Les français sont très proches de leurs animaux de compagnie. En effet, la moitié des français déclarent en posséder un. 

Et pourtant la France détient le record du nombre d’abandons en Europe avec 100 000 animaux abandonnés chaque année (dont 60.000 en été) !

Pourtant, abandonner un animal est un délit punissable de deux ans d’emprisonnement, de 30.000 euros d’amende et qui va figurer sur le casier judiciaire de l’auteur de l’acte. Malgré cette sanction, les abandons continuent et les refuges débordent.

Comment le digital participe pour changer la donne ? 

Les réseaux sociaux 

Ils sont LE levier de communication pour les fondations et associations défenseurs des boules de poils.

YouTube est  la plateforme pour les fondations et les associations. Ces derniers y postent leurs campagnes « choc », généralement avant l’été, (période de l’année où le compte le plus d’abandons.). Ces vidéos sont ensuite relayées sur les différents réseaux sociaux et font un effet de « Buzz » via les réactions des internautes.

La campagne réalisée par la fondation 30 millions d’amis, conçue alors que la France gagnait la coupe du monde. Cette campagne a été révélée dans son intégralité sur YouTube et partagée sur les réseaux sociaux. Ce film a été visionné plus de 45 millions de fois sur les réseaux sociaux et plus de 18 millions de fois sur YouTube

Souvenez-vous également de Remi Gaillard, l’humoriste connu pour ses vidéos sur YouTube, qui s’est enfermé, il y a 3 ans, dans une cage pendant 87 heures. La vidéo qui découle de cette action a permis de récolter 200 000 euros pour la SPA et a fait adopter 200 animaux. Merci Remi Gaillard et merci internet ! 

Les applications pour favoriser l’adoption 

Plus besoin de se déplacer dans plusieurs refuges dans votre région ! Il existe à présent l’application Adopte-Moi . L’objectif de cette dernière est de présenter des chiens et des chats se trouvant dans les refuges. Ce qui rend la recherche d’animaux de compagnie interactive et élargie la contrainte géographique du déplacement.

A la manière de Tinder l’utilisateur peut swiper pour découvrir les différents animaux. Dès qu’il a un coup de coeur, il peut aller à la rencontre de l’animal qui intégrera peut-être son foyer. 

L’application propose à ce jour 5 000 annonces.

Les plateformes de crowdfunding

Entretenir des animaux dans les refuges et réaliser des campagnes des communications pour sensibiliser le grand public a un coût.

Le numérique est également un bon relais afin de récolter des fonds pour les fondations et les associations. Des nombreuses plateformes de crowdfunding voient le jour et se développent afin de permettre au grand public de soutenir les actions des défenseurs des animaux. 

Parmi ces plateformes de financements participatifs, nous pouvons retrouver Animal Web Action qui se sert des dons pour acheter de la nourriture, des couvertures et des niches et de Actu Animaux qui vient en aide à des « cas particuliers », des animaux en détresse se trouvant dans des situations difficiles.

L’identification électronique

L’identification est obligatoire en France (sous peine de contravention). 

Le problème est que très peu de propriétaires respectent cette loi. Le gouvernement prévoit de durcir la loi afin que tous les animaux soient pucés électroniquement.

Mais qu’est ce qu’une puce électronique ? 

La puce électronique permet de faire le lien entre l’animal et le propriétaire. Elle est composée : 

  • D’une mémoire permettant de stocker des informations 
  • D’un microprocesseur qui permet de traiter ces informations (protection, lecture et modification) 
  • D’une interface entre la carte et un appareil qui est capable de lire les données qu’elle contient

Ainsi, si tous les animaux de compagnie sont porteurs de cette puce, les abandons seraient considérablement diminués car les informations qu’elle contient permettrait aux autorités de retrouver le « propriétaire » et de le sanctionner.

Vous l’avez compris, l’ère du numérique n’est pas seulement bénéfique à l’homme, elle permet aussi de faciliter la vie de nos amis à quatre pattes.