stephanferens

J’ai eu la chance de rencontrer Stephan Ferens la semaine dernière au cours d’un déjeuner et le moins qu’on puisse dire, c’est que nous n’avons manqué de sujets de conversations…
Accessible et ouvert, il a bien voulu partagé son parcours avec moi et j’ai découvert qu’il était l’homme derrière le fameux « Hummm Charal! » ou encore d’autres campagnes à succès comme Le Gaulois (les poulets!).

Un punk chez BETC

Si on connait un minimum les grands noms de la pub, on se rend compte tout de suite que Stephan possède un parcours impressionnant : il commence sa carrière 1989 comme Directeur Artistique à l’agence BELIER puis enchaine avec BETC, TBWA, EURO RSCG, Publicis et Léo Burnett pour ne citer qu’eux… Mais ce qui est frappant chez ce quinqua à l’allure de jeune homme, c’est le détachement et la simplicité dont il fait preuve.

Gros succès pour la pub TV Le Gaulois

Cet homme de pub a connu le succès, la grande époque, les gros budgets et les stars du milieu. Aujourd’hui il n’a rien perdu de son intérêt pour le métier : « Ce qui est excitant c’est d’avoir des idées, et on peut en avoir partout, à tout age ». Quand on lui parle des dérives du milieu et des a priori qui persistent, c’est sans langue de bois que Stephan abonde : « bien sûr que ça existe et j’en ai été témoin, sans jamais participer toutefois ». Pour lui, tout est question d’attitude, il croit dur comme fer qu’une seule personne peut faire évoluer les mentalités, même au sein de la pub.

Humain avant pubard

La générosité et l’ouverture d’esprit de Stephan ne s’arrête pas au temps qu’il veut bien me consacrer : il a par exemple, un jour, embauché un jeune coursier de son agence comme concepteur-rédacteur. Pourquoi? « Parce qu’il avait toujours le bon mot, l’esprit, la remarque pertinente… ». Comme quoi il n’y a pas que dans les films que le patron donne sa chance au jeune (non qualifié/diplômé).

Aujourd’hui il travaille chez Punk, « une agence de création parisienne qui s’inscrit dans un univers luxe, premium & lifestyle » dont le slogan est « Now Future » et ça lui va bien : Stephan vit dans le présent et ce n’est pas lui que vous entendrez dire « c’était mieux avant ».
Une chose est sûre, quand on rencontre un pro comme Stephan, on a qu’une seule envie : faire reculer l’âge de la retraite…

Pour en savoir plus sur le parcours de Stéphan : Adforum

Les métiers d’agence : l’article