Big Brother vous observe !

Afficher vos vacances de rêve à l’autre bout du monde sur Facebook ou Instagram? Désormais, vous y réfléchirez sans doute à deux fois au risque d’être soupçonné de fraude fiscale !

En effet, depuis le 1er janvier, l’administration fiscale et les douanes peuvent collecter, analyser et exploiter massivement nos données personnelles publiées sur les réseaux sociaux et les plateformes de commerce en ligne afin de lutter contre la fraude fiscale. Plus précisément, ce dispositif expérimental de data mining utilise une intelligence artificielle qui compare les revenus déclarés au train de vie affiché sur Internet.

Mais quelles données peuvent-être analysées? Qui les collecte? Pendant combien de temps? Ces données peuvent-elles servir de preuve? Pour quelles infractions ce dispositif peut-il être utilisé? Tous les internautes sont-ils concernés?

Les réponses à toutes vos questions dans mon article !

Article 154 PLF 2020


J’y attire par ailleurs votre attention sur la création d’une sorte de « présomption de culpabilité » de tous les internautes. Cela a fortement inquiété la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) qui craignait une atteinte à la liberté d’expression et au droit au respect de la vie privée.

Alors, maintenant que vous vous savez observés, allez-vous vous auto-censurer?

A lire aussi :
TacoTax, l’assistant virtuel pour vous aider à gérer vos impôts