Intelligence Artificielle (IA) WHAT ?

L’intelligence artificielle est déjà là, bien présente et prête à se développer plus encore pour irriguer toutes nos activités… un plan stratégique national, un projet ambitieux « IA Open Center » annoncé à Lyon… Faisons le point

Depuis de nombreuses années les spécialistes de l’innovation présentent les vagues de l’innovation (Nicolai Kondratiev, Joseph Schlumpeter, jusqu’à Jeremy Rifkin) comme l’explique très bien Marc Giget dans ses cours sur l’innovation :  LIEN vers ses video sur Vimeo. Depuis l’imprimerie, la vapeur, la mécanisation, la pétrochimie ou l’électricité ces vagues ont révolutionné nos sociétés en profondeur, avec des rythmes qui semblent d’être accélérés. Alors que l’état Français a lancé le 20 janvier 2017 sa Stratégie Nationale pour l’Intelligence Artificielle (LIEN vers le plan stratégique) : #FranceIA, de nombreuses initiatives fleurissent. Quelles sont les ambitions pour l’IA, quelle perception par le grand public, quel futur ?

Le droïde C3PO & l'humanoïde D2R2 de Star Wars

Le droïde C3PO & l’humanoïde D2R2 de Star Wars

L’intelligence artificielle sera-t-elle la nouvelle vague post-industrielle ?

De Siri à Alexa de Amazon, de Cortana et Jarvis à Google assistant aux voitures sans conducteur humain, l’IA entre dans notre quotidien à visage découvert. La science-fiction avait proposée deux incarnation formellement différentes de l’AI en robots, dont les plus célèbres :

C3PO : le droïde protocolaire de forme humanoïde, particulièrement loquace et, selon ses dires  maîtrise plus de six millions de formes de communication

D2R2 : le robot compagnon de forme ovoïde de petite taille qui s’exprime dans un langage sonore électronique constitué de sifflements, doté d’une parfaite maîtrise de tous les systèmes et langages numériques.

 

BB-8 Star Wars

BB-8 Star Wars

Mais alors, comment réagissons nous face à cette intelligence artificielle ?

A l’opposé de l’androïde de Fritz Lang dans Metropolis en 1927, ces deux robots de Star Wars ont largement contribué à l’amélioration de la perception de ces machines. Bien plus tard, Wall-e (en 2008) puis BB-8 (dans Star Wars VII – le réveil de la force) on suscité une certaine empathie de la part des spectateurs. Il est à noter que ces deux derniers n’ont pas une forme humanoïde !

« L’adoption de l’intelligence artificielle par les individus n’est pas encore très importante, mais celle-ci va croître », promet Georges Anidjar, directeur Europe de l’Ouest de Pegasystem, commanditaire de l’étude mondiale de décembre 2016, publiée par www.relationclientmag.fr dont sont extraits les chiffres ci-suivants.

  • Moins de 50 % des Français sont convaincus par l’intelligence artificielle, alors que près de 85 % des Français interagissent avec des systèmes d’intelligence artificielle. Les deux-tiers ne le savent pas.
  • Bien sûr les réactions face à l’intelligence artificielle sont différentes en fonction des âges.
  • 51 % des 18-24 ans déclarent avoir déjà interagi avec des technologies d’IA, notamment via Siri (53 %), encore, via les recommandations d’articles Facebook (36 %).
  • 41 % des plus de 55 ans déclarent ne jamais avoir été en contact avec des technologies d’IA.
  • D’ailleurs, 88 % des Français souhaitent être avertis si elles dialoguent avec un assistant virtuel – et 79 % des interrogées préfèrent un contact humain

« On a tendance à considérer l’I.A. comme un outil qui va augmenter l’homme et son intelligence. En réalité, elle modélisera toutes nos fonctions cognitives même les plus complexes comme la créativité et la conscience.» explique le journaliste et « digital evangelist » Stéphane Mallard (@StephaneMallard), dans son article sur le site l’ADN (Lien vers l’article).

Comment va-t-elle évoluer ?

Aujourd’hui on connaît l’intelligence artificielle étroite (ou IA faible) qui est conçue pour effectuer une seule tâche (par exemple la reconnaissance vocale, faciale ou des images, les recherches sur Internet ou encore jouer et bluffer au poker…).

Pour demain, de nombreux chercheurs travaillent sur l’ IA générale (IAG ou IA forte). Cette IAG pourrait surperformer l’homme à presque toutes les tâches cognitives.

Déjà les premiers algorithmes d’IA dotés de capacité de créer sont là : composer de la musique, des tableaux de peinture, écrire des scénarios et des recettes de cuisine. La créativité n’est désormais plus le seul apanage de l’homme. Ces algorithmes qui apprennent nos préférences, goûts et envies les recomposent pour faire émerger leur propre créativité.

Alors que l’Homme peut déjà être augmenté par l’intelligence artificielle, l’évolution fulgurante de cette dernière laissent à penser que nous pourrions être rapidement remplacés par l’IA qui sera alors en mesure de faire tout ou presque !

Toujours plus loin, certains chercheurs de l’Institut Polytechnique à New-York investiguent le champs de la conscience artificielle pour apporter aux machines un regard subjectif.

Comme le présente l’article de Hitek du 23 juillet 2015  (Lien vers l’article) :

Conscience artificielle des robots qbo & NAO

Conscience artificielle des robots qbo & NAO

« Le robot QBO est le premier robot à avoir pris conscience de qui il était lors d’un test. L’opérateur l’a placé devant un miroir, il lui demande, qui est-il. QBO ne sait pourtant pas. Suite à cette réponse, l’opérateur lui indique que ce qu’il voit dans le miroir est son reflet. QBO analyse ce qu’il voit. Lorsque l’opérateur lui repose la question, QBO a cette fois une réponse et sait que c’est lui qui est reflété dans le miroir.

Les robots NAO, plus petits que QBO, ont eux aussi participé à une expérience. Pour les tester, un opérateur leur a signalé que certains d’entre eux avaient avalé une pilule abrutissante les empêchant de pouvoir parler. Dès lors, l’opérateur leur demande quelle pilule ils ont pris. Un des trois robots se lève alors et lui signale qu’il ne sait pas quelle pilule il a pris. Seulement, quelques secondes plus tard, il s’excuse puisqu’il vient de réaliser qu’il pouvait parler et que donc la sienne était un placebo. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour réaliser que lui même pouvait parler. Une prise de conscience inédite et sans aucune aide extérieure.»

Un projet ambitieux à suivre à Lyon ?

Objectif du projet : projet immobilier destiné à accueillir les acteurs de cette prochaine révolution « industrielle »

Ambition : Créer à Lyon le 1er centre mondial « open research room » sur l’intelligence artificielle, articulé autour des  5 « secteur d’intérêts » de l’IA : La Robotique/IoT – L’Energie/smart Cities – Les Application de technologies hybrides – La E-Education/ formation intelligente – La Santé & applications médicales

Concept :  Accueil d’entreprises à différents stade de développement avec des surfaces modulaires de bureaux permettant d’accompagner leur croissance, des bureaux ponctuels et des espace de coworking, un accès aux chaires thématiques pour 3 ans, un lieu de recherche ouverte, un FabLab, une conciergerie, un espace de services (juridique, financier, RH…).

Plus d’infos sur : http://www.webuildyourfuture.fr

Le mot de la fin : « Skynet ? On risque rien, enfin ça n’arrivera pas avant 2025 maximum ! » Elon Musk