James Cameron : visionnaire ?

En 1985, le réalisateur américain James Cameron, nous plongeait en 2029, dans un monde en guerre où s’opposent les machines créées par une super intelligence et ce qu’il reste des hommes. Le Terminator T800, joué par l’acteur Arnold Schwarzenegger, y campait le rôle d’un robot à l’aspect humain partant à la recherche d’une certaine Sarah Connor. Je n’avais que 6 ans et pourtant, le thème hautement futuriste du film et la très fameuse réplique de Schwartzy « I’ll be back » ont marqué mon esprit. Quelles sont les avancées de l’intelligence artificielle en matière de robotisation ?

A l’ère de la transformation numérique, de l’automatisation, de l’émergence de l’intelligence artificielle ou encore des sujets transhumanistes qui prônent l’utilisation des découvertes scientifiques et techniques pour l’amélioration des performances humaines (« homme augmenté »), on est évidemment estomaqué par la thématique du film de James Cameron.

Alors, clairvoyance du réalisateur ou pur génie créatif ?

Il convient tout d’abord de définir ce qu’est l’Intelligence Artificielle.

 « L’IA est une discipline scientifique qui cherche à reproduire les facultés cognitives humaines ; on dit que l’IA commence lorsque la machine explore ses propres règles », explique Christelle Golhen, consultante senior chez Akoya et auteure de l’étude : Intelligence artificielle : « Vers des métiers plus humains ».

Une hyper-médiatisation de l’IA

Même si le sujet de l’intelligence artificielle est fortement présent aujourd’hui dans l’ensemble des médias grand public et des réseaux sociaux, son utilisation et celle des sous-technologies de l’IA (robotique, machine learning, traitement naturel du langage…) est pourtant bien réelle dans notre vie quotidienne depuis de nombreuses années déjà et il ne s’agit pas d’un phénomène émergent. Notamment via les activités des GAFAM qui se livrent à une course à l’intelligence artificielle depuis 2010 et ont racheté pas moins de 58 start-ups IA (données Statista mars 2019). L’usage de l’IA inquiète bien qu’elle permette aujourd’hui à de nombreuses innovations pertinentes d’émerger. L’IA doit être vue comme une alliée et non une ennemie !

En effet, les différents secteurs d’application de l’IA existants et à venir sont les suivants :

  • Détection d’objets mobiles, identification et évitement.
  • Reconnaissances d’images statiques, classification et marquage.
  • Traitement de données médicales des patients.
  • Stratégie de trading algorithmique.
  • Localisation et cartographie.
  • Maintenance prédictive.
  • Prévention contre les menaces de cybersécurité.
  • Conversion de documents papiers en documents numériques.
  • Système de recrutement intelligents, ressources humaines.
  • Analyse d’images médicales.

D’après les données de Tractica, que l’on peut retrouver dans le dossier Statista « Artificial Intelligence (AI)« , c’est le segment de la détection et identification d’objets mobiles (notamment lié à la conduite autonome) qui semble le plus prometteur à l’horizon 2025. Ainsi, ce secteur pourrait générer un chiffre d’affaires cumulé de près de 8 milliards d’euros de 2016 à 2025. Tristan Gaudiaut Junior Data Journalist

Le futur de l’Intelligence Artificielle

Les avancées en matière de robotisation « humanoïde»

Les dernières avancées de certaines sociétés de la Tech en matière de robotisation « humanoïde » et notamment la société américaine Boston Dynamics, anciennement détenue par Google, nous laissent penser que le délire du réalisateur pourrait peut-être devenir un jour, une réalité. A ce stade, ces robots restent évidemment dépendants des humains qui les conçoivent, les programment et les téléguident.

En effet, la société rassemble une équipe pluridisciplinaire constituée de techniciens, d’ingénieurs et de scientifiques à la pointe en matière de nouvelles technologies et est devenue un leader mondial dans la fabrication de robots doués de compétences physiques se rapprochant de celles d’humains.

Rencontrez « Atlas », « Spot » et « handle »

Découvrez « Atlas » le robot verticalisé qui reprend de manière spectaculaire des caractéristiques physiques proches de l’humain et capable d’une mobilité d’ores et déjà très avancée.

« Spot » le robot aux formes très ressemblantes à celles de votre animal de compagnie à quatre pattes est, quant à lui, capable de réaliser des tâches périlleuses pour l’homme.  Notamment l’inspection de chantiers dangereux afin d’y repérer les éventuelles anomalies ou encore l’inspection de zones de conflits.

Ou encore « handle », le robot capable de déplacer des contenants de charge lourde au sein d’un entrepôt.

Un autre acteur du secteur, SoftBank Robotics conçoit et fabrique des robots humanoïdes interactifs et qu’il qualifie de « bienveillants ».

La société exprime sa vision en ces termes :

« Nous croyons à un futur où les robots de forme humanoïde vont accompagner les humains dans leur quotidien. Notre objectif depuis le début de l’aventure est de rendre nos robots accessibles à tous pour qu’ils deviennent des compagnons du quotidien. »

Le premier robot « NAO », a été conçu en 2006 et est aujourd’hui commercialisé pour différentes industries (retail, finance, santé, tourisme, éducation…). Son allure sympathique et son regard attendrissant le rendent attachant. On peut imaginer que plus les coûts de fabrication baisseront et plus il sera possible demain d’envisager que ces petits robots rentrent au sein de notre foyer afin de devenir nos assistants du quotidien.

Collaboration Homme-Machine

Tout laisse à penser que nous entrons dans une ère de collaboration très forte entre humains et machines et que les métiers liés au développement des intelligences artificielles vont croître de manière exponentielle dans les années à venir. Car, en effet, nous devrons être capables de former, d’exploiter l’Intelligence Artificielle et d’en avoir une très forte compréhension afin de collaborer avec elle et s’adapter au monde de demain. L’IA va nous permettre d’agrandir le champ des possibles et d’explorer de nouvelles solutions. Nous entrons dans une ère de « Néo-Darwinisme » et la théorie de Darwin prend ici tout son sens : Evoluer, pour mieux s’adapter et survivre. Il s’agit donc de préparer au mieux les générations actuelles et futures aux défis technologiques et sociétaux de demain.

La France, prête pour l’Intelligence Artificielle ?

Si d’après l’annual Global CEO Survey menée par PwC en janvier 2019, 63% des dirigeants d’entreprise s’accordent pour dire que l’IA aura un plus grand impact que la révolution Internet, ils sont également 49% à penser qu’elle remplacera plus d’emplois qu’elle n’en créera.

Les français, quant à eux, ont un sentiment mitigé concernant l’impact de l’IA et la robotisation.

En effet, d’après l’Etude CSA pour France inter et Libération, réalisée en ligne du 19 au 22 janvier 2018 ils étaient 54% à percevoir l’IA comme porteuse d’opportunités pour la vie quotidienne mais également 4 sur 10 à penser qu’un jour les robots prendraient le pouvoir sur les humains.

En mai 2016, l’OCDE anticipait également que 9% des emplois au sein des pays de l’Organisation présentaient « un risque élevé » d’automatisation par les robots.

Inversement, en 2018, un consensus se dégageait plutôt vers la création de plus de 58 millions de nouveaux emplois dans le monde d’ici 2025, grâce à l’automatisation.

Cette nouvelle ère nous ouvrirait donc à une évolution positive pour l’homme et sa condition humaine car on pourrait pressentir que les machines accompliront les tâches les plus répétitives, volumétriques ou encore dangereuses afin que ce dernier puisse se concentrer sur des actions à plus forte valeur ajoutée et de nouveaux métiers émergents.

Il semblerait donc que les métiers du futur soient davantage tournés vers l’innovation en collaboration avec l’IA mais aussi et surtout vers l’humain, la création de liens et le collaboratif (développement des soft skills). C’est-à-dire vers ce qui fait la force et la différence entre la machine et l’homme.

D’après vous, est-ce que le développement de l’intelligence artificielle forte permettra un jour de concevoir des robots également doués d’émotions ?

D’ici là si vous souhaitez en savoir plus, Google vient de lancer « The Age of A.I », une série de documentaires YouTube Originals sur l’intelligence artificielle avec l’acteur Robert Downey JR. Cette série vous permettra de découvrir les bases de l’IA et ses différents secteurs d’application.

Sources:

akoyaconsulting.com

youtube

statista

co-marketing news

bostondynamics

softbankrobotics