursiers).

Si le terme « uber » évoque un certain service de VTC, il n’a pourtant rien en commun avec ces livreurs éco-responsables qui se déplacent uniquement en transport en commun ou à pied. Un choix éco-responsable adapté aux grandes villes.

Autre particularité le service propose de suivre l’avancement de la course via une application sur son smartphone et de dialoguer si besoin avec son coursier.

Lancée en 2014 dans la ville de Stockholm, Urb-It compte déjà plus de 50 enseignes partenaires et une flotte de 500 ubers en suède. Arrivée à Paris l’été dernier, la start-up compte bien se développer et devenir la référence en matière de livraison éco-responsable.

 

 STUART : une livraison plus rapide et moins chère

La-livraison-du-futur-Stuart-logo

Logo de la start-up Stuart

 

Fondée en 2015 à Paris, Barcelone et Londres, Stuart a pour vocation de réinventer la manière dont les marchandises se déplacent dans les villes.

Le service se compose d’une application pour les particuliers et d’une plateforme pour les professionnels. En intégrant la technologie de Stuart les plates-formes e-commerces peuvent offrir à leur client une option de livraison plus rapide et moins chère en associant le crowdshiping (livreurs indépendants à vélo) et les algorithmes.

 

equipe-stuart-a-velo-futur-de-la-livraison

Stuart compte aujourd’hui plus de 500 clients actifs dont Carrefour, Franprix, Burger King, The Kooples ou encore Cdiscount.

La jeune société a été rachetée le 7 Mars 2017 par GeoPost (filiale du groupe La Poste). Un rapprochement qui va permettre à la start-up française de continuer son développement et pourquoi pas s’imposer comme le leader français et européen de la livraison rapide à domicile.

 

 

Ces derniers mois, les annonces concernant la livraison par drône se multiplient. Bien que le cadre légal de leur utilisation soit strict pour des raisons de sécurité aérienne et de protection de la vie privée, la législation tend peu à peu à s’assouplir. Une évolution qui place le drône comme un moyen sérieux de répondre au problème de la livraison rapide à domicile.

Mais d’autres expérimentations comme le robot ou l’uberisation de la livraison tentent de moderniser ce service en alliant la technologie et l’humain. En 2017, notre bon vieux facteur pourrait bien se sentir un peu dépassé !