La réalité virtuelle, de la science-fiction ?

La réalité virtuelle (VR) a longtemps été un sujet réservé aux films de science-fiction. On peut décrire la réalité virtuelle comme une expérience qui plonge les utilisateurs dans un environnement virtuel ou comme le dit Kevin Kelly, (co-fondateur de Wired et auteur de The Inevitable) comme « un monde faux qui semble absolument authentique » ; semble enfin prête à conquérir le marché grand public.

Selon l’étude « Virtual & Augmented Reality : Understanding the Race for the Next Computing Platform » de Goldman Sachs Research publiée en janvier 2016, la réalité virtuelle a le potentiel pour devenir la prochaine grande plateforme informatique, de la même manière que l’ordinateur et le téléphone l’ont été auparavant.

En cette période de Fashion Week, j’ai choisi de m’intéresser d’un peu plus près à l’utilisation de la réalité virtuelle dans l’industrie de la mode.

Améliorer l’expérience client grâce à la réalité virtuelle

La dernière étude de GPShopper, « Reality of Retail Tec » sur les avancées technologiques dans le commerce de détail montre que 68% des consommateurs sont familiers avec la réalité virtuelle. La réalité virtuelle a le potentiel pour transformer l’expérience de shopping, à la fois chez soi et en magasin. Parmi les consommateurs qui utiliseraient la réalité virtuelle :

  • 46% veulent l’utiliser pour essayer des vêtements ou des accessoires sans aller en magasin
  • 42% veulent l’utiliser pour voir où et comment un produit a été fait
  • 24% veulent l’utiliser afin de ne plus avoir à aller en magasin
  • 23% préfèreraient parler à un vendeur virtuel plutôt qu’à une vraie personne
  • 23% veulent accéder au service d’un « personal shopper » dans un environnement virtuel

La réalité virtuelle et les marques de mode

Plusieurs marques utilisent déjà la réalité augmentée (AR) – une superposition d’image virtuelle sur des images réelles – pour vendre leurs produits en alliant shopping et divertissement. Mais dans les années à venir, c’est l’adoption de la réalité virtuelle par les consommateurs qui va offrir de nombreuses opportunités à ces entreprises, qui vendent non seulement des produits mais aussi du rêve. Certaines ont commencé à intégrer la réalité virtuelle dans leur stratégie de vente.

Tommy Hilfiger a été la première grande marque à utiliser des casques de réalité virtuelle dans ses magasins, en octobre 2015, invitant ainsi ses clients à se plonger dans une expérience 360° pour découvrir son défilé automne/hiver. « Nous sommes animés par un seul but : dépasser les attentes de nos clients, les inspirer et leur offrir des expériences de détail qu’ils n’auraient jamais crues possibles » explique Daniel Grieder, PDG de Tommy Hilfiger.

Dior s’est aussi doté de la même technologie, et cette année, c’est la marque Coach qui s’y est mise en installant des écouteurs VR dans ses magasins aux Etats-Unis afin d’offrir aux consommateurs, là encore, un accès complet à leur dernier défilé.

De son côté, Gap a mis en place un dressing en réalité augmentée pour permettre à ses clients d’essayer ses vêtements numériquement, en collaboration avec les smartphones Google Tango.

Les marques de beauté elles aussi se sont empressées de surfer sur la vague de la réalité augmentée. Sephora, Rimmel ou encore Charlotte Tilbury ont toutes lancé des applications de réalité augmentée pour permettre aux utilisateurs d’essayer des produits sur leurs téléphones.

De la même manière que pour l’e-commerce il y a 10 ans, nombreux sont ceux qui doutent encore du potentiel de ces nouvelles technologies. Mais au fur et à mesure que l’adoption de la réalité virtuelle par le grand public augmente, les marques n’ont pas d’autres choix que de saisir cette opportunité pour innover et améliorer l’expérience de shopping de leurs clients.