A l’heure du digital et malgré le trop plein d’informations, nous sommes tous tentés d’en savoir toujours plus et d’être au courant des dernières tendances.

Alors, il nous arrive d’enchaîner conférences, meetings, débats, présentations dégoulinantes de ppt pour répondre à notre besoin d’absorber le maximum d’info en un minimum de temps !

Et à bien y regarder, la toile regorge chaque jour de conférences toutes plus intéressantes les unes que les autres !  Alors, les conférences vous les choisissez scrupuleusement et décidez d’y participez mais au final vous n’en ressortez pas toujours convaincu… Bien assis au fond de votre siège, tel un spectateur passif, il vous arrive de perdre le fil, de vous ennuyer et d’être là sans être là… Le ROI n’est pas toujours au rendez-vous ! Qu’avez-vous retenu ? Comment l’appliquer à votre domaine ? Quelles actions mener demain matin ?

Hors, il existe des formats beaucoup plus interactifs et engageants qui valent vraiment la peine d’être expérimentés… Le BarCamp en fait partie.

C’est quoi un BarCamp ?

Le BarCamp c’est une « non conférence ».

Vous me direz, pas besoin d’aller plus loin pour le qualifier. Mais définir le BarCamp uniquement par ce qu’il n’est pas, est à mon avis trop réducteur. Ce format est un vrai gisement d’idées et de créativité, proche des brainstormings des agences de com mais en mode plus décontracté et plus pragmatique !

Naissance du BarCamp dans la Silicon Valley

Le premier BarCamp a réuni plus de 200 personnes à Palo Alto en 2005 et s’est organisé en moins d’une semaine ! Le concept fait référence à un terme argotique utilisé par les hackers et s’est créé en opposition au Foo Camp, une conférence annuelle de l’époque organisée par un éditeur de logiciels libres de renom qui la réservait uniquement à des initiés. Certains geeks adorant le concept mais pas le côté élitiste, s’en sont inspirés. Ils ont créé un nouveau format libre et ouvert à tous faisant la part belle aux échanges et aux confrontations d’idées grâce à la mise en place d’immenses tables rondes et d’ateliers créatifs

Depuis leur création, les BarCamps ont fait de plus en plus d’adeptes puisqu’ils se sont déroulés dans plus de 350 villes sur tous les continents. Ils ont petit à petit élargi leur périmètre en s’adressant à tout type de profil et plus seulement aux geeks …

A l’origine positionnés sur des thématiques purement web, les BarCamps se sont spécialisés au fur et à mesure des années. Aujourd’hui on trouve, entre autres, des RuralCamp, des HealthCamp et même des VinoCamp ! Vraiment extra pour comprendre comment les nouvelles technologies impactent concrètement les secteurs ; et pour les amateurs de vin, je ne saurai trop vous conseiller d’aller jeter un œil !

Deux principes : « non conférence » et « tous participants »

Dans les BarCamps, pas de sélection des participants ! Quelques soient vos compétences techniques ou votre niveau d’expertise, vous êtes le bienvenu à l’événement (la capacité d’accueil reste la seule contrainte).

Espace totalement ouvert, il est impossible de se cacher dans son coin et d’attendre que la conférence se passe. Vous n’êtes plus spectateur mais devenez acteur car c’est vous qui apportez les contenus, vos compétences, votre expérience … L’objectif est d’échanger les points de vue avec des participants d’univers différents et de confronter vos idées pour faire avancer un projet, une thématique autour de l’innovation, du web et des nouveaux usages. Bien loin des formats traditionnels où le ou les grands orateurs viennent vous vendre leurs idées….

Participer à un BarCamp c’est un vrai challenge, hyper motivant, car vous vous retrouvez un peu en terre inconnue mais sans échappatoire possible… Et tout le monde compte sur votre implication !

Cette mise en situation est un excellent moyen de tester les défis auxquels nous sommes tous confrontés aujourd’hui. Nouvelle problématique, interaction avec des acteurs sortant de notre sphère habituelle, mise en situation « in real life » et, au final, obligation de finir l’échange en proposant une solution concrète.

Ma première expérience au BarCamp de Genève

Un thème de prédilection du BarCamp : la Smartcity

Connaissant peu le territoire de Genève, j’ai eu envie de mieux le comprendre à travers les enjeux de la smartcity. Alors pourquoi ne pas tester un BarCamp ! L’idée de rencontrer spécialistes, experts et d’échanger avec les citoyens me paraissait très séduisante.

En cette fin de journée caniculaire de juin, au sein de l’espace de co-working Citiz’n dédié à la Smartcity, je rencontre Matteo Mazzeri et Grégoire Japiot, les deux co-fondateurs passionnés d’innovation, qui présentent leur concept de Responsive City Camp. Ici on ne parle pas de Smartcity mais de Responsive City, une évolution de langage pour remettre le citoyen au centre du débat plutôt que de parler uniquement technologies.

Responsive City Camp Genève

Lancés en 2016, les Responsive City Camps de Genève ont déjà connu un franc succès depuis leur début, à mon tour de tenter l’expérience avec la 5ème édition de l’année.

L’objectif de cette série de conférences en mode « open source » et en partenariat avec GenèveLab est de mettre en place des expérimentations concrètes sur le territoire de Genève en s’inspirant des propositions et des retours des participants.

Ce jour-là, deux ateliers sont définis suite au tour de table des participants : le premier autour de la data et le second autour de l’implication des citoyens dans la smartcity.

Je me retrouve dans l’atelier sur la data. Elus, architectes, citoyens, coachs, spécialistes des BarCamps qu’importe notre appartenance, nous avons tous pu échanger, partager des expériences et proposer des actions concrètes pour une gestion de la data au service du citoyen :

  • création d’une base de données des villes aux initiatives exemplaires,
  • création d’une commission d’éthique avec élaboration d’une charte éthique d’urbanisme,
  • sélection de jeux de données à publier pour identifier les problèmes d’éthique et de gouvernance liés à la data,
  • création d’un espace virtuel pour centraliser les remontées d’information des citoyens,
  • création de temps d’éveil citoyens avec les élus
  • etc.

Voilà une rencontre qui ne m’a pas laissée indifférente. La richesse des échanges et des rencontres qui se sont en plus terminées autour d’un apéritif convivial m’ont permis d’en apprendre beaucoup sur la ResponsiveCity et pas que…

J’ai osé échanger sur un domaine qui ne m’était pas familier, dépasser ma peur et vivre vraiment l’expérience de la co-construction grâce au concept du BarCamp. Je vous recommande vivement cette expérience !

En savoir plus sur le BarCamp

Organisation d’un BarCamp

Au départ nommé « Wiki des conférences » en référence à l’aspect collaboratif de Wikipédia, le BarCamp se veut résolument pas ou peu encadré.  Ce mode de fonctionnement agile permet d’adapter la rencontre aux différents profils de personnes présentes et de laisser place à la spontanéité ainsi qu’à la créativité.

On part d’un sujet mais aucun programme n’est spécifié à l’avance.

Quel décalage pour tous ceux qui, habituellement, n’acceptent pas de participer à une conférence sans avoir au préalable reçu tout le programme détaillé … Un programme c’est un argument marketing pour faire venir, combien de fois l’ai-je entendu !

Le programme, il se détermine en début de séance, au grès des sujets souhaités par les participants. C’est eux qui sont aux manettes de la gestion de contenu de l’événement.

Le déroulé

  • Au préalable, les participants s’inscrivent en ligne sur un Wiki ou sur une page du site officiel http://barcamp.org/
  • D’abord, on débute par une présentation des participants. Comme tout le monde devra prendre la parole, autant le faire tout de suite et raconter ce qui nous amène ici !
  • Puis, place à la phase explicative sur comment fonctionne un BarCamp. Cette étape est très importante pour se familiariser avec un concept en marge de nos habitudes.
  • On rentre dans la phase interactive avec la création du programme. Les participants proposent les sujets de session qu’ils veulent voir aborder autour du thème. En général, on assiste à la création d’une immense matrice.

barcamp_edmonton_schedule

 

  • Les participants se répartissent dans les ateliers en fonction de leur appétence ou de leur curiosité.
  • On restitue à chaque fin de session les travaux du groupe en ayant à l’esprit de faire des propositions concrètes.
  • Post événement, une restitution globale avec l’ensemble des réflexions, propositions et perspectives est publiée sur le site dédié au BarCamp.
  • Pour des populations hyper connectées, la communication sur les réseaux sociaux et le live blogging (création d’un hastag dédié, partage de photos etc.) sont au cœur du déroulé avant, pendant, et après l’événement.

Plusieurs avantages en faveur du BarCamp :

  • la gratuité,
  • l’ouverture à tous,
  • des relations égales à égales entre les participants et les intervenants…

Des points d’attention :

  • la souplesse du cadre exige des explications claires sur le format ainsi qu’une question de départ précise et bien formulée  pour ne pas perdre l’objectif initial du débat,
  • des prises de paroles équitables à faire respecter,
  • un nombre de participants important à rassembler pour créer l’émulation et faire émerger le maximum d’idées

Source

https://fr.wikipedia.org/wiki/BarCamp

http://barcamp.org