Se reconvertir dans le Digital : mode d’emploi

7 étapes clés pour survivre dans le monde de demain

« Je ne m’épanouis plus dans mon travail »

« Je ne vois plus de sens à ce que je fais »

« Je tourne en rond, j’en ai marre de la routine »

« Ma hiérarchie est totalement réfractaire aux changements »

« Toutes mes initiatives innovantes finissent à la poubelle »

« Ma carrière ou mon salaire peinent à décoller »

« Mon job est une prison, je ne songe qu’à m’évader »

Si, comme beaucoup de trentenaires et quadragénaires, vous ne vous sentez plus à l’aise dans une entreprise traditionnelle, si vous avez soif de nouveaux challenges, soif d’innovation, d’air, de transversalité, de transformation radicale, si vous ne voulez plus subir votre job mais l’inventer chaque jour, le digital est fait pour vous.

Mais qu’est-ce au juste que ce digital dont tout le monde parle tant ? Des chatbots ? Du bigdata ? De l’inbound marketing ? Le Web 2.0 ? Google AdWords ou Analytics ? La blockchain ? L’IA ? L’uberisation ? L’UX design ? Les applis mobiles ? Slack ? Les startups ? L’iPhone ? Les FinTechs ? Marc Zukerberg ? Tesla ? Apple ? SpaceX ?…

La liste est interminable. C’est fou la quantité de notions qu’on associe au digital ! Mais comment le définir ?

Il y a certes quelques définitions plus ou moins courantes et communément admises. On parle souvent d’une révolution. La 3e plus exactement. Après l’invention de l’écriture et de l’imprimerie. Ou après l’imprimerie et l’industrialisation. Révolution, parce que le digital bouscule nos usages et l’ordre établi. Parce qu’il accélère la circulation de l’information et offre un rythme de croissance exponentielle jamais atteint auparavant. Sans doute, mais cela reste tout de même un peu abstrait.

Pour affiner cette vision, nous sommes partis à la recherche de la définition du digital auprès de professionnels en voie de reconversion, afin qu’ils nous livrent leur vision des faits. Et nous avons fait un constat étonnant : il existe autant de définitions du digital que de personnes interviewées !

Geoffroy, 34 ans, créateur de l’entreprise Vituadream, qui démocratise et apporte la réalité virtuelle partout à travers des animations ludiques en entreprise, est un passionné de l’intelligence artificielle et de réalité virtuelle. Il apporte une première pierre à notre édifice :

« Le digital ? Une explosion des technologies, mais aussi un socle technologique qui regroupe l’ensemble des outils qui vont nous aider à passer à la prochaine révolution industrielle »

Laquelle ? Geoffroy ne cache pas son enthousiasme :

 « Les balbutiements technologiques auxquels on assiste vont amener en 2050 vers le transhumanisme, grâce aux capacités augmentées. Nous sommes au seuil de cette revolution ! »

Cyril, 46 ans, coach en transformation et en management du changement, anciennement directeur marketing dans un grand groupe international de haute technologie et directeur des opérations dans une PME œuvrant dans les services, enrichit notre portrait du digital avec ce comparatif très intéressant «avant/après» le début de sa formation digitale :

« Avant, le digital représentait pour moi des outils et des techniques pour accompagner une transformation digitale en entreprise, ainsi qu’un langage spécifique à maitriser.

Aujourd’hui, c’est devenu une façon de penser, une agilité mentale, presqu’une philosophie.

Cette nouvelle culture digitale doit permettre à tous les collaborateurs de trouver leur place dans la transformation de l’entreprise. Car il faut absolument l’engagement de tous les salariés, comme l’indique Jean-Louis BEFFA dans son livre Se transformer ou mourir »

Définition partagée par Sorana, 30 ans, responsable Marketing chez Volkswagen Financial Services, pour qui c’est également

« une nouvelle manière de penser, moins statique, plus dynamique, rapide. On consomme, on voyage, on apprend différemment, et cela a un gros impact sur toute notre vie »

Ivan, 44 ans, Directeur Marketing chez Engie, concepteur de deux outils digitaux dont un simulateur en ligne et une communauté Energy Talker, un forum pour copropriétaires, lui, voit le digital moins comme une révolution, mais plutôt comme un moyen de réduire les coûts et de booster la performance d’une entreprise :

« Avant, dans le domaine de l’énergie BtoB, le digital pouvait paraitre superficiel : on ne voyait pas comment cela pouvait aider à mieux toucher ses clients, être plus performant ou construire les nouvelles offres ou process. C’était sommaire.

Depuis, l’environnement est devenu de plus en plus concurrentiel, on a eu besoin de réfléchir et se renouveler pour retrouver la performance commerciale, être à l’écoute de nos clients, d’avoir avec eux des points de contact de plus en plus variés. Le digital nous a permis une approche agile et personnalisée du client. Il nous a également permis de mieux travailler en mode collaboratif, de décloisonner le partage des connaissances »

Et Ivan de conclure :

« Aujourd’hui, le digital se doit d’être présent dans toutes les strates de l’entreprise : le poste du CDO va bientôt disparaitre, car le digital fera partie des pratiques quotidiennes de chacun. »

Yazid, 43 ans, chef de la Digital Factory à la BNPP AM, un digital leader passionné par l’innovation, la robotisation, l’IA/deep learning et les organisations exponentielles, nous résume le digital à travers une vision structurée du phénomène:

« Le digital se décline selon moi en trois volets :

1.De nouveaux besoins et attentes, nouveaux usages de clients (ex. : l’instantanéité d’accès aux services et aux informations),

2.De nouveaux business models pour les entreprises (ex. : avant Peugeot était un constructeur automobile, demain il sera probablement une plateforme qui offre des services de mobilité, sans aucune usine)

3.De nouvelles façons de travailler pour les employés (ex. télétravail, robotisation, collaboratif) »

Quoi qu’il en soit, le digital est indiscutablement un très gros atout et l’avenir appartient à ceux qui le maitrisent. Imaginons un instant que le digital soit un immense vaisseau spatial. Un vaisseau qui nous propulse dans une nouvelle ère, l’ère connectée. Aimeriez-vous être du voyage ? Peut-être même, en assurer les commandes ?

Dans ce cas, il est indispensable de savoir très précisément le rôle que vous souhaitez y jouer.

Avant de se reconvertir, il s’agit dans un premier temps de faire le point sur vos attentes, vos objectifs et vos affinités avec tel ou tel domaine du digital.  Plus vous affinerez vos motivations profondes, plus vous identifierez le travail et l’environnement qui vous correspond le mieux. Entre vos idées, vos envies et vos besoins, il faudra faire un choix en fonction de vos priorités.

Si l’introspection est pour vous chose faite, il est temps de passer à l’action et suivre un programme d’entrainement. On ne s’envole pas dans l’espace sans préparation ! Et par Toutatis, oubliez le célèbre syndrome « du CV cohérent ». La seule vraie cohérence est celle entre vos rêves et votre vie, et sauf erreur, vous n’en avez qu’une. Un changement radical dans votre carrière ne surprendra personne s’il est mûri, réfléchi et répond à un besoin vital.

Pour vous faciliter le départ, nous proposons ici un cheminement simple en 7 étapes, qui permettra à tout novice de se mettre sur la voie digitale en douceur et bien préparer son éventuelle reconversion. Cette infographie qui vous servira de fil conducteur est décryptée plus bas:

Infographie Se reconvertir dans le digital mode d emploi

Etape 1 : Réglez votre curiosité à son niveau maximum – c’est elle qui vous guidera tout au long de votre parcours.

Le digital est partout ! Ayez l’esprit ouvert, ne vous fermez aucune porte et ne vous mettez pas de limites. Mettez vous à lire, lire, lire (HBR, WIRED, Stratégies, Challenges, Fast Company, etc) pour vous inspirer, élargir votre vision, pour prendre de la hauteur sur le sujet, pour sortir de vos propres ornières de pensées.
Repérez dans votre entourage des personnes travaillant dans le digital susceptibles de vous éclairer. Allez les voir, prenez un café ensemble, questionnez-les sur leurs parcours et métiers. Ne soyez pas timides, n’ayez pas peur de déranger, les gens adorent parler d’eux ! Cela vous permettra de vous familiariser rapidement avec les différents aspects et métiers du digital.

Etape 2 : Identifiez 2 à 3 domaines du digital qui vous intéressent particulièrement.

Ex. : Innovation – transformation – drones

Référencement – marketing – réseaux sociaux

Fintechs – bigdata – e-santé

UX design – design thinking – Intelligence artificielle

Un livre est particulièrement bien conçu pour trouver votre voie en accord avec les besoins futurs, Les métiers de demain de Martin Rhodes.

Les-metiers-de-demain

Vous trouverez également de nombreuses infographies et articles sur le web qui détaillent les postes du digital. Exemple, le poste de CDO détaillé par les EchosSTART

6095_1476114741_chef-de-projet-digital-infographie

Etape 3 : Organisez votre veille sur ces 3 sujets via les réseaux sociaux et médias influents

Par exemple: HubInstitute, Finextra, l’Usine Digitale

Identifiez les principaux acteurs et Think Tanks de ces 3 domaines. Toujours en questionnant les personnes digitales de votre entourage, mais aussi via un moteur de recherche, partez à la chasse aux articles récents sur les sujets qui vous intéressent, les blogs, les médias spécialisés : relevez les noms des contributeurs/auteurs récurrents, notez-les, listez les plus influents, les plus connus.

Exemples de musteads :

Le guide de la transformation digitale de Vincent Ducrey et Emmanuel Vivier

On m’avait dit que c’était impossible de Jean-Baptiste Rudelle

le guide de la transformation digitaleOn-m-avait-dit-que-c-etait-impoible

 

Abonnez-vous aux comptes des influenceurs sur Twitter ( ex. Elon Musk, le fondateur de Tesla, Gilles Babinet, le Digital champion pour la France à la Commission Européenne, ou Emmanuel Vivier de HubInstitute, Arnault Chatel, Digital Marketing & Innovation Manager et formateur passionné par le web) et médias sur les réseaux, aux newsletters des principaux blogs, groupes d’intérêts centrés sur vos sujets.

Suivez également sur Twitter les hashtags (#) en rapport avec vos centres d’intérêts: par exemple, le #CES2017 qui réunit tous les posts autour du plus grand événement mondial consacré à l’#innovation.

Etape 4 : Suivez des Moocs

Cherchez des Moocs (Massive Open Online Courses, cours gratuits en ligne) sur les sujets choisis et suivez-en quelques-uns pour confirmer ou non votre intérêt pour le sujet ou domaine donné. Il en existe des gratuits (open source) ou payants, mais c’est toujours beaucoup plus accessible qu’une formation physique. Coursera est l’une des plateformes les plus reputées, mais il en existe une multitude d’autres. Si vous préférez suivre des moocs en français, voici un comparatif des moocs francophones paru sur le site l’Etudiant (ex. Openclassrooms, gratuit pour les demandeurs d’emploi les premiers mois). De nombreuses grandes Universités se sont également lancés dans l’aventure et rendent leurs cours accessibles sur des plateformes comme EdX, par exemple la fameuse université d’Harvard ou la Khan Academy.

Tous les moocs peuvent venir compléter votre formation sur le CV ou profil LinkedIn.

Une autre plateforme incontournable, celle des conférences TEDX, et sa version francophone TedX Paris un lieu d’inspiration où les scientifiques du monde entier vulgarisent leur connaissance à travers des conférences vidéos de très bonne qualité.

Profitez-en pour suivre les comptes sociaux de vos speakers et enseignants préférés qui d’habitude publient beaucoup sur les sujets dont ils traitent.

Etape 5 : Identifiez les formations diplômantes

Si après avoir suivi les moocs, votre intérêt pour ces sujets s’est accru et vous avez envie d’approfondir vos connaissances, il est temps de construire votre projet de reconversion.

Partez à la pêche aux formations diplomantes de différentes durées qui correspondent à vos sujets favoris. Attention, des centres de formation poussent comme des champignons, mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous, il faut donc bien les choisir, si on ne veut pas s’emmêler dans les câblages une fois en orbite.

Formation courte ou longue, certifiante ou diplômante ? Formation à un logiciel ? Il faut bien cibler vos besoins et les moyens que vous souhaitez y dédier. RDV sur votre moteur de recherche favori pour une recherche poussée : un benchmark rapide via un tableau Excel comparatif de différerntes formations que vous trouverez avec comme critères « Ecole, Diplôme, Nombre d’heures, Durée totale, Coût horaire, Coût total, Situation, Programme, Date de début des cours » vous aidera à mieux vous y retrouver. Le coût horaire est intéressant pour les demandeurs d’emploi indemnisés qui solliciteront Pôle Emploi pour prendre en charge leur formation : selon les cas, il est possible de faire valider des dossiers avec un coût horaire pouvant aller jusqu’à 20€/h. Un coût très inférieur à 20€ peut d’ailleurs être un signe d’une qualité de contenu médiocre (il est en effet difficile de dispenser une formation de qualité en payant ses enseignants au lance-pierres)

Nous aimerions mettre l’accent sur l’importance non seulement du programme de formation, mais aussi et surtout de la qualité des intervenants : pour un niveau MBA, il est primordial que la plupart d’entre eux vienne du monde professionnel. N’hésitez pas à rencontrer le directeur/la directrice du MBA pour les challenger sur le choix de leurs enseignants. Le monde professionnel étant en constante évolution, seuls les vrais professionnels en poste dans une entreprise sont capables de vous apporter les connaissances les plus fraiches, les plus à jour.

Renseignez-vous également sur le parcours de la personne qui a monté le MBA, assurez-vous qu’il s’agit d’une « pointure » du digital, investie dans son domaine et reconnue par ses pairs pour son apport à l’édifice.

Enfin, lisez les avis des internautes sur les formations, cela vous aidera à faire le tri.

Lorsque vous aurez choisi votre formation, identifiez les aides possibles et le dispositif le plus adapté s’il faut vous former : passage par un bilan de compétences, reconversion en CIF, formation via le DIF ou le CPF, congé pour création d’entreprise, Validation des Acquis de l’Expérience, congé de reclassement…

De différentes personnes/organismes peuvent vous y aider, selon votre situation:

  1. Vous êtes chômeur indemnisé Pole Emploi – c’est la chance de votre vie, foncez les voir avec un dossier de reconversion en béton. Ayez dès à présent à l’esprit qu’il faudra probablement mettre la main à la poche et prendre en charge tout ou partie des frais.
  2. Vous êtes non indemnisé, pas de panique, les prêts étudiants existent, sinon vous pouvez aussi demander à votre tante Jacqueline qui vous ramenait toujours des sucettes quand vous étiez petit(e) de casser sa tirelire pour vous.
  3. Vous êtes en poste. Le Part Time est une solution idéale. Montrez à votre patron la valeur ajoutée qu’aurait votre formation pour son entreprise, puis faites-vous amis avec la petite brune chez les RH et utilisez tous les CIF, DIF, Fongecif possibles et imaginables pour financer vos rêves (professionnels bien entendu).

Etape 6 : Constituez-vous un bon réseau professionnel et servez-vous en pour trouver le job de vos rêves.

Une fois en formation, devenez un(e) pro du personnal branding. 

Un livre vous aidera à vous y lancer, Moi 2.0 de Dan Schawbel.

Livre-moi2-personal-branding-marque-personnelle

Soignez votre profil sur les réseaux sociaux, connectez-vous à tous les enseignants/intervenants, étudiants et alumni de votre école. Ensuite élargissez le cercle en explorant leur réseau de connaissances via Linkedin, Viadeo, Twitter, etc.

Les formations vous offrent la possibilité de faire de l’alternance ou bien d’effectuer un stage obligatoire. Profitez-en pour approcher à travers votre nouveau réseau les entreprises où vous avez toujours rêvé de travailler.

Etape 7 : Valorisez votre expérience

Mettez en application vos connaissances dans la foulée en lançant un blog, un site web ou une startup, ou bien transformez, faites évoluer votre poste si vous êtes en poste, ou encore, partez à la chasse au job de vos rêves grâce à votre réseau et/ou à un stage ou toute autre expérience réussie dans le digital.

En tout cas, sachez que les étudiants interviewés en Part Time du MBA Digital Marketing & Business de l’EFAP, s’accordent à dire au bout de 3 mois d’études seulement qu’ils en ressentent déjà les bienfaits au quotidien : il se sentent plus épanouis dans leur vie professionnelle, enrichis grâce au contact des autres étudiants et professionnels intervenants. Ils ont acquis une présence plus efficace sur les réseaux sociaux. Le regard sur eux a changé dans leurs entreprises, d’autant plus que certains d’entre eux partagent leurs connaissances avec les collègues à travers des « best of » hebdomadaires, ce qui représente une vraie valeur ajoutée pour leurs entreprises. Certains ont monté leur start-up dans la foulée et ont bénéficié d’un précieux soutien de la part des professeurs, que ce soit pour optimiser les performances de leur site ou de parfaire leur business model.

Un MBA, ce n’est pas seulement un lieu de connaissances, c’est également une seconde maison, un lieu d’échange, de partage, un bol d’air et d’inspiration, un nouveau réseau professionnel, un incubateur, un accélérateur, un laboratoire à idées, en un mot, un sacré tremplin vers l’avenir. Il suffit de vous lancer !

Pour vous souhaiter bonne chance sur cette autoroute passionnante du digital, voici quelques conseils bienveillants de ceux qui de peu vous y ont précédé.

Geoffroy :

Allez voir les gens du digital, suivez les moocs, inscrivez-vous sur des forums, allez aux journées portes ouvertes des écoles pour bien définir votre branche

Restez curieux de tout, lisez beaucoup, ne vous mettez pas de limites, ne vous interdisez rien !

Mettez en application de suite les nouvelles connaissances acquises, soit en montant un blog, soit un site, soit une société. Si vous êtes en poste, soyez force de proposition, mettez en application vos nouvelles compétences pour concrétiser sans tarder une nouvelle expérience digitale.

 

Cyril :

N’ayez pas peur d’être submergés par trop d’informations, votre cerveau est extensible !

Rejoignez les étudiants du Part Time pour être avec des gens de votre âge/niveau d’expérience pour optimiser vos études, car le deuxième énorme apport après celui des cours, vient du partage d’expériences avec vos pairs.

 

Sorana :

Soyez ouvert d’esprit, lancez-vous, quitte à être parfois paumés !

Définissez vos vraies motivations pour savoir si le digital colle avec vos attentes, pratiquez l’introspection

Attendez-vous à apprendre en permanence, à réorganiser votre temps libre : le soir, les week-ends, à la place des sorties, vous serez amenés à faire de la veille constante et assidue

 

Ivan :

Soyez passionné, construisez votre passion autour du digital

Soyez prêts à un gros investissement en temps

Soyez curieux, élargissez vos horizons, n’ayez pas peur de vous remettre en cause, entrez dans le digital avec humilité

 

Yazid, avec sa citation préférée du fabuleux discours de Steve Jobs à Stanford:

Stay hungry, stay foolish !

Sur cette note optimiste, je souhaite à tous de se reconvertir un jour, ne serait-ce que pour le plaisir de retourner sur les bancs d’étudiants, pour multiplier les découvertes, pour se laisser surprendre par l’immensité de notre potentiel, se laisser étonner par l’étendue de la connaissance et le rôle du digital dans notre avenir, pour retrouver une seconde jeunesse, cette fameuse agilité mentale qui fait de nous des êtres passionnés, et passionnants !

 

Je tiens à remercier Sorana, Geoffroy, Cyril, Ivan et Yazid pour leur temps et leur bienveillante contribution à cet article.

Pour aller plus loin:

Ouvrages

La nouvelle société coût marginal zéro: l’internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme de Jeremy Rifkin

41S-m7KJNBL

Transformation digitale : l’avènement des plateformes de Gilles Babinet

41Z77EDAN3L._SX340_BO1,204,203,200_

Articles :

Jeremy Rifkin: La Troisième Révolution Industrielle

Les 10 organisations de l’écosystème numérique français à connaître absolument !

Quelle est la meilleure formation en Marketing Digital et E-commerce en 2017 ?

Cartographie des métiers du digital en 2016

Une semaine au MBA DMB pour vivre au coeur de la transformation digitale

Les newsletters indispensables à la veille digitale

Personal Branding : en 2017, démarquez-vous !

MustRead : la lecture indispensable du bon étudiant en digital !

Digital et entreprenariat : le duo gagnant !

Chroniques du père Toinou : L’Art de la guerre digitale