Connu et adulé par certains, rejeté et critiqué par d’autres, Edward Snowden est sûrement l’une des plus grandes figures politico-médiatique de ce début du 21ème siècle. Petit tour d’horizon de cet américain hors-norme grâce à son livre « Mémoires vives ».

visage-edward-snowden

Pour les personnes ne connaissant pas le parcours de Snowden, voici un récapitulatif :

Edward Joseph Snowden de son nom complet est un jeune américain né à Elizabeth City en Caroline du Nord en 1983. Son père est un ancien officier de la garde côtière et sa mère travaille pour le district du Maryland au sein de la cour fédérale. Ainsi, grâce à sa famille ancrée dans les fonctions régaliennes du pays et doté d’une volonté forte de rendre service à sa nation, le jeune Edward s’engage à l’age de 21 ans en tant que recrue des forces spéciales pour se battre en Irak avec pour justificatif : « En tant qu’être humain, je me sens obligé d’aider les peuples libres contre l’oppression ». Mal lui en a pris, il se brisera les jambes lors d’un entraînement et se verra obliger de quitter sa formation… pour être embauché ensuite par la NSA !


biographie-twitter-snowden

Parcours à la NSA – CIA

Au vu du talent de Snowden, il n’aura pas fallu longtemps pour que les 2 plus grosses agences de renseignements américaines mettent la main sur ce féru d’informatique. D’ailleurs, le natif de Caroline du Nord a vécu selon ses mots une expérience « formatrice » lors de son passage en Suisse pour le compte de la CIA entre 2007 et 2009. Pour l’anecdote, l’américain a raconté avoir vu des agents de la CIA rendre ivre volontairement un banquier suisse très puissant. L’objectif ? Pouvoir le sortir du « pétrin » lorsqu’il se fera arrêter par la police quelques kilomètres plus loin, la manœuvre ayant pour but de faire pression sur lui. Évidemment, Snowden avait révélé cette histoire à une date clé puisqu’il existait, à cette époque, des tensions entre les USA et la Suisse suite à la volonté du Conseil fédéral suisse d’adopter une loi ayant pour but de rendre plus transparent le secteur bancaire.

Stress et espionnage

Le surdoué fait des crises liées au stress et on lui diagnostique une épilepsie. Il est transféré à Hawaï, en partie pour soigner son état de santé. Là-bas, il travaille pour la NSA dans la cyber-sécurité et commence à faire des recherches secrètes sur la surveillance de masse autant qu’il le peut. Il recueille des documents, des schémas et envisage de devenir un « lanceur d’alerte ». Lentement, il commence à introduire clandestinement des cartes SD sur son lieu de travail afin de pouvoir transférer tous les fichiers qu’il recueille par le biais de Heartbeat sur un disque hautement crypté chez lui.

Mais comment télécharger des données sans être soupçonné ? Le site lanceurdalerte.info nous informe :

Il a eu l’idée de transformer son tableau de bord personnel en un service auquel tout le monde pouvait souscrire. Il a crée un programme qui, jour après jour, détectait les nouveaux documents mis en ligne par les différents services, les téléchargeait et les mettait à disposition de tous ceux qui le voulait au sein de la NSA. Et il a appelé ce service « Heartbeart », car il permettait, de manière métaphorique, de capter le pouls de l’organisation.

newspaper-snowden

Révélations aux journalistes

Suite à tout cela, il en apprend encore plus sur les capacités de la NSA et sur ce qu’il considère comme leurs abus de pouvoir. Pour mettre en lumière tous ces abus, il décide en début 2013 de contacter des journalistes, dont Laura Poitras et Glenn Greenwald, des personnes assez indépendantes pour ne pas poser de soucis à Snowden par la suite. Evidemment, le but étant que ces journalistes publient des articles et fassent un reportage sur ce qu’il a appris.

C’est à cause ou grâce à cela que le programme PRISM (aussi appelé US-984XN) est révélé au grand jour : un programme informatique crée en 2007 permettant de siphonner les communications numériques échangées sur des mastodontes tels que Gmail, Facebook, Skype, Youtube ou Hotmail. En plus de siphonner les communications, le programme mis en place par la NSA fonctionnerait, selon Le Monde, comme un moteur de recherche permettant de rechercher dans la Big Data de ces services un lieu, une date ou un nom.

Et ce qui devait arriver arriva…

Les États-Unis accusèrent Snowden d’espionnage lorsque le programme de surveillance de masse (PRISM) fut dévoilé sur la place publique. Snowden tenta de s’enfuir dans un pays opposé à la politique des USA : l’Équateur. Au cours de son long vol, il fait une escale en Russie. Malheureusement, il apprendra que son passeport a été révoqué par le gouvernement américain et il est immobilisé sur le territoire Russe. Pour l’anecdote, Moscou ne lui accordera l’asile qu’après… 40 jours passés à l’aéroport.

ange-demon

Le nihilisme n’est jamais loin.

Considéré par beaucoup comme un véritable héros suite à ces révélations, le lanceur d’alerte mondialement connu est toujours poursuivi par la justice américaine, et il est évident qu’elle ne le lâchera pas. Et pour cause, la NSA l’accuse, en plus d’être un espion, d’avoir mis en danger la sécurité des citoyens américains et plus particulièrement celles des agents secrets présents sur le territoire. Si aucune preuve officielle n’a été fournie par les autorités pour prouver cette accusation, toujours est-il qu’une partie de la population craint que ces révélations déstabilisent la sécurité du pays. Il me vient alors à l’esprit un aphorisme. Un aphorisme qui correspondait, correspond et continuera de correspondre à Edward Snowden :

Un ange pour les uns, un démon pour les autres.