A la place d’hangars où s’entassent les serveurs, des particuliers se servent aussi d’ordinateurs pour leur propre bénéfice.

Comment un particulier mine

Aux plus réticents qui pensent qu’ils vont passer leur temps devant leur écran, ils répondent qu’ils n’ont pas à être devant leur machine et qu’elle fait le travail toute seule.

En effet, il suffit de laisser son ordinateur miner en mettant à contribution sa puissance de calcul à l’ensemble du réseau d’opérations financières en validant de nouvelles transactions. Puis en échange, ils reçoivent des récompenses en crypto-monnaie en retour de leur service. Cependant, plus la monnaie est populaire plus la puissance de calcul nécessaire est importante, voilà pourquoi il est toujours plus rentable d’avoir un hangar de serveurs plutôt qu’un seul ordinateur chez soi.

Des monnaies alternatives au Bitcoin, telles que l’ether ou le litecoin sont  donc plus à même d’intéresser les particuliers. Avant de se lancer, il faut avant tout prendre en compte les coûts en matériel et en électricité.  (d’après Begeek)

Ce travail est garanti par le fait que les crypto-monnaies ne sont sous le contrôle d’aucune autorité, ce qui les protège d’une éventuelle crise monétaire. Les ICO (Initial Coin Offerings) sont un bon exemple de ces monnaies qui se veulent appartenir à tous, ils consistent en des levées de fonds via jetons virtuels.

Ces monnaies sont encore peu utilisées pour effectuer des achats réels mais plutôt pour spéculer. Dans tous les cas, vous pouvez d’ores et déjà tester le minage si vous possédez un ordinateur avec une carte graphique puissante.

Retrouvez les 10 crypto-monnaies à connaître sur CNEWS Matin.

Des particuliers pas tous bien intentionnés

Les devises virtuelles sont disponibles sur des plateformes telles que Coinbase ou Paymium. Elles peuvent sinon s’obtenir en opérant une conversion lors d’un échange de monnaies. Il faut bien sûr faire attention aux arnaques qui détournent les transactions au moment du paiement en ligne. En effet, qui dit informatique dit hackers. Les mineurs pirates existent aussi. Ils prennent le contrôle de réseaux de machines pour miner en toute discrétion sans que les propriétaires ne s’en aperçoivent. C’est ce qu’on appelle le crypto-jacking. Ces nouvelles fermes sont constituées de botnets ou ordinateurs-zombies. (d’après Le Point)

Il est possible désormais pour les sites web d’utiliser la puissance de calcul de leurs visiteurs pour miner de la monnaie. Or seul un code Javascript est requis pour cette opération, rendant le piratage tentant, mais aussi rentable. (d’après Webcreatid)

Vous pouvez donc vous lancer dans l’aventure si vous pensez avoir une machine assez puissante pour vous être rentable ou même pour tester, mais faites attention à ceux qui sont moins bien intentionnés que vous.