Alors que Twitch, plateforme de streaming de jeux vidéos, lance son réseau social « Pulse », des réseaux sociaux comme Twitter s’associent à des géants de l’esport comme l’ESL (Electronic Sport League) et la Dreamhack.

En juillet 2016, Twitter annonçait qu’il allait commencer à diffuser du contenu sur sa plateforme afin de se relancer. Après la diffusion des conventions républicaine et démocrate aux Etats-Unis, Twitter se lance dans l’esport.

Twitter n’emprunte pas quatre chemin afin de rentrer dans le monde de l’esport. Il s’associe avec ESL et Dreamhack qui sont aujourd’hui les deux plus gros organisateurs de compétitions d’esport. Ce partenariat va permettre à Twitter d’offrir un 1500h de contenu vidéos avec 15 événements à une communauté intéressée par les jeux vidéos sur la même plateforme. Les jeux vidéos en question ? Counter Strike Global Offensive, League of Legend, Starcraft 2.

Twitter_dreamhack
Samedi 4 mars, Twitter a diffusé pour la première fois sur sa plateforme les premiers lives esport de l’ESL Intel World Championship qui se déroulait en Pologne. De plus, Twitter a annoncé qu’il allait diffuser chaque semaine une émission sur l’esport. Cette dernière durera 30 minutes et nous pourrons y découvrir les nouveautés liées à l’esport ainsi que les backstages de grandes compétitions organisées par ses partenaires. Via cette émission, Twitter souhaite se relancer et pouvoir proposer un contenu premium à ces utilisateurs.

Cependant, Twitter s’attaque à un milieu où la diffusion en live appelé streaming est déjà bien développée sur Twitch. A ce sujet Twitch viens de faire un partenariat avec TF1 afin de proposer une télé réalité basée sur l’esport.

Mon avis ?

Twitter s’attaque à un marché prometteur cependant Twitch détient une forte part de ce marché. Twitter n’a pas communiqué sur un éventuel nouveau business model suite à cette annonce.
La question que l’on peut se poser aujourd’hui, Twitter va-t-il proposer ce service gratuitement dans un premier temps et le rendre payant par la suite ? Seul Twitter a la réponse.

Source