Un terme revient de manière extrêmement régulière. Et pour cause, son utilisation est révolutionnaire. Ce terme, c’est graphène. Le graphène est quelque chose d’incroyable puisqu’on lui trouve de nombreuses performances et facultés.

Un zoom sur la découverte du produit

Nous devons sa découverte, ou plutôt son isolation, à Andre Geim et Konstantin Novoselov en 2004 au département de physique de l’université de Manchester. Pour cette découverte, les deux scientifiques ont reçu en 2010, soit 6 ans après, le prix Nobel de Physique.

Une famille importante

Le graphène fait partie de la famille des carbones, comme le diamant. Sauf que le point le plus important du graphène, c’est sa taille. L’épaisseur d’un atome. Encore plus fin qu’une feuille de papier. Alors j’entends déjà les haters dire « oui c’est tout fin tout ça, c’est fragile tout ça ». Et bien non, mon petit troll. Le graphène a beau être le matériau le plus mince du monde, il est quand même 100 fois plus résistant que l’acier le bougre.

Le graphène vient du graphite, la même matière qui compose les mines des crayons de bois / crayon à papier / crayon gris (pour ne pas blesser différents langages en France). Il est donc naturel, supra résistant et à la capacité d’être transparent.

Graphite

Mais pourquoi intéresse-t-il tant ?

Et bien mon cher ami, s’il intéresse autant, c’est parce qu’il est comme un produit d’entretient 128 en 1, inexplicable et pourtant existant ! Je vais donc vous énumérer ses qualités. Tout d’abord, on le classe parmi les meilleurs conducteurs d’électricité. Il est transparent car il ne fait qu’un atome d’épaisseur. Il est souple et résistant, il faut une pointe de diamant exerçant une pression à 40 Pascals (4,28 kg environ) pour le faire rompre. Il est très peu réactif aux produits chimiques et il est chimiquement très stable. Il est le meilleur conducteur de chaleur à température ambiante. Et surtout, c’est un cristal en 2D, ce qui ne devrait normalement pas exister. Et je vais m’arrêter là pour ses talents sinon je vais vous perdre tant la liste est longue !

Mais dans quel milieu pouvons-nous l’utiliser ?

A cela, je répondrais que c’est surtout la sphère technologique qui s’intéresse au produit.

Les smartphones :

Le graphène peut changer totalement la physique et le design que nous connaissons des smartphones aujourd’hui. Il peut être combiné avec les batteries en lithium, ce qui doublerait leur durée de vie et diminuerait considérablement le temps de charge. Il peut remplacer le silicium (la base de l’électronique aujourd’hui). Il peut remplacer également les fils électriques de ces objets. Et enfin il est souple et pliable ! C’est pour cela que Samsung a d’ores et déjà déposé plus de 500 brevets comprenant du graphène.

New-Graphene-Device-Structure

La lumière :

Nous venons à peine de remplacer l’halogène par la LED, notamment avec la norme RT2012 (qui préconise des baisses de consommations entre autres), que le graphène vient chambouler le monde des luminaires à nouveau. Tout d’abord par la taille de ses ampoules, aussi lumineuses qu’une LED, et pourtant considérablement plus petites. La consommation est 10% plus faible qu’une lampe à LED. Et je finirais sur ce point, une ampoule à incandescence dure 1000h, halogène 2000h, LED 10 ans, Graphène 25 ans.

Et vous hésitez encore ? Alors continuons !

Des matériaux en graphène :

Jusqu’à il y a peu, le graphène n’était qu’un 2D, donc plat. Des scientifiques du MIT ont réussi l’impensable, ce qui devient une norme avec le graphène au final… Ils ont réussi à créer des objets 3D avec du graphène. Ces objets sont 20 fois moins denses que l’acier et 10 fois plus résistants. Vous voyez où je veux en venir ? Qui dit matériau plus léger, revient à dire moins d’énergie pour se déplacer ! Voitures, motos, camions, avions, fusées, vélos, poussettes, poussepousses ! Un monde de graphène où le MIT pense même à élaborer des ponts et des systèmes de filtration.

La santé :

Et je terminerai cet article (pour ceux qui sont arrivés jusque-ici, ne pleurez pas, toutes les bonnes choses ont une fin) par une évolution humaine et sociétale. Aujourd’hui, le diabète, c’est 450 millions de cas. C’est 1,6 millions de décès par an. Les personnes en stade maximal de diabète peuvent faire jusqu’à 10 tests sanguins par jour. Il n’en fallait pas plus à Google pour intervenir et chercher des solutions pour alléger la vie des patients. Les scientifiques de Google sont en train d’inventer des « smart-lentilles » qui permettent de donner le taux de glucose en temps réel contenu dans le corps du patient en analysant les larmes sécrétées naturellement par ce dernier. Ces lentilles devraient arriver aux alentours de 2020 et pourraient rendre la vie plus belle à ces personnes dont le quotidien peut rapidement devenir un calvaire.

 

Merci, et à très bientôt pour un nouvel article de votre serviteur !